Le taureau par les cornes

Quel est le deuxième effet Kiss Cool d’un hiver bien trop long, froid et pluvieux ? L’élargissement du tour de cuisse et d’arrière-train, que je suis moi-même en train d’expérimenter. Car oui, ce n’est pas une nouveauté pour moi, l’hiver a ce pouvoir récurrent de me tirer le moral vers le fin fond des bottes (de pluie) et de me rendre de très mauvaise humeur ; résultat, pour compenser, on se lance dans des valeurs refuges, complètement au hasard : la nourriture, calorique si possible, et avec les liquides assortis, tant qu’à faire. D’habitude, les autres années, une arrivée « normale » du printemps motive pour se lancer dans des petites salades légères, oublier tartiflettes, raclettes et bien vite tout cela se rééquilibre tout seul.

Mais cette fois, avec un hiver qui n’en finit pas, les gros pulls présentant l’avantage de masquer les formes et peut-être aussi, l’horloge biologique qui tourne -pour parler doucement-, les excès se stockent là où il ne faut pas. Rien de tel pour amorcer une bonne déprime qu’une virée shopping pour rafraîchir le dressing, (qui grossit lui aussi, va falloir trier un de ces jours), où on se retrouve avec tout un tas de jolies choses à essayer au fond d’une cabine baignée de néons blafards, au sol bardé d’une population de moutons mêlés aux cheveux des autres clientes passées avant vous. (Vous l’avez toutes vécu, ça, non ?) Un sentiment de fin du monde m’étreint à la vision d’horreur dans le miroir, le pantalon moule-cuissot et la bouée qui passe par-dessus, en mode Shar Pei. Je n’ose imaginer le tableau du bouton qui saute quand il faudra s’asseoir. Et pour couronner le tout, la voix aigrelette de la vendeuse criant la question qui tue : « aloooooors, ça allaiiiiiit ? » à laquelle on a juste envie de répondre : « NON fdqgdqfgdfqgdqfgdfqsgdq ça va pas ! » en lui jetant dans les bras tout mon fatras. Je n’ai pas été maso ce jour-là jusqu’à tenter le maillot de bain.

Me voyant revenir en vraie furie à la maison, et lui exposant les raisons de ma colère, le cher et tendre jamais avare d’un compliment ne trouve rien de plus intelligent à dire que : « C’est vrai que tu as pris un peu des cuisses. » Allo ??? Cette tirade me donne immédiatement envie de l’étriper dans la cuisine, et me fait prendre conscience si j’avais besoin d’un électrochoc, que cet hiver, j’ai franchement abusé. Bienvenue à baleine-land.

C’est décidé, on arrête les c*nneries.

Le problème, c’est que je n’ai jamais considéré, et refuse de le faire, la gourmandise comme un vilain défaut. J’aime trop le beurre salé et la confiture au petit-déjeuner ; hors de question de renoncer aux plaisirs d’une bonne table, de soirées agréables avec mes proches, et au verre de vin pour accompagner le camembert. Un bon repas à l’eau, au secours, c’est bien trop triste ! Et que dire du sacro-saint rosé pamplemousse-saucisson-Monaco au fromage du vendredi soir, une institution pour décompresser de mon planning de maman-solo, faire le débriefing de la semaine avec Chérimari et prendre le temps de se poser, sans courir ?

J’envie celles qui peuvent manger tout ce qu’elles veulent sans prendre un gramme, je sais que ce n’est pas mon cas. Sans aller jusqu’à parler de « régime », un gros mot banni de mon vocabulaire, malgré tout, force est de constater que je suis bien obligée de changer nos habitudes et d’alléger nos repas, ce qui ne fera pas de mal non plus à Chérimari, encore plus proche de la quarantaine que moi (dans ta face pour le coup du cuissot). Ma balance prend la poussière depuis suffisamment longtemps dans la salle de bains et je n’ai pas besoin d’elle pour deviner qu’il y a un peu de « surplus » à éliminer. L’été est encore loin, raison de plus pour s’y mettre dès maintenant et tenter de retrouver cette sensation de me sentir bien, sans forcément me priver ou me jeter sur la première gourmandise venue histoire de pallier à la frustration. Autant me pendre tout de suite sinon, humour au 4ème degré bien sûr, s’il était encore besoin de préciser.

Fini donc de piocher dans la réserve des chocolats de Pâques des z’enfants en cachette ou de me lancer sur les gâteaux apéro à 19h. Le printemps, c’est aussi le retour des tomates cerises, des fruits et légumes à volonté et des plats un peu plus light. Samedi dernier, j’ai même profité du soleil pour renfiler les baskets, que j’ai recherchées pendant 15 minutes tellement elles étaient bien rangées, pour le premier jogging de l’année, à petites foulées, accompagnée de Misspaillettes à vélo. J’ai même réussi à motiver Chérimari pour faire de même, et elles devraient se glisser dans la valise des vacances ce week-end…

Ce n’est pas de la dépense, c’est de l’investissement

On fait le point dans quelques semaines ?

PS : pendant la rédaction de ce billet, un SMS de Chérimari : « pour vendredi soir, poulet + vin rouge ? ». On est d’accord, c’est un complot contre moi, là ?

Publicités

14 réflexions sur “Le taureau par les cornes

  1. Je serais curieuse de connaitre ton avis sur ce genre d’huile…
    Je refais attention à mon alimentation depuis janvier, j’avoue que ça va pas trop de ce côté…

    • J’ai commencé à mettre l’huile le Petit Marseillais depuis 10 jours environ, l’avantage c’est que ça fait au moins masser… Pour les rondeurs, je n’ai à m’en prendre qu’à moi-même et mes mauvaises habitudes :-/

  2. Je crois bien qu’on est toute dans le même bateau . Bonjour la déprime avec les premiers soleil, quand tu ouvre ton armoire et que tu te rend compte que toute les jolies chose qui y sont rangés et bien tu ne rentre plus dedans….
    Allez courage ça fait ça tous les ans ! ON VAS Y ARRIVER A LES PERDRES SES;;;;de bourrelets

  3. Lol, je suis comme toi, j’ai banni depuis longtemps le mot régime de mon vocabulaire. Mais de mon côté, je n’avais qu’un objectif : le poids, j’y ferais attention des que j’aurais eu mon second bébé (attendu depuis 6 ans, merci la PMA). Aujourd’hui, ma seconde petite fille étant arrivée, je me dis qu’à la rentrée de septembre, je commencerais à regarder sérieusement la documentation des salles de sports de mon quartier :). Il n’y a que ça de vrai pour perdre les kilos : manger équilibré (ton poulet, tu le fais cuire sans matière grasse et tu y ajoute une salade de tomates/concombre en entrée ;)) et se bouger les fesses !! Le reste n’est à mon avis que fumisterie … Bon courage en tout cas, ça vaut le coup !

  4. Si ton homme t’a dit que tu as pris un peu des cuisses, tu peux t’inquiéter car en général les hommes font très attention lorsqu’ils font ce genre de réflexion : ils minimisent les dégâts… Trop peur d’aller pieuter sur le canapé quelques nuits 🙂

    • Je lis et relis ton com’ sans être sûre de bien le comprendre : si je capte, tu veux dire que c’est encore pire que ce qu’il a bien voulu me dire, c’est ça ? OMG ! O-O

  5. je suis dans le même pétrin que toi … pfff … je refuse de faire un régime, j’aime trop manger pour m’y tenir de toute façon … mais, insidieusement, les grammes se sont accumulés dans les cuisses et les fesses jusqu’à faire afficher un +2 kg entre septembre et aujourd’hui à ma balance ! et moi, j’aime trop cuisiner et manger pour faire régime … alors j’ai moi aussi ressorti mes affaires de sport, remisées placard depuis une blessure au genou l’an dernier, et c’est reparti pour le jogging !!!

  6. Pingback: Tarte chocolat-Carambars | Maman est en haut !

  7. Pingback: Tartare de kiwis à la menthe et mousse de fromage blanc | Maman est en haut !

  8. Pingback: Au pas de course | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s