Empanadas aux poivrons et aux anchois

Quand je vais chez le coiffeur, j’y passe minimum deux heures, et le temps que posent les mèches, j’en profite pour instagramer, lire ou feuilleter les magazines. Je ne me consacre d’ailleurs à cette dernière occupation que dans cet endroit, contrairement à la salle d’attente du médecin, où les revues restent pour ma part bien sagement sur la table basse, car je serais curieuse de connaître le nombre de microbes au cm² de papier sur les magazines made in 2002 consultés par des centaines de paires de mains appartenant à des gens malades. A la réflexion, non, je préfère ne pas savoir. Je ne suis pas hypocondriaque, mais quand même. Et je m’accroche à l’illusion que les gens malades ne vont pas chez le coiffeur… Lire la suite