Bienvenue à Wisteria Lane

sunrise 040913

Dans quelques semaines, fin novembre, cela va faire 10 ans que nous avons aménagé dans notre maison. Avant cela, Chérimari et moi avons vécu chacun dans la maison de nos parents, puis en appartement, mais jamais en lotissement. Quand nous nous sommes lancés dans le projet de construction, c’est quelque chose qui m’a un peu effrayée : vivre près de ses voisins, en ayant peur que le courant ne passe pas (réaliste) ou qu’on se pourrisse carrément la vie (angoissée de la vie au bord du suicide). Celle qui se fait des films-catastrophes dans un coin de sa tête, vous inquiétez pas, c’est moi, parfois. Aujourd’hui, quand je jette un coup d’œil par-dessus l’épaule, je réalise combien je suis attachée à mon quartier ; et à quel point, pour la bande de voisines fans de Desperate Housewives -comme j’ai aimé cette série !-, la réalité dépasse très souvent la fiction.

En 2003 (mode voix de Mary-Alice Young ON), nous avons été parmi les premiers habitants de la rue. Dans notre Wisteria Lane à nous, qui pourrait s’appeler rue des Pommiers, les autres maisons étaient en construction ou tout juste commencées. Si je me souviens bien, il n’y avait que la maison en face qui était habitée, une un peu plus haut et une autre en bas de la rue. Petit à petit, les maisons ont vu arriver leurs habitants, nous avons lié connaissance avec les voisins, tous plus ou moins dans notre tranche d’âge, et certains atomes sont devenus plutôt « crochus ». Avec d’autres, moins, le « bonjour » suffit, on ne peut pas plaire à tout le monde, hein Ginette ?

Assez vite, on a trouvé l’incarnation vivante de Susan et ses incontournables maladresses (clin d’œil à C.), ou de Bree limite psycho-rigide sur le plan domestique (ahem). Les copines sont souvent les premières à remarquer et complimenter un changement de coiffure ou à échanger un bon plan « chaussures » ; si on n’a pas instauré les soirées poker, on les a remplacées par des séances cinéma ou des virées shopping ; on se réserve parfois (trop peu) un resto, même si on reste accro aux apéros, surtout l’été.

On commence à ne plus compter les multiples services échangés, vive le troc, de la garde de rejetons in extremis, au taxi retour de l’école, des deux œufs manquants pour le gâteau impératif pour la classe le lendemain au prêt des bottes de pluie qu’on n’a pas pour la sortie-jardin, les maris n’étant pas en reste, à leur niveau. Le congélateur accueille la viande des voisins quand ils n’ont plus de place, les clefs passent de main en main quand on part en vacances, on peut toujours compter sur quelqu’un pour nourrir les chats ou les poissons rouges et surveiller la maison. Notre machine à laver familiale lave aussi le linge des autres quand ils subissent une panne. On a instauré la Fête des Voisins comme ouverture officielle de la chasse la saison des festivités, c’est à qui lancera le premier barbecue de l’été, on arrose naissances, baptêmes, anniversaires, réveillons… Chacun garde son chez-soi sans être toujours fourré chez les autres, l’intimité est quand même préservée derrière la haie du jardin, et c’est très bien comme ça.

Nos enfants sont presque tous nés ici, ils jouent ensemble depuis leurs premiers pas, le côté un peu agaçant de la chose étant qu’à la belle saison, on ne sait presque jamais où ils sont rendus, et que cela nous fait beaucoup râler quand il s’agit de rameuter la bande pour l’heure du dîner, ou quand un petit copain bien intentionné vient sonner à la maison en plein milieu du repas.

Et puis, comme à la télé, la roue tourne. Notre rue n’est pas non plus un jardin d’Eden familial, des maisons sont à vendre, rachetées, souvent pour les mêmes causes, certains partent, d’autres arrivent, et on espère que la tempête nous passera encore au-dessus de la tête. On se demande qui va remplacer les précédents occupants, en observant du coin de l’œil les nouveaux jusqu’à ce qu’on fasse plus ample connaissance. Certaines soirées un peu trop arrosées laissent éclater des réglements de compte, parfois ça finit bien, d’autre fois un peu moins, c’est la vie. On se confie, on demande conseil, même si les avis divergent, on est sûr de trouver à qui parler.

Toutes ces raisons et bien d’autres encore font que nous nous sentons bien où nous vivons, et qu’on espère rester sur cette ligne un moment encore…

Advertisements

13 réflexions sur “Bienvenue à Wisteria Lane

  1. ça doit faire une vie sympa dans l’ensemble tout ça ! Moi je suis sauvage, je me contente d’un bonjour ! On se croise très peu. Et puis ma rue est mal fichue (en pente et je suis dans le virage). Je ne connais pas du tout les derniers arrivés, après le virage ! Parfois je me dis que je passe peut être à côté de gens sympas, puis parfois je me dis que c’est une façon d’acheter à coup sûr ma tranquillité (on a été traumatisé par un voisin qu’on imaginait sympa et qui ne l’était pas du tout, au point qu’on a quitté une belle maison que j’adorais)

    • Notre rue est un genre d’impasse, donc la circulation y est réduite, et n’y passent que ceux qui y habitent ou presque. Ca donne un cadre très sympa en effet !

  2. haaaaa, ça fait chaud au coeur de lire tout ça !
    moi je n’ai jamais connu la vie en lotissement auparavant et là je dois avouer que c’est ABSOLUMENT GENIAL. moi, quand je parle de mon quartier je dis que c’est une vraie ambiance de : CAMPING ! et on peut VRAIMENT compter sur les voisins. Si je déménage un jour, je sais déjà que je vais être TRES EXIGEANTE qu’en à mon entourage. je pense que je ferais un véritable : Casting des voisins !
    merci à toi d’avoir si bien résumé notre beau quartier !

  3. J aimerai habiter dans ce quartier de notre petite ville.
    Ainsi j’aurai fait du co-voiturage ,avec ma blogueuse préfère pour aller à la danse!!!

  4. Je ne sais pas trop à qui m’apparenter dans Desperate housewives, parce que les nouveaux voisins sont en général assez « étrange » dans la série… 🙂

    En tout cas, c’était aussi un vrai stress pour moi quand on a acheté en face de chez vous. Pendant les 7 jours de compromis on est venus 20 fois vous scruter (tous les voisins), a n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Vérifier que vous n’étiez pas tous des « perturbateurs ». Dans notre ancien lotissement la moyenne d’age avoisinait les 70ans. C’était tranquille, c’est sur, mais surtout beaucoup moins vivant et joyeux.
    On se plait bien dans notre petite rue bourrée de cris d’enfants, même si de notre coté on met du temps à aller vers les autres… Je n’ose pas encore aller sonner quand j’ai besoin d’un œuf 🙂
    La puce adore aller « trainer dans la rue », au grand damne de sa maman, qui passe son temps a aller zieuter que personne ne l’a enlevée 🙂

    Et puis ce mois ci, j’ai pu gouter au « bonheur » d’être aidée par une voisine (LaMeilleureVoisineDeAllOverTheWord depuis ce jour :)). Et ça, ça n’a pas de prix…

    • Oui les nouveaux étaient souvent bizarres… mais cela ne veut pas dire que ça vous correspond ! Nan c’est vrai pour les tours de jour et de nuit ? Rhooo, :blush: merci pour le compliment, l’essentiel c’est que Loulou soit contente. Et puis, si si ose venir demander le sucre ou les œufs, ça va bien se passer !

    • Ce n’est pas le monde des Bisounours non plus, parfois c’est même très space entre certains, mais globalement, ça se passe bien (et la règle c’est de se tenir à l’écart des conflits quand on n’est pas concerné !)

  5. Je te souhaite d’être heureuse comme ça pendant longtemps !
    Trop de mauvaises expériences ont fait que je n’ai plus très envie d’essayer de me lier avec les voisins, le bonjour, un sourire et basta, pour le reste, je me débrouille en associable que je suis !

    • J’ai aussi ce côté « sauvage » ; de la timidité au départ plus qu’un côté hautain qu’on peut m’attribuer quand on ne me connaît pas bien, tout simplement parce qu’en voiture par exemple je ne salue personne, car je ne reconnais personne 😆 donc c’est involontaire. Et je ne copine pas immédiatement avec tout le monde, j’attends et j’observe, c’est sans doute pour ça qu’après j’ai de bonnes relations avec les voisins…

  6. Pingback: News en vrac du lundi | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s