En mode célibataire-sans-z’enfants

Ce week-end, tout mon joli programme des vacances scolaires réglé comme le papier à musique  sur lequel Miniprincesse a failli déprimer en début d’année, avant qu’on la délivre de cet enfer à la Toussaint (ceci est une autre histoire) a volé en éclat, ma maman n’ayant rien trouvé de mieux que de tomber en faisant ses carreaux et se faire bien mal. La voici contrainte au repos forcé pour plusieurs semaines. Le ménage c’est tabou, on en viendra tous à bout, ou pas, en l’occurrence, c’est bien pour ça que je ne fais mes vitres que deux fois l’an. Et je sais, mes références culturelles sont indéniables.

En attendant, plus de mamie disponible de ce côté pour garder les z’enfants une partie du mois de juillet. Mon cerveau qui s’était très vite habitué à un rythme de croisière estivale a frôlé une fois encore la surchauffe, tant nous avons retourné l’énigme suivante dans tous les sens : mais qu’est-ce qu’on va faire des z’enfants ?

Nos amis picards E. et V., descendus pour le week-end en Bretonnie, ont assisté bien malgré eux à cet accès de désespoir ; pour oublier fêter les retrouvailles, on a copieusement arrosé la paëlla vendredi soir. La vie de famille n’étant pas toujours un long fleuve tranquille, en plus de ces tracasseries médicales, les repas ont été pour le moins animés, niveau second degré du terme (#j’aimemafamille).

Au réveil, je pensais tout comme E. m’être transformée en Hollywood chewing-gum ambulant (copyright E.) à cause de la menthe pastille ; aucun mal de tête en vue, mais plutôt l’arrière des yeux, quand on les tourne vous voyez, je ne sais pas si l’un et l’autre sont liés.

Bref tout ça pour dire qu’une solution a finalement été trouvée, il a été décidé que les z’enfants iraient en Gironde jusqu’à la fin du mois. C’était une première pour tout le monde, je craignais un peu leur réaction, car ils ne sont jamais partis si loin et si longtemps sans nous. Je ne tenais pas à revivre les adieux déchirants de l’an dernier, les 6 joues mangées de larmes au moment de monter dans une voiture qui ne les emmenait qu’à une centaine de kilomètres de la maison, soit l’autre bout du monde, les sanglots en fond sonore niveau 110 dB (ça va là, vous visualisez ?) et moi jurant de ne pas les appeler pendant tout ce temps pour ne pas créer de crise de calgon.

Les chenapans ayant réussi le test de quatre jours de garde la semaine dernière, j’ai donc été contrainte et forcée de terminer mon repassage dimanche soir, pour leur valise, alors que je n’avais qu’une envie, aller me coucher. Ce matin,  départ serein, les z’enfants vont y gagner une bonne dizaine de degrés et de jolies couleurs, y’a vraiment pas de justice.

Et ici, hors de question de se laisser abattre. Chérimari et moi avons une dizaine de jours devant nous, s’il veut bien ne pas être en déplacement en permanence. On va bien réussir à se faire un petit ciné, ou un resto, ce ne sont pas les idées qui manquent. On peut compter sur moi pour être inspirée.

Et les soirs en solo, je vais pouvoir m’adonner au plaisir sans fin de préparer des repas pas du tout équilibrés, noyer mes pommes de terre dans le ketchup sans entendre une petite voix râleuse me rappeler à l’ordre, dîner devant la télé, bloguer jusqu’à plus soif (mon repassage étant à jour je vous le rappelle), fumer sans rappels à l’ordre le soir sur la terrasse, parler avec le chat, seul être vivant à la maison, faire les magasins sans horaire à respecter, sortir avec les copines…. Hein ? Ah rien, écoute le silence.

Plutôt alléchant comme programme, non ? (Dieu que ça va être long quand même, 10 jours…)

Publicités

15 réflexions sur “En mode célibataire-sans-z’enfants

  1. un bon programe freestyle t’attend ca c’est le pied!!!!pas d’heure imposées, pas de retard, tu prends ton temps pour toi, c’est mérité dans la vie d’une maman ca!!!et que tes enfants profitent, et aiment leurs vacances!!!!

  2. Pingback: La jolie colonie de vacances et autres départs | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s