Mes insomnies

J’ai toujours été une bonne dormeuse. Capable de m’endormir presque n’importe où, même dans les endroits les plus saugrenus ou les plus bruyants, mes amis peuvent en attester. Si je reste trop longtemps assise à table, le soir, les yeux me piquent, je dois me lever et bouger pour me réveiller. Chérimari connaît mon irrésistible transformation en marmotte aveugle, vrai danger public dès que nous avons quelques kilomètres à faire en voiture, à la nuit tombée. Pour rentrer d’une soirée, la prise du volant lui incombe souvent, pour éviter l’accident (et accessoirement s’obliger à être raisonnable, mais ceci est une autre histoire).

Néanmoins (j’adore utiliser ce mot), je constate l’apparition d’une tendance très agaçante, qui s’installe perfidement dans ma tête (et sur mon oreiller) depuis quelques années : l’insomnie. Je reconnais que mon sommeil a parfois été agité, la veille du Bac ou celle du passage du permis, mais la nuit d’avant seulement, et le lendemain soir tout était oublié.

L’insomnie, elle, est sournoise. On ne sait jamais quand elle va arriver. J’y ai goûté les premiers et les derniers mois de mes trois grossesses ; à cette époque, j’ai du bien dormir au deuxième trimestre ; trois pauvres petits mois, c’est tout ce que j’ai pu avoir de bon sommeil. Après la naissance, toutes les mamans pourront en témoigner, il faut quelque temps pour dormir comme un bébé, expression contradictoire s’il en est : chacune sait que le bébé est tout sauf un bon dormeur, à ses débuts. Puis petit à petit, le sommeil d’avant est revenu.

Mais depuis, les insomnies d’abord passagères se sont progressivement installées. D’occasionnelles, elles sont devenues régulières. J’ai bien essayé de changer mes habitudes pour les déloger : ne pas boire d’alcool le soir, manger léger, éteindre l’ordinateur pas trop tard, rien n’y a fait. Le pire a été la semaine dernière, (je me doute que la reprise du travail y est pour quelque chose) : pas une seule nuit entière. Même le week-end, elles s’incrustent. Quand la machine s’emballe, pas facile de reprendre le train en route, le cerveau en profite pour me sortir des to-do lists à n’en plus finir.

En revanche, quand je me réveille, s’il y a une chose dont je peux faire le pari, c’est celui de l’heure, même pas la peine de regarder le réveil : je sais qu’il est 3h15. A la minute près. Incroyable, non ?

Y a-t-il une explication cosmique ? Un calendrier lunaire détraqué ? Un évènement que j’aurais vécu dans une autre vie, à cette heure-là ? Mystère… Alors quand j’entends Chérimari dormir du sommeil du juste, sur l’oreiller d’à côté, croyez-moi, c’est très énervant !

Publicités

10 réflexions sur “Mes insomnies

  1. ah les cycles du sommeil.. tu sais le fameux train (que nos charmantes petites tetes blondes aimeraient resquiller à tout prix!), ben voilà madame, l’organisation familiale, perso, pro sont des bagages normalement interdits en cabines – oui je sais dans un train y’a pas de cabine – !!! a mon avis, une fois que tu auras pris ta routine avec ton nouveau boulot, ça te reposera l’esprit!
    et pas de sport le soir hein!
    la question est: te sens tu fatiguée dans la journée?

  2. Et bien, tu n’as pas fini de passer des soirées la tête ds l’assiette……ds le verre……. ou encore ds le canapé (c’est vrai qu’on est bien ds la canapé!!!!)
    Papapapillon

  3. Pour ceux qui comme moi n’ont jamais eu le sommeil facile (même étant enfant, j’étais un calvaire à endormir dans la maternelle), je n’ai qu’un seul conseil à te donner. Pour ne pas devenir chèvre devant tant d’heures perdues à te tourner, retourner dans ton lit sans trouver morphée, essaye de les passer à faire autre chose que fixer le plafond. Si tes yeux te le permettent, tu peux lire un livre. Si tes yeux sont en grèves, les audio books ont changé mes insomnies…

  4. Pingback: Nuits de pleine lune | Maman est en haut !

  5. Pingback: God save the Queen size | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s