Au menu ce soir : neurone grillé

Je crois que ça devient grave. Avec le temps (tout s’en va), je me rends compte que j’oublie de plus en plus de choses, insignifiantes au départ,  petits riens du quotidien qu’on doit exécuter sans même y penser, enfin normalement… Mon cerveau enclenche un peu trop la fonction « reset » ces temps-ci. Pour certains, les grossesses nous enlèvent quelques cellules nerveuses : primipare – 10 000 neurones, multipare et hop, – 100 000 au bas mot.

Je ne suis pas partisane de cette théorie, je préfère penser qu’une femme, et mère de surcroît, a une quantité exponentielle de choses à penser et qu’en conséquence, on en oublie une ou deux sur le bas-côté de l’autoroute du cerveau. Réaction bien humaine. Mais qui ne me tranquillise pas pour autant. Allez je vide mon sac, quelques exemples seront les bienvenus, et comme ça vous pourrez vous foutre de ma poire une bonne fois pour toutes. J’aime aussi l’idée que quelques lectrices se reconnaîtront dans ma liste ; ce qui me rassure (ou pas !) c’est que je ne suis pas la seule dans ce cas

  • Si je ne le note pas, j’oublie certains rendez-vous, de rappeler Untel, de changer la litière de Mistercat (je vous laisse imaginer l’infection dans le garage)(ah non, ça c’est fait exprès, depuis mes grossesses je ne touche plus à la litière, c’est le boulot de Chérimari, et il en a gardé l’habitude, depuis), de rendre les livres à temps à la médiathèque, prête à supporter le courroux des bibiothécaires. Je suis pourtant armée en agenda, tableau dans la cuisine, calendrier, rien à faire j’ai des râtés.
  • Les z’enfants ont des jouets qui traînent et attendent lamentablement un point de colle ou une nouvelle pile pour refonctionner depuis… des mois parfois (honte sur moi).
  • Je dois appeler la pédiatre pour la visite des 3 ans de Timouton, dont l’anniversaire est passé depuis un mois (déjà ? Ah bon !).
  • On me confie un message, une nouvelle, une info et je les ressors parfois bien longtemps après, quand ils n’ont plus aucun intérêt parce que je les ai tout bonnement oubliés.
  • Je suis incapable de souhaiter leur anniversaire à mes proches (ou très rarement) le jour-même, j’y pense la veille et… le lendemain. Le boulet, sauf ma famille quand même, poussez pas le bouchon.
  • Je ne sais plus où je pose les objets, j’étais pourtant persuadée de l’avoir mis ici ce papier hyper-supra-important dont j’ai absolument besoin, mais non il s’est évaporé, QUI a encore fouiné dans mes affaires ?
  • Au moment de partir à l’école alors qu’on est souvent ric-rac niveau timing, les clefs se volatilisent de leur emplacement habituel, Harry arrête avec ta baguette magique quoi.
  • J’ai omis de laver le legging de danse qui attend depuis quelques jours qu’on daigne s’occuper de lui, et aujourd’hui c’est mercredi, jour de la danse.
  • Je me suis réveillée en catastrophe ce matin, paniquée dans mon sommeil, et la première chose à laquelle j’ai pensé c’est « Mierda, j’ai oublié de taper le petit mot pour les élèves de la danse », dont on a parlé avec la prof jeudi dernier, (y’a même pas une semaine) et que j’étais censée faire pour… lundi soir. Bon pas le feu au lac, je l’ai fait ce matin, remis en mains propres, tout va bien.
  • J’ai quelques kilomètres à faire en voiture pour me rendre à la-grande-ville, et je réalise que je vais perdre un quart d’heure et me mettre en retard parce que je dois refaire le plein, si je ne veux pas finir sur le côté, feux de détresse allumés pour panne d’essence, alors que cela fait deux jours que je vois l’indicateur baisser.
  • Et le meilleur pour la fin : quand je commence à poser la question façon « tournée générale », d’une voix de chanteuse d’opéra doublée par Dark Vador himself : « Qui a vu mes lunettes ? », tout le monde fuit à toutes jambes, et je me retrouve seule au milieu du salon, à quatre pattes à la recherche de ma mémoire de ces fichues binocles qui ont encore pris la poudre d’escampette.

Est-ce que je dois m’inquiéter d’un début d’Alzheimer, là, ou bien… ?

PS : les lunettes citées plus haut ont été retrouvées au bout de trois jours, dans le rangement de la portière de la voiture, bien planquées sans leur boîtier, craignant sans doute ma colère pour ré-apparaître…

6 réflexions sur “Au menu ce soir : neurone grillé

  1. Pingback: « Parle à mes fesses  ou la liste des phrases les plus répétées à la maison « maman est en haut !

  2. Pingback: Madame Maladroite « maman est en haut !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s