Lectures

Je n’ai pas parlé « livres » depuis suffisamment longtemps par ici, c’est donc le bon moment pour rattraper cette lacune. Ce blog n’est pas que superficialités, dit fièrote, celle qui s’apprête à publier un énième billet sur des chiffons de greluche. On va dire que la bonne conscience parle, aujourd’hui, pour faire un peu sérieux ; mais pas trop, ici c’est pas non plus l’Académie, hein ! Alors, aujourd’hui, je vais vous présenter : du roman d’anticipation, du roman historique, et un thriller. C’est parti !

la trilogie Hunger Games (1), l’Embrasement (2), la Révolte (3), Suzanne Collins : la science-fiction et moi, version livres, ça fait souvent deux, contrairement au cinéma. Et puis, en parlant livres au travail, une collègue m’a fortement conseillée cette trilogie, dont bien sûr j’avais entendu parler, mais je ne pensais pas spécialement être le public visé, vu que c’est orienté plutôt adolescent. Je me suis plongée dans le premier tome, après une longue attente à la Médiathèque, car victime de son succès, il était toujours sorti. Et j’ai dévoré les trois tomes en un temps record. J’ai été captivée par l’histoire qui pourrait très bien se dérouler dans un futur proche.

L’action se passe sur ce qui reste des Etats-Unis, Panem : le pays a été divisé en douze districts, dirigés de façon autoritaire par le gouvernement, où règnent la misère et les privations. Suite à une tentative de soulèvement, matée par les autorités, celles-ci ont décidé de contrôler la population en la forçant à regarder un jeu de téléréalité organisée chaque année, les Hunger Games (Jeux de la faim), pour les besoins desquels un garçon et une fille sont tirés au sort dans chaque district. Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour remplacer sa jeune sœur, et se retrouve propulsée dans l’Arène, où le but est simple : survivre, à n’importe quel prix, y compris celui d’éliminer les autres candidats. Dès les premières pages, l’histoire m’a accrochée et impossible de lâcher le livre ; la tension est palpable, le rythme soutenu, l’écriture assez fluide, on assiste aux Jeux comme n’importe quel téléspectateur-voyeur de Panem, impuissant et captivé par l’intrigue. Le thème de la téléréalité pose des questions sur la normalité, l’injustice, l’esprit de compétition, les dictatures, la censure, la déformation de l’information, la liberté, le droit à sortir du rang, le contrôle et la manipulation des populations, thèmes on ne peut plus d’actualité. Et là-dedans, qui est-on en tant qu’individu, qu’est-on prêt à faire pour attirer l’attention, pourrait-on tuer son voisin/ami/parent pour survivre ? Même si c’est destiné à des ados, avec le recul de ma lecture j’estime qu’il faut quand même être bien « armé » pour ce livre ; certaines scènes sont violentes, hyper réalistes, stressantes aussi. Mais j’ai adoré. Et je n’ai pas vu le film… Petit aparté, mais j’ai appris ensuite que les Etats-Unis sont effectivement divisés en douze districts par leur Banque Centrale…

la Couleur des Sentiments, Kathryn Stockett : tout autre genre, et un énorme coup de cœur, que je conseille vraiment de lire. 1962, à Jackson, état du Mississippi, Skeeter Phelan, jeune fille bourgeoise rejoint la plantation familiale à la fin de ses études. Elle découvre que Constantine, la nounou noire qui l’a élevée,  a été renvoyée et est partie sans un mot. Elle va se mettre en quête des raisons de son départ. Petit à petit, en interrogeant les autres bonnes qui travaillent chez ses amies et connaissaient Constantine, une relation va se tisser et se transformer en amitié. Ensemble, malgré les dangers que cela représentent pour l’époque, Skeeter, qui se rêve journaliste, Minny, Aibileen et les autres, vont alors écrire en secret l’histoire de ces femmes, pour faire changer les choses…

D’habitude j’ai du mal avec les livres à plusieurs narrateurs, ce qui est le cas ici car chacune à son tour, avec son phrasé et le ton qui lui est propre, prend la parole. Mais dans ce livre, c’est différent, on rentre très vite dans l’histoire, les personnages sont très attachants. Malgré les drames, c’est souvent très drôle par endroit, et très émouvant à d’autres, j’ai versé ma larme en le lisant. Il s’agit de la grande Histoire vécue au quotidien, celui des Noirs travaillant au service des Blancs dans le sud des Etats-Unis. Alors que l’esclavage a été aboli au siècle précédent, dans les mentalités rien n’a changé, mis à part le salaire. La ségrégation se retrouve dans les moindres gestes du quotidien (transports, magasins, administration…), et cela n’est pas si lointain. On vit de l’intérieur la Marche pour la liberté avec  M. Luther King, on sent les prémisses d’un changement d’époque. Pourtant les bonnes portent un amour incroyable, parfois bien plus important que les mères elles-mêmes, pour les enfants blancs qu’elles élèvent souvent jusqu’à l’âge adulte. L’auteur a elle-même été élevée par une nounou noire et a vécu dans ce Sud-là, elle décrit merveilleusement les sentiments, les impressions, les émotions. Un excellent moment de lecture.

Room, Emma Donoghue : Jack va avoir 5 ans et vit avec sa mère. Sauf que depuis sa naissance, ils vivent tous les deux enfermés dans la même pièce, sans en être jamais sortis ; ils sont en fait séquestrés par un homme, que la maman de Jack surnomme le Grand Nick. Plus l’enfant grandit, plus celle-ci comprend qu’elle ne pourra pas toujours protéger son fils et va décider de le faire sortir…

L’histoire est racontée par l’enfant, au début j’ai trouvé cette narration un peu dérangeante car c’est un langage enfantin qui est utilisé. Puis on découvre petit à petit les tenants de l’intrigue, on sent que des évènements arrivent. Malgré son impuissance au quotidien vis-à-vis de leur « geôlier » dont elle dépend entièrement , la maman entoure d’amour et de douceur son fils, elle veille à son éducation et à la découverte du monde, certes réduit, qui l’entoure. C’est une histoire terrible et forte, car très réelle, on a entendu encore récemment parler de faits divers qui y font penser, émouvante, et très prenante.

Depuis, j’ai lu cet été « le Club des Incorrigibles Optimistes » de Jean-Michel Guenassia, « la Liste de mes Envies » de Grégoire Delacourt, dont je parlerai une autre fois, et je suis plongée littéralement dans « les Visages » de Jesse Kellerman. Et vous, des idées de lecture ?

Advertisements

9 réflexions sur “Lectures

  1. J’avais adoré « la couleur des sentiments ». En VO en plus, on peut ‘lire l’accent »!

    Sinon, en ce moment je suis dans un Philip Pullman un peu surprenant: « Jesus le bon et Christ le vaurien » qui raconte l’histoire de Jesus Christ comme si ce dernier était en fait un duo de jumeaux que beaucoup de chose opposent mais chez lesquels ont retrouve les traits de celui que l’Eglise connait ^^
    Pour le moment, j’admire le tour de force littéraire de l’auteur…

  2. Hunger Games me tente bien aussi! Quant à La couleur des sentiments, il est présent dans ma PAL depuis un moment mais je ne trouve pas le temps d’attaquer ce pavé…
    Bonnes lectures!

  3. J’ai lu la trilogie des hunger games l’été dernier et actuellement je suis plongée dans « la couleur des sentiments »! « Room » me tente bien, j’ai lu pas mal d’avis positifs dessus ce roman!

  4. Je n ai lu ni Hunger Games ni La couleur des sentiments mais j ai vu les films que j ai apprecies… D ailleurs le film « The Butler » reprend ce theme de la segregation aux Etats Unis ds les annees 50. Pas mal. Recemment j ai termine « Quitter le monde » de Douglas Kennedy. Une revelation ! je ne m attendais pas a cela de la part de l auteur que je classais parmi les auteurs de romans de gare. Belle erreur! j ai juste envie de lire tous ses autres romans !

  5. Pingback: La Chute des géants, l’Hiver du monde et autres lectures | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s