La fièvre du vendredi soir

La semaine qui précède le gala de danse est sans conteste la plus chargée de toute l’année. A côté, les soldes ou la préparation des fêtes de Noël, c’est du pipi de Mistercat. Tous les ans, vers la fin juin, j’accepterais volontiers qu’on me greffe un deuxième cerveau -de brune pour changer- et quatre bras supplémentaires pour superviser ces journées très particulières. Et qu’on m’offre quelques heures de sommeil en rab.

Lire la suite