Amitiés z’enfantines

Meilleurecopine (à gauche) et Misspaillettes (à droite)

Misspaillettes a l’amitié fidèle. En ce point, elle me ressemble, il en faut beaucoup pour se fâcher, elle est très patiente, pardonne assez facilement, mais quand la coupe est pleine, souvent il est trop tard pour la vider. En moyenne section de maternelle, elle a fait la connaissance d’une petite fille de son âge, qui est très vite devenue Meilleurecopine. Depuis, elles ont toujours été dans la même classe, sauf en CP, ou pour une raison inconnue elles se sont retrouvées séparées. Le drame. La digestion de la rentrée a mis jusqu’aux vacances de la Toussaint pour se faire, difficilement, avec cris, larmes, réveils nocturnes et autres angoisses. L’an dernier, j’ai prié de toute ma conviction de maman pour que l’épisode ne se reproduise pas, et heureusement mes souhaits (et les siens) ont été exaucés, puisqu’elles ont pu à nouveau partager la même classe. Et cette année itou, la condition sine qua non pour passer un bon CE2.

En quatre ans, le cercle d’amies s’est bien étoffé, on retrouve toujours les mêmes demoiselles, et par extension on a découvert aussi des parents avec qui le courant est tout de suite passé. Mais cette amitié-là  s’est particulièrement développée et a fortement évolué. Les deux belettes partagent petits secrets, dessins, cadeaux astucieusement bricolés, photos, et même coups de téléphone depuis l’an dernier (ça commence déjà, comme si la journée ne suffisait pas !). Elles complotent pour s’organiser des soirées ou des après-midis, dans notre dos de mères à moitié complices, on ne va pas les en priver quand même. En grande section, elles ont ainsi eu l’idée de faire croire chacune à leur mère que l’une avait invité l’autre et évidemment nous n’étions au courant de rien.

Pendant les vacances, impensable de passer deux semaines ou plus (l’horreur) sans se voir. Les invitations sont lancées avant le dernier jour d’école, pour être bien sûres de se voir. Cette fois c’est nous qui avons invité Meilleurecopine pour la nuit, et la journée du lendemain. Ah pour ça j’ai été tranquille dans ma maison : je ne les pas entendues, et encore moins vues, toutes occupées qu’elles étaient à jouer, s’inventer la vie passionnante d’une maman, s’occuper de nombreux enfants, et même de leur faire l’école. Diantre, je ne suis pas aussi multi-casquette, où vont-elles chercher tout ça ? Et quand vient l’heure du départ, on entend toujours le même refrain : « Mais on n’a MEME pas eu le temps de jouer ! »

De fil en aiguille, je suis aussi devenue grande copine avec la maman de Meilleurecopine, avec qui j’aime rire, parler de tout et de rien, échanger des recettes de cuisine ou des idées pour occuper les enfants, boire un thé, faire les compte-rendus d’une réunion quand l’une n’y a pas assisté, parler déco, shopping, et danser (c’est pas une mince affaire)… Bref, si nos filles s’entendent si bien, ce n’est sans doute pas par hasard… Je leur souhaite de rester amies bien longtemps, j’ai connu ma meilleure amie en 6ème et nous nous voyons toujours, elle est d’ailleurs la marraine d’un des z’enfants…

2 réflexions sur “Amitiés z’enfantines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s