Un anniversaire « Back to the 60’s »

DSCN7985Misspaillettes a rajouté une bougie au moteur (haha, le jeu de mots moisi) début janvier, mais nous n’avions pas encore pris/trouvé le temps de passer à la partie la plus importante pour elle, celle de la fête d’anniversaire avec ses copines. Il faut dire aussi que non content de nous arroser pendant la semaine, le ciel breton déverse sur nos têtes des trombes d’eau le week-end, depuis la mi-décembre, à croire que toutes les vaches se sont donné rendez-vous en Bretonnie pour uriner. Et chez moi, quand il pleut, la motivation et la réflexion c’est zéro pointé.

Malgré cet état léthargique, j’ai bien dû me secouer les puces pour 1) fixer un samedi et 2) le plus gros du travail : trouver l’idée de génie pour occuper ces demoiselles. Après consultation de la principale intéressée, il en est sorti que : la pyjama-party, pfiou c’est teellllllement primaire, on oublie, le bowling qui me tentait moi ne lui disait rien à elle, et la patinoire qui lui faisait envie ne m’attirait pas plus que ça, rapport à quelques souvenirs douloureux pour mon arrière-train qui me tiennent à l’écart de la glace à jamais.

Il restait le cinéma, malheureusement rien de bien excitant cette semaine pour des pré-ados. Ou le musée/expo/visite culturelle. Suivi ou précédé d’un petit repas au restaurant ; au moins si l’expo était nulle, on pourrait toujours se rattraper dans l’assiette. Honnêtement, je préfère ça que l’inverse.

J’ai donc enclenché le mode « mère pleine de ressources » et me suis mise à la recherche de la partie culturelle, pour la suite, j’avais déjà ma petite idée. J’ai proposé une expo aux Champs Libres, acceptée par le jury ; et un déjeuner dans un endroit qu’il me tardait de découvrir, « Back to the 60’s« *, dans le centre de Rennes.

Nous sommes parties entre filles (Miniprincesse, Misspaillettes et deux copines, et moi) samedi midi. Dès la montée dans la voiture, le ton était donné, et je n’ai eu nullement à m’inquiéter de trouver des sujets de conversation, leurs bavardages intensifs remplissant la moindre seconde vide. A l’arrivée, bien m’avait pris de réserver nos places, car le temps de nous installer la salle était complète. Le fessier confortablement calé sur des banquettes en simili cuir rouge et blanc, j’ai eu tout le temps de détailler la déco « vintage » du lieu : grands carreaux noirs et blancs au sol, plaques publicitaires métalliques aux murs, juke-box, enseignes lumineuses, néons, tout y est.

Avant de franchir la porte, on range son « ni trop gras, ni trop salé, ni trop sucré » au placard, car mieux vaut ne pas compter les calories. J’ai choisi le burger du jour : un Savoy reblochon-lardons-oignons, les filles ont pris aussi des burgers et Miniprincesse des nuggets. D’où l’on reconnaît le formatage gustatif de nos chers enfants à cause de ce cher Ronald, celle-ci a commencé à faire la mine sur son assiette à la vue des frites maison, excellentes ceci dit. Entre deux plats, les miss ont eu le nez collé à la vitre et toute la rue a subi un bon mitraillage en règle du look, chien compris quand il y en avait, accompagné de fou-rires. L’estomac bien rempli, je pensais faire l’impasse sur le dessert mais c’était oublier l’appétit d’ogresses des belettes qui ont demandé le double donut, à partager tout de même, pendant que je distribuais une partie de mon café gourmand à ma numérobis. Voilà, service rapide et gentil, assiettes bien garnies et goûteuses, une bonne adresse que je recommande, succès garanti auprès des ados ou comment marquer des points au tableau de la mère parfaite. Le fond sonore est un peu bruyant, because clientèle jeune et musique assez forte (à mon goût) mais cela ne m’a dérangée plus que ça. Comptez entre 10€ et 12€ pour un burger, 5€ à 7€ le dessert, 3.20€ la grande bouteille de Coca, menu enfant 8.50€. Les végétariens ne sont pas oubliés.

Ensuite, la caution culturelle : direction les Champs Libres pour l’expo « Parce Queue« , qui traite de la fonction de la queue des animaux, humain compris, puisque suite aux évolutions génétiques, le reste est chez nous aujourd’hui le coccyx. Je n’étais pas sûre que cela leur plairait, finalement on a passé un très bon moment et appris plein de choses, via de multiples supports qui rendent l’expo très interactive : videos, animaux sous forme de squelettes (dont on a eu du mal à reconnaître certains) ou naturalisés… Pour finir par un photomaton très drôle. On a même enchaîné sur l’expo « Tous vivants, tous différents« , sur la biodiversité des espèces et et la disparition de certaines.

Voilà, deux heures plus tard, c’est une joyeuse bande toujours aussi bavarde que j’ai ramenée à la maison, juste à temps pour l’heure du goûter ; en plus de parler tout le temps, qu’est-ce qu’elles mangent ^-^

Inutile de préciser que le soir, j’ai eu un gros coup de barre, plus fatiguée que si j’avais fait les soldes dites donc !

Etant certaine de lui avoir fait plaisir, je pensais à tort être écoutée un peu plus rapidement et facilement, que nenni, notre collégienne n’a pas mis plus d’ardeur à obéir à ses parents chéris le reste du week-end. Mais désormais j’ai un argument de poids pour la rappeler à l’ordre, non mais !

DSCN7978

DSCN7986

DSCN7987DSCN7984

*5B rue  de Saint-Malo 35000 Rennes, métro Ste Anne – 09 81 95 11 41

Publicités

5 réflexions sur “Un anniversaire « Back to the 60’s »

  1. Je trouve ton idée super. Je le ferai avec ma puce un peu plus tard, elle a 10 ans mais je garde ton idée en mémoire.
    bonne journée

  2. Pingback: Valentin, Picard et nous | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s