Mon précieux

Parfois, à peine commencée, la journée continue sur la même lancée et dans ces cas-là, on ne pense qu’à une chose : vivement ce soir qu’on se couche. D’ailleurs, ici, de temps en temps, une de ces journées merdiques vient se rappeler à notre bon souvenir au cas où on penserait qu’on en est miraculeusement protégé.

Parfois, dès le matin le ton est donné, tous les pieds gauches de la terre se réunissent dans les chaussons des z’enfants, les jus d’orange font exprès de gicler hors des verres et les tartines de cramer dans le grille-pain alors qu’on les y laisse aussi longtemps que d’habitude.

Parfois, les cahiers ne veulent pas se mettre dans les cartables, les bras dans les manches des blousons et la voiture refuse de démarrer du premier coup.

Parfois, tous les bouchons de la région se concentrent sur ma route, quand rien ne semble le justifier, et qu’on est même pas à jeudi.

Parfois, l’air au bureau est électrique de 9h et 17h, tu crains de te prendre une décharge de 100 000 Volts au moindre mot prononcé de travers, et dans ce cas-là même la pause déj’ ne calme pas les esprits.

Parfois, on râle car on sait qu’on ne pourra pas aller chercher avant samedi ce fameux colis tant attendu parce que le bureau de Poste ferme juste quand moi je pars du bureau (j’ai jamais rien compris aux horaires de la Poste).

Parfois, quand on rentre à la maison, l’électricité se propage sur les z’enfants, qui se disputent à peine le seuil franchi.

Parfois, en déposant avec un gros soupir sac, manteau et écharpe, on voit un petit carton sur la table de la cuisine, avec un post-it posé dessus.

Le petit carton marqué à mon nom, que je ne pensais pas pouvoir ouvrir avant trois jours. Le petit carton que Chérimari, en mode gentil, connaissant parfaitement sa geekette-addict d’épouse, est allé lui chercher exprès à la Poste, en repassant à la maison le midi. Le petit carton qui contient mon nouveau joujou (non pas ce que vous pensez, non mais oh !) :

MON NOUVEAU TELEPHONE ! ♥

Bon le problème, c’est qu’il n’a pas voulu fonctionner le jour-même, et qu’évidemment, à l’heure où je l’ai ouvert, le service client était fermé. Le contraire aurait été étonnant !

Mais ce qu’il est beau, grand et brillant ; je n’ai pas fini de lui faire des papouilles, à celui-là (sous les regards consternés des z’enfants), et de Chérimari, qui n’a pas manqué au détour d’une bonne blague de se rappeler à mon bon souvenir pour le remercier personnellement de son dévouement (rien n’est gratuit)…

 

Publicités

7 réflexions sur “Mon précieux

  1. Ouaw c’qu’il est beau le téléphone. Faut pas désespérer
    Il faudra que je te montre mon dernier i phone4s (ou5?) androïde!!!!!!

    Papapapillon

  2. Il est beauuuuu! Je sais, je ne suis pas objective, j’ai le même! En plus je l’ai vu en vrai!!!

  3. Pingback: Dans ma cuisine… | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s