Shoes-addiction héréditaire

En matière de chaussures, Misspaillettes, en digne héritière de sa follasse de mère, développe un penchant certain pour l’addiction. Sa soeur la suit de près, j’ai déjà eu droit à des réflexions du genre : « Quand tu seras morte, est-ce que je pourrai avoir tes chaussures ? » Bonjour l’ingratitude.

Ainsi, à chaque nouvelle saison, se pose un double dilemme : satisfaire à la fois les goûts bien affirmés (soupir) de la demoiselle et les miens en matière de qualité et de confort. Ce qui n’est pas une mince affaire.

C’est bien simple, faire la tournée des chaussures pour ma progéniture me rebute tant que je procrastine énormément en ce domaine. A côté, rester stoïque sur un piquet au soleil pendant deux heures à Koh Lanta je te fais ça les doigts (de pied) dans le nez.

Seulement, les pieds comme le reste du corps n’attendent pas ma bonne volonté pour grandir, et finit par arriver le moment tant redouté. Surtout que cette année, le printemps s’est transformé en été en moins de deux, et qu’on passe directement de la botte-moumoute à la tong. En gros.

Aujourd’hui, nous étant levées de bon pied toutes les deux, (ha ha), et ayant confié Timouton à ma belle-mère pour l’après-midi, nous avons profité du rendez-vous chez l’orthodontiste pour ensuite filer au magasin. Rhaaa, j’avais oublié que nous étions mercredi : toutes les mères de famille des environs de Rennes s’y trouvaient déjà. A 16 h, le magasin était rempli d’enfants braillards, de mères en ébullition, et de papas très zens (en apparence)  à la caisse. Donnant immédiatement mes instructions à la miss, dans le but de passer le moins de temps possible dans cette fournaise, nous avons fait notre choix en vingt minutes.

Le souci étant que ma fille désirait ardemment les mêmes spartiates que moi, argent s’il vous plaît, et que les seules ralliant mes votes étaient beiges. Le beige, c’est très bien, ça va avec tout, et en plus elles sont en cuir, l’idéal pour ne pas se retrouver le pied en compote, ou souffrant le martyre à cause d’ampoules géantes, dans la cour de l’école. Emballé c’est pesé !

Maintenant ma fille va pouvoir faire son intéressante avec ses nouvelles spartiates, « presque comme celle de Maman » (et moi je suis tranquille jusqu’aux vacances, au moins…)

Spartiates Gemo - 29.90 €

Publicités

5 réflexions sur “Shoes-addiction héréditaire

  1. Ici aussi c’est spartiates (argentées) de mère en fille, ou plutôt de fille en mère puisque c’est elle qui les avait en première l’an dernier, et que j’ai fait des tas de magasins pour trouver les mêmes. Là je viens de m’en commander en croco, me demande si elle va vouloir les mêmes…

  2. Pingback: L’atelier pâtisserie du mercredi : un petit pudding, Darling ? « maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s