Le rêve bleu

Des rêves j’en ai eu plein la tête. Ceux de mon enfance, je ne m’en souviens pas ; avec les années ils se sont évanouis. Comme toutes les petites filles, j’ai rêvé de mon futur métier, qui n’avait rien à voir avec ce que j’ai fait jusqu’ici ; de ma future famille, qui ne ressemblait pas vraiment à celle que j’ai fondée ; de ma future maison, plutôt genre château de princesse qui n’existe que dans les histoires, avec régiments de domestiques pour gérer toute l’intendance à ta place ; on est princesse ou on ne l’est pas, il faut savoir tenir son rang. Un peu trop hollywoodien et démesuré pour nos moyens d’aujourd’hui, à vrai dire.

Aujourd’hui, mes rêves d’adulte se comptent sur les doigts de la main, avoir grandi enlève tout naturellement une partie de l’insouciance. Certaines espérances restent vivaces, l’espoir fait bien vivre, et si on m’enlève ça, autant me donner une corde tout de suite.

Je rêve que nos enfants deviendront des adultes heureux, épanouis et responsables. Qu’ils aient confiance en eux, par dessus tout, sans doute parce que c’est ce qui me manque le plus, et qu’ils restent unis, bien qu’on ignore tout de ce qui les attend.

Je rêve de vivre suffisamment longtemps pour faire encore de belles rencontres, élargir le cercle des amis et trouver ce contact qui tombe à pic quand on en a besoin.

Je rêve de retravailler dans un environnement sans prise de tête ou de bec, avec de vrais humains, sans avoir l’impression d’être dans une ménagerie, de trouver aussi ma sortie de ce dédale sans fil d’Ariane qu’est le monde professionnel, d’aboutir à quelque chose qui me satisferait ; que Chérimari puisse enfin faire ce qui lui convient.

Je rêve que certains cessent de voir tout en noir, et de se plaindre ; ce serait bien d’y mettre un peu de positif, malgré la vie difficile (on est tous dans le même bateau), le ciel gris, les problèmes au travail ou à la maison. Ajouter un peu d’eau à son vin, tester un supplément de tolérance, de respect, ça change la vie ; je peux commencer par moi, je sais !

Je rêve de pouvoir découvrir tous les coins d’ici et d’ailleurs qui me font grande envie : la Corse, l’Italie, New-York, des vacances dans les îles lointaines avec Chérimari pour un anniversaire de mariage *sifflote*, le Maroc, un week-end à Londres, un autre à Barcelone, redécouvrir Paris au printemps, Disneyland en famille, les gorges du Verdon et le Luberon, les villes du sud : Aix, Avignon, la Grèce, le Vietnam… Une vie n’y suffira pas !

Je rêve de garder ma capacité à m’étonner de petits riens, du renouveau au jardin, des chaussures trop petites des z’enfants, du sourire de la dame à qui j’ai failli griller la priorité, du pouvoir de certaines personnes à rester zen en toute circonstance (trait de caractère que j’aimerais m’approprier, mais on ne se refait pas), de l’émotion que je ne cherche pas à refouler, du rire qui fuse et envahit l’espace pour une bêtise, des conversations animées, de l’humour qui prend le dessus, encore et toujours.

Enfin, deux rêves bien concrêts, que j’aimerais voir se réaliser au plus tôt : je rêve de m’installer un jour dans le sud ; depuis que j’y ai mis les pieds l’an dernier, je ne pense plus qu’à ça, et je ne crois pas que celles qui y vivent me contrediront… et je rêve de retrouver mon ventre plat, celui d’avant les grossesses, n’est-ce pas Lucky Sophie ?

Ma participation au « jeudi du rêve » chez Lucky Sophie et Eureka.

Publicités

2 réflexions sur “Le rêve bleu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s