Dernières lectures

J’ai passé beaucoup de temps sur ce billet au mois de mai, je l’avais d’ailleurs intitulé « mes lectures de mai ». Et puis, au moment de le valider, pouf, squizzé. Plus rien que la photo. Mon effarement-colère-coup de sang devant une telle injustice m’a fait l’envoyer se faire enpapaouter chez les Grecs. Mais depuis, Zorro l’été est arrivé, et avec lui l’inévitable envie de parler de livres et de vous donner des idées pour les vacances, si ça peut vous aider. Il faut bien élever un peu le niveau, on ne va pas non plus passer des billets entiers à ne parler que sacs, soldes et chaussures, hein. N’est-ce pas ? dit celle avec un petit sourire aux lèvres, ayant en tête un énième billet pour montrer sa dernière acquisition sur la quatrième démarque des soldes. On y va.

Des vents contraires, Olivier Adam (prêté, il faut d’ailleurs que je te le rende, F.). Une écriture brute de décoffrage sur l’histoire d’un père de famille, admirable de force malgré ses nombreuses fêlures, qui tente tant bien que mal de rester la tête hors de l’eau et de se reconstruire avec ses deux enfants, à Saint-Malo, suite à la disparition soudaine de sa femme. Ça file les larmes, souvent, surtout les parties où ce sont les enfants qui sont concernés (on ne se refait pas) mais il reste toujours une note d’optimisme. La mer, le ciel, le vent sont superbement décrits en long, large et travers, et s’alignent parfaitement sur les états d’âme du personnage principal. Je ne compte plus les pages où l’auteur en parle, et réussit à le faire en les évoquant chaque fois différemment. En tant que Bretonne, sur ce point-là je n’ai pas été déçue, à chaque fois je me disais « c’est exactement ça ». On en sort essoufflée comme après une promenade sur la plage, un jour de tempête. J’aimerais voir le film maintenant (et Benoît Magimel, voilà).

Mon enfant de Berlin, Anne Wiazemski. L’auteur évoque la rencontre de ses parents, Claire (le personnage principal, fille de l’écrivain François Mauriac) et Yvan, officier d’origine russe dans le Berlin de l’immédiate après-guerre, en 1945. Elle mêle le journal intime et les lettres de sa mère, où celle-ci raconte sa vie d’ambulancière en France puis en Allemagne à la fin de la guerre, et le récit. La Seconde Guerre Mondiale est une époque de l’Histoire à laquelle je porte beaucoup d’intérêt car je suis toujours admirative de la force morale des gens « ordinaires », de leur adaptation aux épreuves et de leur capacité à survivre. Ici j’ai beaucoup aimé la description des doutes, des interrogations sur sa vie, des questions sur ses choix de Claire, sa fermeté face à l’opposition de ses parents de la voir partir à l’Est, qui n’était pas facile à vivre pour une jeune fille dans ces années-là, son sang-froid dans l’exercice de son métier. Je l’ai trouvée moderne pour l’époque, ce côté de son caractère me l’a rendue attachante. Sa rencontre avec Yvan, fantasque, drôle, très vive-la-vie, à l’opposé de son caractère à elle timide et migraineux, semble improbable, tout les oppose mais l’amour naît. Tout cela au milieu des ruines, dans un Berlin apocalyptique que l’on a du mal à imaginer parce que cette partie a été un peu oubliée dans l’Histoire, et que l’on a tendance à occulter la souffrance et le dénuement des civils. Claire et Yvan auront à convaincre leurs familles et à passer par-dessus les épreuves pour se marier, cet événement est un des moments forts et émouvants du livre, qui se termine avec la naissance de l’auteur, « enfant de Berlin ».

Sans un mot, Harlan Coben. J’ai lu « Ne le dis à personne » il y a plusieurs années, bien meilleur à mon avis que « Sans un mot ». Ici, l’histoire d’Adam, adolescent renfermé depuis le suicide d’un copain, qui passe son temps sur son ordinateur et qui disparaît après la réception d’un message étrange, est un peu décousue, les éléments ne s’imbriquent pas particulièrement bien. On tombe facilement dans le cliché banlieue résidentielle-parents aisés (l’un chirurgien, l’autre avocate)-enfant protégé-innocent de tout ce dont on l’accuse mais pas tant que ça finalement. Déçue et pourtant je n’aime pas abandonner un livre en cours de lecture, même si j’ai du mal à finir, ce que j’ai fait avec celui-ci (je l’ai fini, au cas où vous ne l’auriez pas compris, car je voulais connaître le dénouement, qui se devine avant la fin). Cet auteur a certainement d’autres romans plus attrayants, si vous en avez lu…

D’autres idées de lectures pour cet été : chez Caroline, Anne-Laure, la sélection Hellocoton polars, et ici même dans le tag j’aime lire, ci-dessous.

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Dernières lectures

  1. j’aime beaucoup l’univers d’Olivier Adam même si ce n’est jamais très gai,je trouve ça juste…Coben j’ai l’impression que chaque livre ressemble au précédent…je suis en train de lire Avant d’aller dormir de Watson et c’est très très bien )

  2. J’avais déjà noté les 2 premiers livres car ils m’attiraient! J’ai bien envie de découvrir la plume et la sensibilité d’olivier adam…

  3. Eh bien moi, je vous conseille Guillaume Musso. Je viens de commencer son dernier livre (l’appel de l’ange) qui semble encore très bien ficelé au niveau de l’intrigue.

  4. Pingback: Quelques livres… | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s