Mère et fille au Tout Rennes Court

Hier avec Misspaillettes, on a couru au Tout Rennes Court. Chacune dans sa catégorie, elle la Véolia2 pour les collégiens (2.950 km) et moi la Sobhi (6 km). Depuis que je cours à peu près régulièrement, j’avais très envie de refaire une course, avec le dossard, les échauffements, le coup de feu du départ (et le stress un peu aussi) et tout et tout. Cet été, j’y ai sérieusement pensé, et à la rentrée j’ai commencé à consulter les plannings des courses de notre département.

Au début le 10 km me tentait bien mais comme c’est une distance que je ne fais que depuis peu, j’ai jugé plus raisonnable de m’attaquer à plus court ; mais plus long quand même que la Colombia de 2011La Sobhi et ses 6 km étaient donc pour moi ! J’ai finalisé mon inscription un peu à l’arrache le week-end dernier, quand Misspaillettes m’a avoué qu’elle aurait aimé s’inscrire aussi, pour se faire un petit entraînement pour le cross du collège. A la dernière limite lundi, juste avant la clôture, on a pu l’inscrire, ouf !

Samedi matin, en allant chercher nos dossards, le soleil régnait sur Rennes. Mais on savait déjà qu’on allait être mangées à une autre sauce le dimanche, au vu des prévisions météo consultées la veille régulièrement (comprendre « frénétiquement »). Hier matin, il pleuvait des cordes. On a échangé des regards en coin avec Misspaillettes, j’ai tenté d’être rassurante en disant qu’il y aurait forcément une amélioration l’après-midi, voulant faire mentir Louis Bodin. Mais rien à faire, ça ne se calmait pas, et là j’étais contente d’avoir vu mes ambitions à la baisse et laissé les autres se faire rincer au 10 km le matin.

On a déjeuné tôt, et puis on a laissé Chérimari, Miniprincesse et Timouton un peu patraque, ce qui arrangeait bien son papa, au chaud, en s’encourageant mutuellement dans la voiture. Mais on n’en menait pas large. A la sortie du parking, nouvelles trombes d’eau, sans vouloir le montrer je me demandais bien ce que j’étais venue faire dans cette galère.

Le temps de s’échauffer, la pluie s’est arrêtée juste avant le départ. La foule (entre 700 et 800 personnes) était de plus en plus compacte derrière la ligne, le moment qu’une flippée de la foule redoute le plus.

Et puis le coup de feu a retenti, et tout le monde s’est élancé. J’avais décidé de faire mon premier tour mollo, pour tâter le terrain, laissant les vrais compétiteurs/trices filer devant. Cours des Alliés, Boulevard Magenta qui ne me paraissait plus aussi pentu que la dernière fois, Boulevard de la Liberté, Boulevard de la Tour d’Auvergne, Boulevard du Colombier qui monte un peu, rue de l’Alma. A l’embranchement du Boulevard de la T. A. et du Colombier, les motos de la sécurité klaxonnent derrière nous pour qu’on se range à gauche, c’est parce que les premiers vont nous dépasser. Hein mais comment c’est possible, on n’en est qu’au premier tour nous ? Et là je vois des cinglés faire des enjambées de 3 mètres au moins, ils ne courent pas ils volent. J’embraye sur le deuxième tour, en cherchant Misspaillettes du regard. Comme je me sentais plutôt bien j’ai décidé d’accélérer, d’autant plus que la foule était plus clairsemée et que j’avais plus d’aise pour courir. Une petite bruine est venue nous rafraîchir car j’avais été pessimiste dans le choix de ma tenue, et j’avais chaud !

Je franchis la ligne d’arrivée sans fatigue, pas essoufflée, ravie, encore tellement dans l’excitation que j’ai trouvé le trajet trop court (fille folle), je rejoins Misspaillettes et récupère un peu, en n’oubliant pas les étirements. Je réalise en vérifiant mon appli que j’ai explosé mon record en vitesse, je l’ai faite en 36 mn et finis 465ème.

Ensuite c’est le départ de la Colombia, on cherche dans cette foule rose Titval, qu’on n’a pas réussi à trouver, puis on se dirige vers le point de départ de la Véolia. Misspaillettes s’échauffe un peu, la course est retardée car la précédente n’est pas finie, et il recommence à pleuvoir, mince !

Enfin le coup de feu claque, c’est parti ! Je rejoins la ligne d’arrivée pour bien me positionner et la voir passer ; au premier tour je la vois qui accélère, ça a l’air dur, je l’encourage à son passage. Mais à la fin du deuxième, elle affiche une mauvaise tête à l’arrivée, le temps de la rejoindre un sauveteur l’a prise en charge pour lui donner des conseils de respiration. Par précaution, on va s’asseoir sous la tente de la SNSM, pour qu’elle récupère et s’hydrate. Je comprends qu’elle a tout donné au premier tour, et que la respiration s’est emballée ensuite, et elle a paniqué. Elle a fini quand même en 15 minutes ! Plus de peur que de mal, et la fierté d’avoir partagé ça toutes les deux une fois remise, on se dirige vers le parking pour rentrer au chaud à la maison… A notre retour, on ne se donne pas trop le tour pour parler, trop contentes de notre journée, on a bien fait d’y aller coûte que coûte !

Voilà, malgré ses émotions de la fin, Misspaillettes m’a dit qu’elle voulait se réinscrire, qu’elle a adoré l’ambiance tout comme moi, on a l’esprit de compétition ou pas ! Quant à moi, je pense déjà à la prochaine étape, un vrai 10 km cette fois ? Sous le soleil, si possible…

Publicités

5 réflexions sur “Mère et fille au Tout Rennes Court

  1. Du coup, j’ai fait le 10km… j’ai fini détrempée, les bourrasques de vent n’arrangeaient rien, mais j’ai fini (et là est le plus important) heureuse!

  2. Pingback: Baby-runneuses | Maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s