Qui dort dîne

doudous

Timouton fait partie de ces enfants qui, s’ils devaient se réincarner en objet, deviendraient une pile. Dès le lever, une fois la difficulté du tirage de lit passée et les yeux en face des trous, il part au quart de tour pour la journée. En général, vers midi, il accuse un gros coup de barre, qu’une sieste réparatrice le week-end efface vite, et c’est reparti jusqu’au soir, où il fait tout à fond jusqu’au coucher. Aussitôt allongé, Morphée a tout juste le temps de lui tendre les bras, et l’enfant part pour onze heures de recharge, en général sans interruption. Lire la suite