Obsession capillaire

(oui, la photo est floue ; tu as déjà essayé de tirer le portrait (de dos) d’un enfant atteint de Parkinson prématuré ? Bon eh bien tu repasseras.)

Quand tu deviens mère, et que tes rejetons entrent dans la phase « maîtrise du langage » (les fameux trois ans), tu as le choix entre plusieurs possibilités : la fuite, la franche rigolade, la honte, la tenue d’un carnet pour tous leurs bons mots, ou l’interrogation sur le sens caché de leur discours. La susceptibilité, tu la mets au fond de ta poche et tu oublies, un enfant c’est brut de pomme, pour lui demain est un autre jour, je dirais même à son échelle, l’heure suivante, c’est ta semaine prochaine, en gros. Lire la suite