Histoire du soir, espoir

histoireQuand les belettes étaient plus petites, il n’y a pas si longtemps, c’est-à-dire tout juste 4 à 5 ans, (j’ai un peu l’impression que ça fait 15 ans en fait, en les regardant bien l’une et surtout l’autre), je lisais quotidiennement une histoire, jamais deux, le soir sur le canapé. A cette époque j’étais mèrofoyer, ceci expliquant sans doute que depuis mon come-back au travail, la régularité est devenue une notion totalement subjective. Lire la suite