Lettre ouverte (et motivée) à mon futur boss

 

Chère Madame, cher Monsieur,

Cette lettre vous semblera peut-être saugrenue, mais je constate que toutes les lettres classiques de candidature que je m’efforce de personnaliser et de rendre un brin originales ne donnent rien. Ce matin j’ai eu un soudain éclair de génie et décidé de changer de formule. Ceci est donc un gentil courrier pour essayer de retenir votre attention sur mon humble personne, car je recherche, comme vous allez le comprendre, un emploi dans votre entreprise.

« Pourquoi la mienne ? », me demanderez-vous si vous avez l’extrême amabilité de me convier à un entretien. « Pourquoi pas la vôtre ? », vous répondrai-je. Soyons francs, je ne connais ni d’Eve ni d’Adam votre société, qui est je n’en doute pas formidable. Je ne vais donc pas vous sortir un argumentaire justifiant l’atterrissage de cette lettre dans votre boîte, et encore moins inventer (quelle horreur) des raisons obscures qui m’ont poussée à chercher sur le grand réseau mondial votre nom et votre adresse.

Histoire de gagner du temps, on va aller au plus simple : je recherche un emploi d’assistante,  idéalement situé près de mon domicile (je veux bien parcourir jusqu’à 40 kms pour m’y rendre, allez, le gasoil étant distribué gratuitement dans notre pays). « Assistante » est un terme très large, qui recouvre tout un tas de domaines divers et variés. D’ailleurs mon curriculum vitae ci-joint vous en apportera la preuve, je suis capable de réaliser pleins de choses (lisez-vous même, un petit effort que diantre). Les « blancs » sur le CV ? Ah oui, ce sont les pauses effectuées dans ma carrière, nécessaire à la couvaison et à l’élevage de trois rejetons, prunelles de mes yeux que j’aime plus que tout. Hum hum je m’égare. Nous disions donc : trois ? Oui je suis folle optimiste, je crois en la vie et ses richesses, moi. J’aurais bien demandé à mon époux de prendre ma place, pendant ces années, mais voyez-vous nous ne vivons pas encore à l’heure suédoise et dans notre douce France, pays macho s’il en est, le partage des tâches en général et de l’éducation des enfants en particulier avec son conjoint n’est pas encore de mise. C’est donc moi qui m’y suis collée, avec joie et sans regret par rapport à mon emploi précédent. Vous avez peut-être des enfants ? Oui, (si le recruteur est un homme), non (si c’est une femme), mais on n’est pas ici pour parler enfants, je vous l’accorde, encore que cela va influencer nettement ce qui suit.

Alors voilà, après mon congé parental, aujourd’hui je suis disponible et enfin de retour sur le marché de l’emploi, motivée comme jamais, et… Mes motivations ? Parlons-en. Le salaire, c’en est une ? Après plusieurs années en tant que salariée, je ne me fais plus guère d’illusions. La motivation, le don de soi au travail, l’implication, tout ça pour moi ce sont des mots (encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots). Une fois recrutée et installée derrière son ordinateur, sur son petit bureau, l’assistante, charmant dernier maillon (faible) de la chaîne, c’est la mange-merde de toute l’entreprise, qui se charge de toutes les tâches ingrates. Excusez mon ton blasé mais après avoir connu ça pendant des années, on peut bien se demander ce qui me ferait bosser dans votre entreprise plutôt que dans une autre ? Eh bien le salaire, en premier lieu. Avouez que mes (presque) 10 années d’expérience, ça se monnaie. Parfaitement, mes 1600 € bruts mensuels, j’estime que ça ne vous mangera pas de pain, et que je les vaux bien. En échange, je veux bien aligner toutes les qualités que je possède (et croyez-moi pour 1600 € c’est bien achalandé). Voyez comme je suis motivée, je veux bien remettre le couvert chez vous. Alors, je suis organisée, c’est mon principal atout. Mes années de gestion « familiale » ont grandement développé cette qualité, mise à rude épreuve chaque jour. Ma famille, c’est ma micro-entreprise, vous pouvez me faire confiance sur ce point. Je gère les priorités comme personne (préparer le repas avant le ménage), je garde mon sang-froid en toute circonstance (numéro2 vient de tomber de vélo et a la moitié du visage en sang, c’est le week-end pas de panique, on appelle le 15), je suis dynamique et bourrée d’imagination (il pleut aujourd’hui, qu’est-ce qu’on fait les z’enfants ?). La satisfaction du client est mon credo (il n’y a plus ces bottes dans ta pointure, peut-être veux-tu essayer celles-ci ma chérie ?), j’ai un sens aigu du relationnel et un excellent esprit d’équipe (je fais partie de la team-parents d’élèves et du bureau de l’assoce de danse de mon bled). Je suis réactive et polyvalente (cuisine, ménage, courses au pas de charge, entretien du linge), je maîtrise l’anglais et Internet (ça c’est le lien vers mon blog). J’ai le goût du travail bien fait (ma puce, refais ta ligne de « s » et garde tes cahiers propres).

Ah quelques petites précisions pouvant s’avérer utiles : j’aimerais disposer de mes mercredis, car si vous ne devez pas me payer cher, autant que je ne passe pas tout mon maigre salaire dans le budget « accueil de loisirs, garderie et cantine », s’il faut déjà remplir le réservoir de ma voiture pour venir chez vous, je ne voudrais pas ne plus voir ma progéniture. Pas la peine de me pondre une réunion le soir à 17h, je n’y participerai pas, et le matin je ne peux pas pointer avant 8h30 (école oblige).  

Voilà, je pense avoir fait le tour, je vous remercie énormément d’avoir lu cette lettre jusqu’au bout (dans le fond, vous être une femme, un homme bon(ne) ), et n’oubliez pas, tout-de-même, en regard de l’effort que je viens de faire pour vous exposer tous ces arguments, de me répondre. L’attente c’est pire que tout. Merci, je vous embrasserais bien mais on va garder ça pour plus tard, si vous m’embauchez (et encore), et si vous êtes non-fumeur (regard appuyé vers mon ancien boss).

Vous pensez que si je l’envoie, j’explose mon quota de chances de décrocher un foutu entretien, ou bien ???

 

7 réflexions sur “Lettre ouverte (et motivée) à mon futur boss

  1. Oui et tu mets en titre « Assistante expérimentée et Mère de famille extraordinaire cherche job même pas mirobolant »… euh en fait non, tu la laisses un peu reposer celle-là ! allez courage, ça va venir

  2. Excellente ta lettre, je peux te la piquer pour ma prochaine recherche d’emploi enfin en ce moment je veux dire, mon CDD se terminant dans pas longtemps, argh !!!) ?
    Malheureusement, je ne suis pas sûre que cet humour fasse mouche auprès d’un recruteur… tant pis 😦

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s