Le deuxième effet Kiss-cool

inscription 060313

Il y a un mois, pendant les vacances d’hiver, nous avons pris rendez-vous avec le collège pour y inscrire Misspaillettes pour la rentrée prochaine. Passé le premier « choc » psychologique de remettre les pieds, lors de l’opération Portes Ouvertes, dans l’ancien établissement où Chérimari et moi avons traîné nos guêtres à la fn des années 80 (au secours), sans même nous croiser (si j’avais su, bref), on a remis le couvert pour le rendez-vous officiel avec la directrice, en compagnie de notre aînée.

Le collège s’est bien modernisé et agrandi depuis notre passage, mais c’est toujours la même secrétaire qui nous a accueillis tous les trois avant de rejoindre le bureau de la direction, pour l’entretien.

Après une brève présentation de notre famille, nous avons laissé Chérimari et moi Misspaillettes répondre quasiment seule aux questions de la directrice, se présenter, dire ce qu’elle aime (les maths) ou pas à l’école, comment elle se décrirait, de façon plutôt à l’aise avec une très légère pointe de stress à l’idée de répondre à côté de la plaque, et cherchant dans ce cas notre approbation du regard.

Tout s’était bien passé, je sentais notre grande soulagée d’avoir mis un visage et des images sur son futur collège. On sort du bureau, on se serre la main, au-revoir Madame, quand soudain, se souvenant de ce qui a été dit plus tôt, elle demande à la secrétaire de sortir les fiches « des parents de Misspaillettes. » Oui, car au collège tous les anciens élèves (je n’ai pas osé demandé jusqu’à quelle année, l’établissement ayant largement dépassé les 100 ans) sont archivés. Et en moins de temps qu’il n’en faut pour retenir notre souffle, on fait un brutal « retour vers le futur » sur le comptoir du secrétariat, avec l’apparition en image de nos fiches de sixième, vintage 1985-1987, avec preuves par l’image, bien sûr : une photo de la sixième et une de la troisième. Au secours-bis.

Sous le regard complètement halluciné de Misspaillettes, qui me ressemble énormément, le mien un peu gêné comme si on ouvrait brutalement l’album photo familial devant une inconnue (mon visage est littéralement celui d’un bébé à la fin du CP) et celui carrément moqueur de Chérimari (avec déjà une bonne tête de vainqueur), la directrice visiblement s’amuse beaucoup.

Heureusement, les sacrées fiches rejoignent vite leur tiroir, et on ressort du collège avec un deuxième coup de vieux à digérer, en compagnie d’une future sixième hilare jusqu’au parking.

Quand il s’agira d’inscrire Miniprincesse en 2015, je pense que je demanderai clairement à passer cette étape, à l’aube de mes 40 ans, faut pas pousser non plus…

 

 

 

Publicités

10 réflexions sur “Le deuxième effet Kiss-cool

  1. Ah mon Dieu,
    donc si je comprends bien, il vaut mieux de pas se vanter qu’on est passé par là nous aussi. Euh, enfin juste moi…. Bon, alors je me prépare psychologiquement pour dans 4 ans.

  2. Hihihi, moi lors de mes 2 rendez-vous collèges j’ai échappé à la question. Attention le 3ème effet kisscool n’est pas très loin …

  3. Ca a du effectivement vous faire un certain effet de vous retrouver là mais de l’autre côté de la barrière familiale !!! le coup des fiches est très bon.

  4. Pingback: La cloche a sonné | Maman est en haut !

  5. Pingback: Rentrée zen | Maman est en haut !

  6. Pingback: L’inscription au collège | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s