Retour vers le Futur(oscope)

Parmi les nombreuses sorties que je voulais faire en famille cette année, il y avait le Futuroscope. Situé à quelques petites heures de chez nous, presqu’autant que pour aller à Paris -également au programme- pour lequel il nous aurait fallu plusieurs jours, le Puy du Fou ôté de la liste pour cause de week-ends pluvieux et Disney car le trop jeune âge de Timouton m’effrayait à l’avance, ce parc en particulier a donc été choisi.

Un samedi matin nous nous sommes levés dès potron-minet sans avoir révélé aux z’enfants le but du voyage, mais en leur disant seulement qu’on partait pour la journée pique-niquer (quand on savait le déluge annoncé pour le week-end, c’était la blague du jour). Chérimari et moi avons été incorruptibles, malgré les tentatives désespérées des rejetons pour savoir où on allait.

En arrivant sur place, juste avant l’ouverture, il pleuvait déjà une petite bruine déplaisante. En entrant, inutile de dire que je ne reconnaissais pas grand-chose du parc. J’en avais de vagues souvenirs datant du collège, soit au siècle dernier ^-^alors que le site n’avait que quelques années. Vous excuserez les photos, il a du pleuvoir ce jour-là tout ce que le Poitou reçoit d’habitude en trois mois, et je n’ai pas voulu que mon APN s’enrhume, je ne l’ai utilisé qu’au minimum…

Nous avons commencé par l’animation « Arthur en 4D« , l’attraction principale selon les z’enfants. Embarqués à bord d’une coccinelle, bien arrimés à nos sièges, ça tangue, ça bouge, ça secoue, ça fonce à toute allure. Moi qui ne suis pas fan de manège, je suis servie, Timouton commence à pleurer au bout de deux minutes, je lui dis de ne pas regarder, c’est bientôt fini, j’ai le coeur au bord des lèvres et les belettes sont mortes de rire à côté. Ouf ça s’arrête enfin. Les effets sont super-réalistes, c’est très bien fait, mais mon petit-déjeuner remonte à un peu loin pour apprécier la blague. Idem pour Chérimari.

Ensuite, on enchaîne sur le Petit Prince pour nous remettre de nos émotions (une de mes attractions préférées dans le parc), très doux et poétique, et le spectacle i-Magic, très impressionnant car nous étions au second rang et on se demande encore comment le magicien a fait pour faire apparaître un hélicoptère et un petit avion sur la scène. C’est énervant, un peu.

A l’heure du déjeuner, il pleuvait encore plus fort qu’à l’arrivée, on a réussi à se trouver un endroit abrité où avaler nos sandwichs en deux temps trois mouvements, pas top.

L’après-midi est vite passé entre la gyrotour qui culmine à 45 mètres au-dessus du parc, le scooter des mers où les z’enfants se sont amusés à dégommer les déchets qui polluent les océans, deux films sur l’alpinisme et la NASA pour permettre aux parents de se reposer un brin (et de faire sécher les cirés), le Festival du Dynamique où je suis restée en arrière avec Timouton refusé car trop petit (à son grand désespoir), une animation sur les animaux du futur, le festival Imax avec la projection Astromouches en 3D. Chérimari et Misspaillettes ont testé Danse avec les Robots, et j’ai loupé leur passage parce qu’ils sont montés dans la machine juste au moment où les deux autres m’ont réclamé les toilettes. Pas top non plus.

Un saut obligatoire à la boutique souvenirs avant de regagner toujours en courant la voiture-graouh, et hop on rentre !

Notre bilan de la journée, avec quelques conseils :

* Excellente sortie en famille, même s’il vaut mieux attendre un âge minimum pour profiter au mieux du parc, 4 ans me semblant raisonnable pour commencer. Le personnel est très sympa et nombreux pour nous orienter si besoin. Les files d’attente sont en grandes parties abritées et font partie du décor, un peu comme des coulisses (et font passer le temps plus vite du coup).

* Faire le début du parcours par le fond du parc, Arthur étant l’attraction à la plus longue file d’attente, commencer par les plus populaires le matin, et réserver l’après-midi au reste ; de cette façon on remonte le parc et on termine la journée par l’entrée.

* Nous n’avons pas assisté au spectacle du soir, qui est grandiose paraît-il, tout simplement annulé à cause du mauvais temps, et on s’était dit que la fatigue serait peut-être la plus forte pour les z’enfants, se renseigner sur la météo avant de partir. Réserver un hôtel et prendre une formule visite le jour + nuit peut être une bonne solution dans ce cas ; s’y prendre tôt si on est cinq (comme nous) car les hôtels offrant des chambres de cinq ne sont pas si nombreux.

Nos regrets : essentiellement liés à une pluie carrément battante en fin de journée, qui nous a contraints à courir entre deux attractions, nous n’avons pas pu profiter du parc magnifiquement aménagé, des jeux d’eau ou d’extérieur pour les z’enfants. Le point + étant que nous n’avons quasiment attendu nulle part pour les attractions, faut bien en voir un !

8 réflexions sur “Retour vers le Futur(oscope)

    • Oui pour vous ça fait loin… Mais c’est super bien ! Et moins fatigant que Disney je trouve… enfin ce n’est pas tout-à-fait la même chose.

  1. Pis c’est gratuit pour les enseignants et leur famille! j’adore! ^^
    Maintenant qu’il fait beau, faut tester le Puy du Fou! Nous on y va le 17 juin pour le grand parcours avec les Minis et le 29 juin pour la Cinéscénie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s