Nettoyage d’automne au jardin

DSCN7394

J’avoue sans honte faire partie du club des éternelles insatisfaites. Alors que j’approuve totalement les citations du genre « profite de l’instant présent », « ne te laisse pas gâcher la vie par des petites choses », dans les faits, je geins plus que de raison que je n’ai jamais le temps de rien, qu’on a déjà eu trop de pluie pour la semaine et que le week-end passe trop vite. Et de me retourner invariablement vers la seule oreille disponible à ces moments-là, i. e. Chérimari, qui au bout de 20 secondes tourne les talons devant la transformation de sa moitié en mégère sauvage. Vous avez dit ch*ante ? Bienvenue chez moi !

Ce week-end donc, a encore filé à toute vitesse, avec pour commencer les trois heures passées samedi matin dans le magasin-expo pour choisir carrelage et faïence pour nos futurs travaux de salle-de-bain. Le temps s’est écoulé presque aussi vite dans cet endroit que quand je décide d’aller faire un tour chez H&M ou Ikea, complètement dingue. Je me suis découvert une nouvelle passion pour le carrelage, ai presque sauté de joie devant Chérimari incrédule quand j’ai découvert qu’ils avaient mes carreaux de métro (oui, car ils seront bientôt sur nos murs) avec la bonne dimension, la bonne forme biseautée, et les bonnes couleurs, yihaaa ! J’ai vu à cet instant la phrase « ma femme est folle » passer dans les yeux de l’homme. Double satisfaction personnelle, quand j’ai trouvé aussi en rayon le carrelage type béton industriel griffé (pardon pour la description, je ne suis pas pro et n’ai aucune idée de son nom) dans notre budget, principal critère de qui-vous-savez. Je ne suis pas qu’une horrible dépensière, j’ai gagné des points, redonnés 5 minutes plus tard à l’énoncé du tarif de la mosaïque pour lequel nos deux bras et nos reins ne suffiraient pas.

Nous avions bloqué l’après-midi pour nettoyer le jardin. Entre la taille des haies, celle des rosiers, le ramassage des détritus, on avait fort à faire. Et nous comptions sur les six bras et la bonne volonté de nos chers rejetons pour diviser le temps de travail. Il y a de l’ironie dans la phrase précédente, sauras-tu la dénicher ? Les filles ont argumenté qu’elles se taperaient tout le boulot pendant que Timouton serait à la sieste, ce à quoi nous leur avons promis de laisser sa part au numéro3. Devant leur manque évident d’énergie et à court d’arguments, « mais pouhhhhh pourquoi on doit vous aider, nous ? » (question à 1 000€ Jean-Pierre), « De toutes façons je suis sûre que tu le faisais même pas toi, quand tu étais petite », « Il pleut, j’ai pas envie de sortir », je les ai tirées du canapé, direction le garage, on enfile les bottes et zou, dehors ! Hashtag bouffetesfessesfeignasse. Nan mais oh, qui c’est qui commande ici ?

Ma pauvrette, si tu savais, quand j’étais petite, on allait chercher le bois dans la forêt, en ayant grand peur des loups qui y rôdaient encore, et en laissant derrière nous des petits cailloux pour retrouver notre chemin. Mais on n’avait pas de galette et de petit pot de beurre. Bref je m’égare.

Au bout de cinq minutes, sous un chaud soleil, armées l’une d’un râteau et l’autre d’une pelle, je n’entendais déjà plus rien, ce qui m’a confortée dans le fait que décidément, il ne faut JAMAIS céder aux z’enfants. Quand Timouton s’est levé deux heures plus tard, pensant à tort que ses sœurs auraient abattu tout le sale travail pour lui, il n’a eu d’autre choix que de rassembler les petites branches, sans jouer avec la brouette ni la pelle, on n’est pas là pour rigoler. A eux trois, ils nous ont bien aidés, motivés aussi par une récompense tue  jusqu’au soir. Oui je sais, le marchandage c’est mal. Mais au moins ils ont fait le job, c’est toujours ça de gagné.

A 19h, le jardin était propre comme un sou neuf, débarrassé des branchages, prêt pour l’automne. J’ai pu mettre ma promesse à exécution, à savoir un bon Mac Do pour eux -on n’a rien sans rien, ce qui m’a permis d’être classée mère-parfaite toute la soirée- , pendant que nous parents, nous enfilions les premières huîtres de la saison, bien méritées.

On fait quoi, le week-end prochain ? Ah pas de repos non plus, un chouette anniversaire se profile à l’horizon…

DSCN7380

DSCN7388

DSCN7392

DSCN7382

Et pendant ce temps, certains se la jouent très cool...

Et pendant ce temps, certains se la jouent très cool…

Advertisements

7 réflexions sur “Nettoyage d’automne au jardin

  1. Du coup on a un peu honte juste a coté de votre beau jardin tout propre.
    Tu les loues tes enfants? Car pour le coup avec mon gros bidon, la volonté de papalou et les petites mains de loulou, on avance pas comme il faut 🙂

    • Bree se doit d’avoir un jardin impeccable 😆 Paradoxalement, je suis sûre qu’ils seraient ravis d’aller travailler chez les voisins (l’herbe plus verte, etc…) surtout que les filles admirent tes talents de chef-en-cuisine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s