Maman, elle a le droit de grogner

« Maman, t’as pas dormi ? » / « De toutes façons, tu fais rien que me grogner dessus ! » / « Vraiment, t’es toujours de mauvaise humeur le dimanche ! ». 3 interlocuteurs différents*, 3 phrases du même acabit à mon encontre en une semaine.  Ça mérite peut-être que je m’y arrête quelques minutes, au moins ici…

Ce n’est pourtant pas trop le genre, de s’épancher sur le blog. Ici je choisis sciemment de ne montrer que les aspects rigolos du quotidien, parce qu’on n’est pas là pour pleurer dans les chaumières. Volontairement, j’occulte le côté obscur de la force, tout d’abord parce que je me réserve une certaine frontière avec l’intimité de la vraie vie, ensuite parce que tout n’est pas forcément intéressant à raconter, ou ne mérite pas qu’on s’y arrête.

Un blog après tout, n’est que le petit bout du miroir sur la vie de son auteure(r) que celle (celui) -ci veut bien montrer. Seulement parfois, le côté sombre sort de son tiroir et me fait un signe du genre, « hey moi aussi je voudrais bien que tu parles de moi ! » Oh mon Dieu, quelle révélation, Covima nous cacherait des choses et elle aurait une vie normale, faite de hauts et de bas ? Eh bien OUI, cher public, et aujourd’hui c’est un vrai billet d’humeur auquel tu vas avoir droit. Il est encore temps de cliquer sur la croix rouge en haut à droite si tu veux.

Parce qu’une maman, ça doit toujours avoir le happy face collé sur la tronche. T’as signé, c’est pour… voilà. Pas le droit d’être de mauvaise humeur, jamais. Pas le matin, sinon les z’enfants vont l’être aussi, et ce serait mal commencer la journée. Pas au bureau, surtout pas, aimable tu dois être, et supporter les sautes d’humeurs des autres. Pas le soir, en rentrant, le coup de feu de 18:00 est suffisamment chaud les marrons comme ça. Et puis surtout pas le week-end, pour le retour de la moitié, sourire et jovialité sont de rigueur. Quand alors ? Ja-mais. Pour pallier à cette furieuse envie de râler, qui te ferait du bien, deux solutions : soit tu t’assieds dessus et tu passes à autre chose ; soit tu encaisses et tu remplis les réservoirs jusqu’à ce que ça déborde, option que j’ai choisie.

Vois-tu, Covima en ce moment elle râle. Beaucoup. Enfin c’est surtout la Covima-maman qui s’est transformée en mère-fouettard-hystérique-déprimée-foldingue-allumée du ciboulot. C’est assez clair, tu visualises le portrait ? Parce que Maman, elle supporte de plus en plus difficilement :

  • de tirer Timouton du lit chaque matin, en affrontant des jérémiades sans fin, du style « j’veux pas m’leverrrrrr » et d’être obligée de se fâcher pour qu’il se mette debout. Après on est en retard. Tous les matins. Moi non plus je ne veux pas me lever pour aller travailler. Marre.
  • de répéter, répéter, répéter, tel l’écho dans la montagne qui ne rencontre jamais de réponse : « allez à la douche, venez mettre la table, range tes affaires, mange pas comme un goret, attention à ton verre (trop tard), ne balance pas tes jambes sous la table, lâche cet ordinateur/DS/télé, je vous préviens je vais tout confisquer, obéis du premier coup, réponds quand on t’appelle, ne me parle pas sur ce ton je ne suis pas ta copine… » Petit échantillon des discours super-intéressants que je tiens quotidiennement, et qui m’a valu une grosse engueulade avec Miniprincesse mercredi soir. Marre.
  • de remplir le papier pour la réunion parents/profs, attention 7 minutes accordées pour chaque entretien, parce que c’est moi qui vais m’y rendre ; de signer le cahier de liaison pour ne pas avoir à dire après à la maîtresse « ah mais je ne savais pas ! » ; de bloquer enfin deux minutes pour téléphoner et prendre ce fdgoerjtoretgufido de rendez-vous chez le dentiste que j’ai noté sur la to-do list depuis deux mois, parce que c’est moi qui vais y emmener Misspaillettes ; de faire les courriers à la mutuelle, à la centrale de réservation des vacances, parce que c’est toujours moi qui m’en occupe ; d’inscrire Timouton au centre aéré, idem ; de remplir le dossier pour la colo, tiens, à faire absolument ça aussi, parce que tu comprends l’administratif c’est moi. De savoir sans me planter qui a sport/piscine/danse/bibliothèque tel jour, pour avoir toujours les affaires lavées, sèches et prêtes à temps, parce que ça c’est mon rôle. De penser aux goûters, aux déjeuners de la collégienne, au parapluie s’il risque de pleuvoir à la sortie de l’école, aux livres à rendre à la médiathèque, au rappel de vaccin, au dossier à récupérer chez l’opticien, que sais-je… parce tout ça, c’est MOI. Marre.
  • leurs disputes incessantes, qui finissent en pugilat si je n’y mets pas de stop, parfois à tel point que je pense sérieusement qu’ils pourraient s’entretuer. Marre.
  • les devoirs. Avec une 6ème, une CM2 CM1, un CP, je te jure les soirs de semaine je ne chôme pas. Et la somme de travail s’est accentuée depuis janvier, maintenant il est carrément impossible d’éplucher la moindre carotte en surveillant la lecture de Zékéyé et le serpent-python, tout en faisant comprendre le système de décomposition des fractions à Miniprincesse et de faire réciter à Misspaillettes sa leçon d’anglais with the best English pronunciation, puis de se mettre à table à 19:00 pétantes. Grosse grosse gueulante contre les maîtresses, mercredi soir toujours. Marre.
  • de trouver des idées et de préparer à manger chaque jour, avec le sempiternel gong de 18:45 : « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » ; même de commander les courses, tiens, ça m’énerve. Je vous jure, si je gagne à Euromillions, je créerai des emplois et délèguerai volontiers toutes ces corvées à qui voudra, comme ça j’éradiquerai la crise en France, et je pourrai me présenter comme candidate à la présidentielle de 2017, (pas avec un look à la Ségolène hein). Bon je ne joue pas, alors on peut toujours attendre. Marre.
  • qu’on ne me laisse jamais 5 minutes en paix. Le fait d’entendre « elle est où Maman ? » quand je suis aux toilettes, ça me fatigue. Qu’on me pose 36 000 questions au petit-déjeuner, ça m’agace. Qu’on vienne me déranger pendant le peu de temps dont j’ai besoin pour me maquiller le matin, au point d’être obligée de dire « allez zou, du balai ! », ça m’use. Marre.
  • l’hiver qui n’en finit pas, on en parle ? Deux mois de flotte sur le coin du nez, dépêche-toi d’arriver le printemps ! Marre.
  • les soirs-enfants-malades, et les changements de planning à la dernière minute, pour savoir à qui les confier le lendemain, toujours pour ma pomme quand je suis seule à la maison. Marre.
  • d’être désagréable, de le savoir, et de me complaire dans cet état. Quand je suis comme ça, après avoir râlé, je ne dis plus rien, mutisme total. Et il suffit en général de pas grand-chose pour que j’éclate. Mais ça je le garde pour le moment où je suis toute seule dans la voiture, sur la route du travail. Alors on se calme, on respire un grand coup, et c’est parti. Bien joué Callaghan.

Maman, là, elle vient de surmonter deux semaines difficiles, et elle a juste envie de prendre un petit sac, oh tout petit, pour y mettre un maillot de bain et un bouquin et se barrer au soleil. Un billet, aller simple, merci.

Allez, ça ira mieux demain !

*quelques secondes de réflexion suffiront pour répondre à « qui a dit ? » en face de chaque phrase, je suppose…

Edit du 24/02 : merci à Rojulou, lectrice avertie qui m’ a signalé dès vendredi soir qu’en fait Miniprincesse est bien en CM1. Vive les coupines 🙂

Advertisements

20 réflexions sur “Maman, elle a le droit de grogner

  1. Je fais mon petit sac de plage et on part au soleil toutes les 2 !!! lol
    Je suis comme toi en ce moment, plein de boulot avec les élections qui approchent, la gastro à la maison depuis 8 jours, des nuits hachées…Allez courage, le printemps va bientôt venir et les vacances d’été se préciser …que j’ai hâte !!!
    bon week end

  2. Oui, moi aussi un petit sac et zou, je pars avec toi, même si on ne se connaît pas!!!
    C’est dur de devoir tout supporter sur nos frêles épaules…
    Biz,
    Anne

  3. Je compatis… courage Covima!
    Ici ca ressemble un peu en moins pire quand meme :
    – Je n’ai que 2 minies (dont une encore toute petite :))
    – Mr est la tous les soirs (et surtout les matins, car il gère le réveil et le petit dej de la grande et l’amène à l’école)
    – je ne connais pas encore les pugilats entre soeurs
    – pas encore de devoirs, ouf!

    Pour le reste je crois que c’est pareil par ici! Avec des crises de larmes de maman souvent dans la voiture également (seul endroit ou on a quelques minutes seule :))

    Pour le maillot de bain, j’ai encore 20kg de la grossesse (et d’avant) a perdre et j’arrive 🙂

  4. Il y a les fruits de mer bien sur, mais il y a surtout toute cette convivialité qui en découle. Ces petits moments qui parfois sont plus bénéfiques que quelques jours de vacances…..
    Tu sais, maintenant il font des A/R (ou aller simple!!!) pas trop cher pour des destinations proche du soleil; je pense que tu devrais y penser sérieusement…..

    Papapapillon

  5. Bonjour !
    Ben voilà, je suis presque en larmes, parce que je suis dans le même état. Marre. A bout. J’élève mes deux monstres seules, j’ai la mononucléose, je bosse de chez moi (autrement dit, quand ils sont là, je peux me brosser, or je suis normalement super productive entre 16h et 19h), là ils m’ont refilé leurs microbes et j’ai juste envie d’hurler.
    Merci pour ton billet, ça fait du bien de voir que je ne suis pas la seule prête à craquer.

  6. Ahhh ! comme je suis contente de te lire !! comne je croyais etre la seule dans ce cas. moi j ai carrement fais ecrire a ma fille ce qu elle devait faire chaque jour et qye su ce n etait pas fait elle recopirait le texte 20 fois. je pensais jamais en arriver la !! alors tu n es pas la seule et moi non plus. ca ne change rien mais ca soulage…je pensais avoir tout rate de mon education mayernelle

  7. Pingback: La plonge | Maman est en haut !

  8. Etrange de lire ce billet dans lequel tu décris très bien ma vie à moi aussi … nous avons tellement de choses à faire et auxquelles penser, je me sens souvent débordée et quand je me pose avec l’ordi ou un bouquin, je me dis que ce n’est pas normal d’avoir du temps pour moi, que j’ai sûrement oublié de faire quelquechose … courage …

  9. Pingback: Very bad week | Maman est en haut !

  10. Pingback: Bleu-Marseille | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s