Mademoiselle « Last minute point com »

En rentrant à la maison hier soir, j’ai senti de l’électricité dans l’air. Misspaillettes tapait frénétiquement sur le clavier de l’ordinateur familial, le cerveau en ébullition et les doigts produisant le même bruit qu’un levier de Remington qu’un imprimeur aurait brutalement décidé de brancher sur du 380 V, pour situer. J’ai tout de suite deviné la raison de cet énervement : l’abécédaire pour le cours de français, qui n’en était qu’à ses prémices. A rendre pour le lendemain, soit aujourd’hui. Sachant que le devoir en question était donné depuis… un bon moment. Voyant qu’elle répondait à peine à mon « Bonsoir, ça va ? », et n’osant la toucher de peur de me prendre une décharge, je suis redescendue préparer le dîner. La soirée allait être longue.

S’interrompant dans sa saisie, elle me demande tout à coup : « Tu voudrais pas m’avancer ? Demain c’est moi qui dois apporter le goûter pour la danse, et j’ai trouvé une recette de gâteau au chocolat, tu vas voir c’est super rapide, ça cuit en 8 minutes au micro-ondes ». Sur ce, elle me tend sa to-do list de la soirée, et retourne à sa saisie. Mais bien sûr, et la marmotte…

Vois-tu, chère enfant, 18:00 n’est pas le moment de la journée où ma patience est à son pic, je dirais même qu’à cette heure elle atteint la profondeur d’une faille sous-marine. J’avais 1 000 autres choses à faire, sans en rajouter avec sa propre liste. Mais comme je ne suis pas que patience, ma bonté a pris le dessus, histoire de ne pas envenimer les choses, et je lui ai dit « OK mais où en es-tu ? ». Deux minutes plus tard, mon clavier absorbait ses larmes, parce que je découvrais que dans son abécédaire, elle avait mis deux fois les mêmes lettres, à quatre reprises, sur les 15 à préparer. Donc cela faisait quatre nouveaux mots à découvrir et définir dans le livre.

J’ai commencé, tout en sachant que ce n’était pas la meilleure chose à dire, par déclarer : « Eh ben voilà ! Ça fait combien de fois que je te dis de faire cet abécédaire ? Ça t’apprendra à faire les choses au dernier moment ! » (en substance hein, j’ai nuancé). C’est vrai quoi, pourquoi faire découvrir à une classe de 5ème le Roi Arthur alors qu’on pourrait faire un travail sur « Ma vie selon moi » ou la série « Coeur sucré« , romans que Misspaillettes et ses copines se refourguent sous leur doudoune les unes aux autres et qu’elles dévorent en trois jours. Arthur, Guenièvre et Merlin n’ont pas eu le même succès, ce qui explique la situation dans laquelle on pataugeait hier soir.

J’avoue que je surveille de loin les devoirs de notre pré-ado ; elle est autonome depuis belle lurette, on lui fait confiance, elle organise son travail comme elle l’entend et demande seulement de temps à autre à ce qu’on lui fasse réciter. Et jusque là, aucun souci à déplorer. Mais en grandissant, elle arrive pile dans l’âge où on ne sait pas trop où se situer, entre autonomie et lâchage mesuré de bride. Là visiblement, elle s’était laissée déborder. Il faut dire aussi que c’est teeeeellement plus intéressant d’être sur Skype ou Instagram avec les copines (je plaide coupable).

C’est à ce moment là que ma copine M. et sa fille J. (membre du trio d’amies) ont débarqué. On devait se voir hier soir avec M. mais je ne te remercierai jamais assez d’avoir embarqué ta fille avec toi, la bombe nucléaire qui menaçait de souffler notre maison et le collège avec, tant qu’à faire, a immédiatement été désamorcée et vous avez sauvé ma soirée.

Pendant ce temps, Miniprincesse et Timouton se sont montrés super coopératifs, une bonne crise ça resserre les rangs de la fratrie.

On a pu dîner malgré tout (Misspaillettes en 5 minutes, comme une bonne étudiante), j’ai fait le gâteau, (hein que je suis parfaite, mais dis-le bon sang), et une fois la cuisine rangée, j’ai décidé d’aider un tout petit peu, en relisant ses fiches, pour ôter toute faute d’orthographe ou d’accord. Mais ça s’est arrêté là.

Résultat, elle est parvenue au bout assez tard.

Le lever a été un peu dur ce matin, mais on a clos le chapitre quand j’ai dit dans la voiture sur la route pour l’école : « Que ça te serve de leçon », et qu’elle a répondu, un sourire en coin : « Oui c’est bon j’ai compris ».

J’avoue, j’ai eu peur quand même hier soir. Imaginez si j’avais pu lui transmettre le seul défaut que je ne voudrais justement pas qu’ils aient : la procrastination !

Les gifs ont tous été dénichés sur Tumblr, mais pour en retrouver la provenance…

Advertisements

2 réflexions sur “Mademoiselle « Last minute point com »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s