Logique scandinave

La semaine dernière, en sortant du bureau, j’avais pour mission d’acheter des panneaux japonais pour le salon. A 17h30, flanquée du fidèle Bonnie, je franchis la porte coulissante du magasin que je connais par coeur, en me jurant intérieurement de ne pas y passer deux heures.

Je me suis dirigée vers le rayon « rideaux », en évitant soigneusement les détours inutiles, vaisselle, bougies and co. En traversant le « linge de maison », un lot d’essuie-mains en soldes s’est jeté dans mon panier. Je lui ai dit : « OK mais tenez-vous tranquilles, car je n’en prendrai pas d’autres.« 

Arrivée au libre-service, j’ai patiemment attendu que la dame devant moi finisse de s’énerver sur l’écran de l’ordinateur-qui-permet-de-trouver-tout-seul-ce-qu’on-cherche en jetant l’éponge et un « Ça marche pas votre truc ! » au malheureux vendeur qui n’y pouvait rien, pour me servir de la machine qui a bien voulu me donner toutes les réponses à mes questions à moi. Faut savoir lui parler à l’informatique.

Allée 29 place 15, allée 25 place 17, il a dit. C’était l’emplacement du tiroir et des étagères qui manquaient à notre dressing et plus en stock à notre dernière visite. Depuis, les pulls de Chérimari et les draps se livraient à une guerre de Cent Ans. Pas de mini-crayon à papier ni de carnet à côté de l’ordinateur, j’ai donc écrit des codes suédois sur la paume de ma main.

Devant le poids des articles et comme j’étais toute seule, j’ai piqué un chariot abandonné là, en minaudant aux deux vendeurs qui faisaient semblant de ne pas me voir me dépatouiller avec les étagères rebelles qui refusaient de quitter leur place, « Vous n’en avez pas besoin ?« , sur lequel j’ai posé Bonnie, les étagères et me suis dirigée vers la caisse.

Au moment de payer, j’étais sûre qu’il y avait une erreur sur le montant.

Je suis rentrée avec quatre étagères (je n’en ai besoin que de trois, mais elles sont toujours par lot de deux, fourberie), un tiroir, deux essuie-mains, quatre tirettes pour les panneaux japonais, une lampe de bureau et deux ampoules. Mais sans les panneaux japonais.

Vous l’aurez deviné : je suis allée chez Ikea.

Publicités

8 réflexions sur “Logique scandinave

  1. Pour les panneaux japonais, tu as zappé ou ils n’étaient pas dispos? J’adore les virées chez Ikéa. Tu achètes toujours des choses non prévues! Heureusement que je n’en ai pas tout près…. Quoique… lol

  2. hilarant l’article qui se jette dans le panier ! ah ben oui en effet ça me rappelle quelque chose ! D’ailleurs moi aussi j’avais fait un article, on a bien besoin de se confesser quand on y va (c’est comme les magasins de sacs ^^)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s