Procrastination, ma meilleure ennemie

Je ne saurais dire depuis combien de temps j’en souffre. Des mois sans doute, des années sûrement. Le phénomène s’est amplifié depuis ma reprise du travail, il y a un an et demi. Mon entourage familial, en pâtit, à plus ou moins grande échelle. Mais depuis la rentrée, j’ai décidé fermement et inconditionnellement de lui faire la peau, à elle : la procrastination. Lire la suite

Pliez-allongez

Image épinglée

Le jeudi n’est pas ma journée préférée de la semaine, je m’en suis d’ailleurs déjà plainte ici à plusieurs reprises, non sans bonnes raisons. En général, c’est toujours la journée qui cumule bouchons du matin+ambiance m*rdique au bureau+temps de chien galeux qui pue (voyez le tableau)+bouchons du soir. Et ça ça fait déjà beaucoup. Comme si ça ne suffisait pas, j’en rajoute une légère couche, le soir. Lire la suite

Rue du pêcher* et gâteau renversé

Il y a quelque part dans la campagne, une vieille maison qui appartenait à ma grand-mère et attend d’être rénovée. Près de cette maison, un vieux pêcher ; l’histoire ne dit pas qui de la maison ou du pêcher est arrivé le premier, Mamie aurait sans doute pu me répondre. La maison est vide. Dans le jardin où la nature reprend peu à peu ses droits, le pêcher continue de donner des fruits, comme s’il voulait nous dire « Eh oh, dépêchez-vous de revenir, je suis encore là, moi ! ». Alors que dans notre jardin où aucun arbre fruitier ne résiste à l’assaut des fourmis, et où j’ai dit adieu l’an dernier au cerisier planté avec tout le soin du monde, (je ne désespère pas pour autant), j’aime l’idée que dans ce terrain en friche, un peu oublié, un petit arbre résiste et produit vaille que vaille. J’aime l’idée d’utiliser quelque chose venant d’un arbre qui était là probablement bien avant moi, dont d’autres se sont régalés avant. Les pêches, comme les roses, et un peu de Mamie dans tout ça. Lire la suite

Routine-beauté de rentrée

En jetant un oeil sur mon étagère de la salle de bains, Chérimari m’a lancé l’autre jour : « Eh bien au moins, avec toi, les labos ne risquent pas de faire faillite. » Prends-toi ça dans les dents tout juste brossées. J’ai eu beau essayer d’argumenter que j’utilisais tout cela pour la bonne cause (et de me donner bonne conscience), je ne suis pas sûre d’avoir convaincu l’auditoire ce jour-là, qui se contente d’un shampoing, d’une mousse à raser et d’un tube de gel pour les cheveux. C’est bien la peine de faire des efforts pour tenter de garder le teint frais et l’oeil brillant. J’en profite donc pour faire ici la revue des derniers arrivés en gare, un bon petit billet superficiel à souhait, ça faisait longtemps, non ? Pas tant que ça, ah bon. Lire la suite

Au pied levé en talons de 9

Il y a une semaine atterrissait un SMS sur mon portable : « RDV samedi 19h pour l’anniv’ de JP. » J’ai aussitôt répondu que fêter ses 19 ans (pour 43 en réalité) était une excellente idée et qu’on y serait, pour sûr. Connaissant le fort penchant festif et sachant-recevoir-comme-il-faut de nos voisins, nul doute qu’on allait passer une bonne soirée. Lire la suite

Instants-bonbons

Malgré une volonté farouche de toujours vouloir stationner sur la place « optimiste », je reconnais que la vie quotidienne et son lot de routines épuisantes me renvoient assez souvent la monnaie de ma pièce. En bonne râleuse, consciente de son état au point de le revendiquer (j’ai d’ailleurs créé un tag à cet effet ici-même, voir en bas de page), mais qui se soigne, l’exemple le plus parlant est incontestablement l’énervement journalier envers des considérations bassement matérialistes comme le prix du carburant, le vingt-troisième papier de l’école à signer et à rapporter demain, les livres de la médiathèque à la date de retour encore dépassée, la question cruciale du qu’est-ce-qu’on-mange-ce-soir, et les micro-conflits avec les z’enfants, notés pas du tout par ordre d’importance. Bienvenue chez nous, une famille ordinaire. Lire la suite

Méli-mélo de souvenirs catalans : récit de vacances 5

Plutôt que de sauter par la fenêtre ou de me trucider avec le fil du téléphone, (c’est officiel, l’été est mort et enterré), je préfère en ce qui me concerne voir la bouteille, n’ayons pas peur des mots, à moitié pleine. Sentir les odeurs des vacances dans la tête ou la chaleur du soleil catalan en l’imaginant à travers les photos, c’est encore ce que j’ai trouvé de mieux pour me remonter le moral. Autant vous en faire profiter ! Lire la suite

La minute déco

La VPC a des effets complètement délirants sur moi : l’avis dans la boîte-mail ou le SMS de livraison d’un colis me met toujours dans un bonheur comparable à celui d’un enfant qui découvre ses cadeaux au pied du sapin. Jeudi, j’ai été joie tout l’après-midi, quand une aimable opératrice m’a informée de l’arrivée de notre commande de meuble dans leur entrepôt rennais. Ma joie a été très vite écourtée en revanche, à l’annonce de la fourchette très réduite pour la prise de rendez-vous afin de nous livrer : un seul jeudi, 15 jours plus tard et un créneau on ne peut plus pratique quand on travaille : 10-13H. Voilà, débrouille-toi avec ça. Lire la suite