L’opération escargot du snood

DSCN7801

Depuis que je me suis mise au tricot, en général en compagnie d’un mug fumant de tisane, d’un feu crépitant et d’un Mistercat ronronnant (c’est bon, vous visualisez le tableau-mamie ?), j’avoue que c’est, après ce blog, l’un des meilleurs défouloirs que je connaisse pour me changer les idées après une rude journée de semaine, doublée d’une soirée-coup de feu avant le grand calme de 21h00. Jusqu’ici, je ne réalise que des snoods, et presque toute la tribu en est à présent pourvue.

L’hiver dernier, voyant ses rejetons au cou chaud, Chérimari m’a demandé négligemment : « tu m’en ferais bien un à moi aussi ? » « Et comment ! », ai-je répondu. Pour une fois qu’un de mes projets fantasques obtient son agrément, je n’allais pas refuser !

Les précédents avaient été réalisés au point mousse pour se refaire la main, et au point jersey, ce qui permet des ouvrages assez rapides. Mais pour l’homme, j’ai visé un niveau au-dessus. Vous savez ce que c’est, une fois qu’on maîtrise, on s’ennuie, et l’esprit du challenge ne tarde pas trop à faire son apparition. Ici, j’ai voulu inaugurer du point de compét’, encore jamais tenté, le point de blé, vu chez Anaïk. Peur de rien, la fille.

La pratique a été, comment dire, un peu chaotique. Déjà, commencer un snood à la fin de l’hiver, alors qu’on rêve de tenues printanières, ce n’est pas vraiment le bon plan. Ensuite, quand on fait 4 rangs le soir devant la télé et qu’on finit par s’endormir dessus, ça n’avance pas vite. Enfin, il faut tout bien noter sur un petit papier si on veut éviter les râtés (et il y en a eu). 

Ça commençait plutôt mal entre ce snood et moi, car je ne sais plus combien de fois j’ai recommencé les premiers rangs. Puis je l’ai laissé dans un coin, en l’oubliant jusqu’à cet automne, où je l’ai repris là où il était (la moitié), ne voulant pas m’avouer vaincue. Finalement, la deuxième partie a été bien plus aisée que la première, on va dire que c’est l’expérience qui paie ?

Voilà, Chérimari peut enfin arborder fièrement son snood à la jolie texture, enfin une fois que je l’aurais lavé pour sa petite peau fragile…

DSCN7803

Mini-tuto : j’ai pris de la laine Partner 6 Phildar sans trop de laine dedans pour éviter les gratouilles, sur des aiguilles n° 6. Le point de blé : une maille endroit, une maille envers, en mettant le fil devant ou derrière l’aiguille à chaque fois, sur deux rangs. Au troisième rang, on inverse. J’ai décortiqué pleins de videos et de fiches sur le net avant de comprendre le truc, et ensuite ça file presque tout seul ! Le format fini une fois replié et cousu fait environ 40 x 29 cm.

Comme c’est très addictif, je n’ai pas laissé les aiguilles refroidir, et suis repartie sur un nouveau… snood, pour moi cette fois, mais en maille jersey avec de la laine + alpaga, une vraie petite douceur… que j’espère finir assez vite, d’où le jeu de mots dans le titre !

DSCN7794

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s