Le pays joyeux de la pré-adolescence

cookies 261113

On avait déjà un avant-goût de ce que Misspaillettes nous réservait au tournant de notre vie de parents. Depuis le début du CM1, quelques petits signes étaient là, tapis dans l’ombre, imperceptibles d’abord puis de plus en plus évidents à la rentrée suivante. Mais à l’arrivée en 6è, j’avoue, (pour reprendre une de ses expressions favorites), c’est le virage. Ça y est, on a une pré-ado à la maison. Des preuves ? Mais y’a qu’à demander, des jours que je réfléchis à ce sujet et que les idées viennent toutes seules amener de l’eau à mon moulin. 

♥ elle commence à organiser des mini-sorties avec les copines : il y a un mois, on a eu droit à la soirée Halloween inmanquable, à condition que la petite bande ne se couche pas à pas d’heure, sinon merci l’humeur de dogue à qui on doit annoncer qu’il y a rupture de pâtée le lendemain ; et cette semaine, vas-y que je te remets le couvert avec la fête foraine.

♥ elle me pique mon portable pour envoyer des sms aux copines (sur le portable de leur mère, aussi), les filles il faut qu’on tienne bon, la première qui dégaine le téléphone à sa fille on est foutu !

♥ je suis obligée d’attendre mon tour et de la chasser de l’ordi pour pouvoir bloguer tranquille, nanmaisoh c’est qui la blogueuse ici ? Je vais mettre une tapette à souris planquée sur le bureau un de ces jours.

♥ elle est serviable et a le souci de bien faire. Mais quand ça veut pas, ça veut pas, je peux attendre des plombes au pied de l’escalier pour que tout le monde rapplique malgré mes « venez mettre le couvert ! », « j’attends ! », « à taaaaaaaaaaaable ! » sans équivoque, pour lesquels j’obtiens des « ouiiii, j’arriiiiiiiiiiiiive ! », « 2 s’condes ! », « mais c’est bon làààà » sans que je voie personne venir.

♥ question humeur, c’est le grand 8. Elle peut passer du fou-rire incontrôlable parti de rien et des bisous baveux à souhait, à la crise de larmes, en général provoquée par une broutille aussi, accompagnée de pas d’éléphant qui escalade l’escalier pour rejoindre sa chambre quatre-à-quatre, en claquant celle-ci bien fort, au cas où ses relou de parents n’auraient pas compris qu’elle est fâchée. « Mais qu’est-ce qui t’arrive ? » n’est pas la meilleure phrase à sortir dans cette situation.

♥ niveau vestimentaire, il y a belle lurette qu’elle choisit elle-même sa tenue du jour, sur laquelle 99% du temps je ne trouve rien à redire. Tout est toujours assorti, l’harmonie des couleurs, l’accessoire qui va bien, c’est bon elle maîtrise. Je me demande de qui elle tient.

♥ niveau rangement, on repassera. Si le vendredi j’ai oublié la tenue qu’elle portait le lundi, je n’ai qu’à regarder sous la pile de vêtements déposée sur la chaise de bureau, qui contient tous les looks de la semaine empilés en millefeuille. Une bonne raison pour brailler dans son antre : « Punaise viens ici et range-moi ce bazar avant le week-end ! » Sachant que ça me prend le vendredi et que cela ne lui laisse aucun délai supplémentaire pour s’exécuter en soufflant et en levant les yeux au ciel. Méfiance, je suis capable de tout balancer par la fenêtre.

♥ après elle va venir se plaindre que son slim préféré n’est pas lavé. Et elle hurle en trépignant « Nan mais c’est pas possible, j’ai RIEN à me mettre ! ». Désolée mais ta mère est bête et disciplinée, si c’est pas dans le bac à linge, c’est que c’est pas sale, si ? Ah si.

♥ rien ne lui fait plus plaisir (et à moi aussi) que d’arpenter les rayons des boutiques, on pourrait y aller tous les samedis qu’elle ne trouverait rien à y redire. Chérimari voit tout ça d’un très mauvais oeil, je ne comprends pas. Je me demande de qui elle tient, bis-repetita.

♥ elle fait preuve de beaucoup de diplomatie en évoquant l’âge des adultes. L’autre jour, en parlant d’un responsable au collège, je lui demande « quel âge il a ? ». Elle sort : « Ah mais il est vieux Monsieur L., genre beaucoup plus que vous, il doit avoir 49 ans ! » Soit 10 ans de plus que ton papa, c’est bon on n’est pas encore considéré comme des dinosaures. Sourire en coin de ma part, je suis donc une jeune adulte à ses yeux.

♥ finalement, la pré-adolescence, c’est rempli de moments sucrés et acidulés à la fois, comme les cookies qu’elle adore nous faire. Ceux au chocolat au lait et fruits rouges de ce soir était une tuerie, d’ailleurs. Je sais, le raccourci était facile.

Il y a un an, jour pour jour, je postais déjà ça. Depuis, je confirme, on a bien passé une étape supplémentaire.

DSCN7581

Advertisements

6 réflexions sur “Le pays joyeux de la pré-adolescence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s