Le revers de la médaille…

Autant le savoir tout de suite, comme ça ce sera fait, je suis une grande fan consommatrice addict de chaussures. L’été dernier, j’ai encore (non, pas encore, c’était le début de saison) (et d’abord je n’en avais pas de cette couleur). Bref. J’ai succombé à la tentation et me suis acheté une paire de Tropéziennes…

Mes pieds difficiles les ont immédiatement adoptées. Car les lanières qui coupent, les brides qui serrent, le plastique qui glisse (cause transpiration, c’est la note glamour de cet article), très peu pour moi. Chérimari les a bien qualifiées de « chaussures de Palestine », qu’à cela ne tienne, je les adorais déjà en sortant du magasin. Et elles ne m’ont pas déçue. Sauf que…

Sauf que, dans notre contrée bretonne humide sans soleil, mes pieds n’ont pas gardé de souvenir particulier de l’an dernier ; vous commencez à comprendre ?

Cette année, après avoir gelé jusqu’à la mi-juin, voilà que le soleil fait une installation digne des étés méridionaux, et que toute contente de moi, je ressors ENFIN les Tropéziennes. Seulement, tout confort se paie, semble-t-il…

avant

après

 

Le pire, c’est qu’hier en faisant les soldes, j’entends une fille dans un magasin montrer à sa copine des chaussures du même genre et dire : « c’est sympa ça, mais faut pas bronzer avec, sinon t’as l’air bête, ou alors faut les mettre le soir… » Hin, hin, hin. *soupir*

Publicité

3 réflexions sur “Le revers de la médaille…

  1. Pingback: Shoes-addiction héréditaire « maman est en haut !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s