E. T. téléphone maison

DSCN8251Dans les discussions entre copains ou avec la famille, quand revient parfois le sujet d’agrandir la tribu, on obtient de notre part la même réponse catégorique : « ah non, pas de petit quatrième ». Au moins, on est d’accord sur ce point. Même si les raisons divergent entre Chérimari et moi : pour lui, ce sont les ouat-milles couches nauséabondes qui ont envahi nos poubelles pendant 10 ans (si, si)(Oh my God)(2002-2012 ça fait bien 10 ans ?). Si j’en viens à développer mes propres arguments, ce ne sont pas les couches, ni les biberons qui m’ont le plus perturbée. Non, moi ce sont les nuits.

Pourtant avec le recul, on doit bien avouer l’un et l’autre qu’on n’a pas eu des z’enfants si compliqués. Misspaillettes était un bébé hurleur la journée, donc la nuit, épuisée, elle dormait, enfin quand elle parvenait à s’endormir. Miniprincesse et Timouton ont été tout de suite d’assez bons dormeurs, je crois qu’on n’a pas dépassé un trimestre avant d’avoir une nuit complète. Enfin je ne m’en souviens pas très bien, le cerveau d’une maman ayant une tendance perverse à effacer de notre disque dur parental ces incidents fâcheux du début de la vie d’un enfant, au cas où, sur un malentendu, on remettrait le couvert.

Niet, en ce qui me concerne, j’ai jeté le bébé avec l’eau du bain (oui c’est pourri comme jeu de mots) et je me souviens de la torture qu’était mettre un pied hors du lit à 03:17 pour descendre préparer un biberon, hagarde, pendant que Chérimari ronflait tranquillement. Satanée oreille maternelle.

Depuis, on a eu bien sûr quelques nuits hachées, pour cause de vomito ou de pipi au lit, toujours sympathique de changer une literie, une nuit d’hiver, à 04:00 quand on doit se lever 2 heures plus tard pour aller travailler, mais enfin rien de bien méchant .

Pas d’insomnies non plus, excepté une Misspaillettes il y a quelques années, qui avait confondu porte de sa chambre et fenêtre, et qui voulait absolument ouvrir celle-ci pour aller aux WC et s’énervait sur la poignée.  Je n’ose imaginer la suite si elle y était parvenue, car je peux vous jurer -ne jurez pas Marie-Thérèse- qu’elle dormait les yeux ouverts.

Il y a bien des cris, ou des discussions sans queue ni tête que l’on entend quand on est en bas, dans le canapé, et des lits complètement renversés au matin, mais ça s’arrête là.

Juste avant les vacances de Pâques, une nuit, je suis réveillée par des pleurs ; le temps que cela monte de l’oreille au cerveau, et de réaliser qu’il est 01:00 du matin, je me lève et découvre Miniprincesse en larmes, près de la porte de notre chambre, le téléphone du bureau à la main. En hoquetant, elle parvient à m’expliquer qu’elle avait voulu m’appeler car elle pensait que je n’étais pas rentrée du cours de danse (qui avait eu lieu quelques heures plus tôt, ce même soir). En la rassurant, je l’ai reconduite au lit sans m’attarder sur les explications, car elle était elle aussi en plein sommeil, et dodo tout le monde.

Le lendemain matin, l’épisode était oublié, la miss s’en souvenait à peine, et a servi de sujet de conversation au petit-déjeuner, puis chacun est parti pour la journée.

Quelques heures plus tard, je découvre sur l’historique des appels, sur mon portable, un coup de fil auquel je n’avais pas prêté attention : de « maison » à 01:16. J’ai alors réalisé que dans son sommeil, ma belette avait composé le numéro entier de mon téléphone, sans se tromper d’un chiffre. Et sans appuyer sur le raccourci, car quand je lui en ai parlé le soir, elle se souvenait de ce moment précis.

Je me suis dit que décidément, le cerveau était une machine bien complexe, pour permettre de téléphoner tout en dormant !

Publicités

3 réflexions sur “E. T. téléphone maison

  1. tout pareil, hors de question de recommencer les nuits hâchées, à se lever à 1h32 et ensuite à 4h56 pour les bibs … les couches, la poussette, le sac à langer à trimballer … bah non, pour moi aussi c’est terminé tout ça. Et surtout, surtout, les nausées de grossesse, les vergetures, l’épisio … même pour un bébé tout chaud sur mon coeur, même pour le premier sourire, le premier maman, je ne recommencerai pas. J’ai eu le bonheur de le vivre 3 fois, ça a été merveilleux, ça l’est toujours, mais maintenant j’arrête !

    • Je considère (pour moi) qu’il y a un temps pour tout, et que je suis passée à autre chose aussi. Même si j’ignore complètement ce qu’est une nausée, et que je n’ai pas de vergetures (pas taper) 😀

      • et oui, il y a un temps pour tout ! quant aux vergetures et aux nausées, tu as bien de la chance de ne pas avoir connu, pour moi ça a été pire à chaque grossesse ! pour mon 3°, je n’ai plus été malade au 6° mois seulement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s