Marcher dans le sable

J’avais prévu ce billet vendredi. Et puis l’énervement ayant pris le dessus, je n’ai rien posté, et c’était sans doute aussi bien. Il valait mieux laisser retomber le soufflé, la colère est mauvaise conseillère. Avec quelques jours de recul, les idées sont un peu plus ordonnées.

Vendredi, donc. Je voulais faire une petite note dans le style Friday news ; mais j’avais entrepris ma mutation en hysteric-mum, comme ça m’arrive normalement quatre ou cinq fois dans l’année, un peu plus ces temps-ci. Ce soir-là j’avais de bonnes raisons. Je venais d’apprendre que l’entretien passé dans la semaine ne débouchait sur rien, « votre candidature n’est pas retenue » m’a dit aimablement mon interlocutrice.

L’entretien s’était pourtant pas trop mal passé, j’en étais ressortie plutôt contente. Il faut croire que ce qui me contente moi ne satisfait pas un employeur potentiel. (Note pour plus tard : ne pas vendre la peau de l’ours). Le poste avait l’air sympa, la distance kilométrique raisonnable, les horaires compatibles avec l’école.

Une candidature de plus qui a pris la direction de la corbeille à papier, autant dire que j’étais d’une humeur de dogue qui n’a pas trouvé d’os à ronger depuis des semaines. Heureusement, parfois le destin fait bien les choses, nous avons été invités à passer le week-end à la Baule, pour profiter de la plage et du soleil, et accessoirement se changer les idées, ce qui ne pouvait pas mieux tomber !

Et vendredi soir, des copains sont passés nous voir à l’improviste (merci les copains), j’ai donc enfilé mon costume de lumière mon plus beau sourire, me suis fait un trip de bonne humeur et ai planqué la crise de calgon sous l’oreiller, pour le lendemain matin.

Seulement le samedi, après une (très) mauvaise nuit coupée d’insomnies et passée à ressasser-quand est-ce que le cerveau s’arrête déjà ?-, le dogue-mis-au-régime-d’os avait à nouveau pris possession de mon corps. C’est bien simple, pour un mot de travers, j’aurais pu mordre ou fondre en larmes sur place. Dans ce cas, il n’y a pas grand chose à faire, et toute ma famille ne le sait que trop bien. Autrement dit, tout le monde déserte le navire : Chérimari trouve un prétexte pour s’occuper dans le jardin, les z’enfants jouent entre eux, en évitant de se chamailler pour une fois, et en me posant des questions auxquelles je n’ai qu’à répondre par oui ou non. A ce moment-là, de week-end à la plage je n’en avais plus aucune envie. Mais ma moitié me connaît bien, et m’a forcée la main pour mener à bien ses projets (il a même fait la valise des z’enfants, un jour à marquer d’une pierre blanche)(je devrais être de mauvais poil plus souvent). J’ai feint une mauvaise volonté et suis montée en traînant les pieds dans la voiture.

C’était oublier le pouvoir requinquant du changement d’air et de décor, du soleil à 360 °C, et des cris des z’enfants sur la plage. Le bonheur de plonger les orteils dans le sable, d’aller voir si l’eau est bonne, d’admirer les paillettes dans le sable mouillé. Et puis à y bien réfléchir, j’aurais fait quoi toute seule, à la maison ?

N’empêche que, si ce petit week-end a rechargé les batteries, je suis au bord du découragement en ce qui concerne ma recherche d’emploi.

 

Correction : non en fait je suis en plein découragement. Allez demain, ça ira mieux !

 

13 réflexions sur “Marcher dans le sable

  1. elles me font sacrément envie tes photos ! et pour la recherche d’emploi, même si j’ai du boulot ça fait plus d’un ans que j’envoie des CV dans le vide ou pour recevoir des réponses négatives alors je pense que je peux comprendre ta dogue attitude…maintenant je n »y crois plus trop en fait, je suis plus résignée qu’en colère…

    • C’est ça qui est énervant : ne même pas recevoir de réponse (parfois même un mail complètement bateau me suffirait) ! Bon courage !

  2. Courage, on passe tous par des moments difficiles. L’essentiel est de rester motivée!!! Alors je t’envoie du courage !!! (j’aimerais bien y être à la plage moi, snif!)

  3. Il ne faut pas te decourager surtout! C’est vrai que c’est super stressant de voir le temps passer et tjs pas le boulot de reve. Pas simple, je sais mais je suis sure que tu vas finir par trouver! Et puis tes entretiens te servent toujours! Profite encore de peaufiner tes billets, de cataloguer toutes les betises des uns et des autres, de terminer ton projet 365.. et comme tu dis, ca ira mieux demain!

    • Ça c’est sûr, je vais devenir une « pro » des entretiens ! En mm temps je me demande parfois comment je ferais pour continuer ce blog avec un boulot… Mais enfin le blog ne paie pas lui ! Et toi où en es-tu ?

      • ah.. c’est clair.. dommage que tu ne sois pas payée au mot !
        j’ai trouvé je pense le job de mes rêve..grosse structure, office manager, 95% anglais, je bosse dans un bureau avec 3 etrangers (nationalités différentes), tout est idéal pour le moment. Cela fait 1 mois mais j’ai encore 1 mois d’interim avant d’etre en cdi. Mais ils ont l’air d’être contents donc.. j’attends d’etre à 100% dans l’entreprise :).. tu sais je discutais avec A. S. et L. CI et elles sont dans la meme situation que toi.. certes ça ne t’avance guère, mais c’est donc le cas de bcp d’entre nous et pas uniquement toi .. courage donc !

  4. La mer me manque tu peux pas savoir. Merci pour ces photos et tu vois, la mer finalement c’est le meilleur dépilatoire (ça chasse le mauvais poil! »… oui je sais elle est nulle. Bisous!

  5. Pingback: Les petites nouvelles du vendredi #2 « maman est en haut !

  6. Pingback: Vous reprendrez bien un peu de petits bonheurs? | Chroniques d'une Chocoladdict

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s