Douche froide

DSCN6107On dit parfois : « le hasard fait bien les choses ». Pour ma part, je ne crois pas au hasard, et je préfère penser qu’une certaine partie de notre vie est plutôt prise en main par le destin, malgré nos infatigables efforts pour tout contrôler. Ma grand-mère elle parlait de « providence », chacun son truc. Un exemple ? Mais volontiers.

Il y a dix jours, nous avions programmé un week-end à la mer en compagnie de nos copains M. et L. et leurs filles. L’idée était de partir dès le vendredi soir, mais les horaires de travail des uns et des autres, couplés à mon enthousiasme ultra-démonstratif à l’idée de faire des valises à l’arrache en rentrant du bureau (j’adore partir, mais je détesterai toujours faire les valises)(quand on aura les moyens, j’embaucherai un majordome), ont remis le départ au lendemain.

(Entrée en scène du destin).

Samedi matin, au petit-déjeuner, Timouton va chercher une brique de jus d’orange dans l’arrière-cuisine. Pieds nus, comme d’habitude. Il s’écrie surpris : « Oh mais c’est mouillé par terre ! ». Chérimari commence à râler, la peste soit de ce mini-frigo-cave à blanc-à bières-à digestifs-et à vernis-dans lequel on n’a jamais assez de place pour stocker les yaourts, qui décide de dégivrer juste le matin où on part.

En allant voir, Chérimari-grizzli mal réveillé car interrompu dans son café (il ne faut pas lui parler avant qu’il ait un demi-litre de café dans le gosier) se rend compte que le problème vient non pas du frigo, mais du chauffe-eau. Qui fuit comme les portes non étanches du Titanic. Image très efficace s’il en est. Aïe, c’est la chaudière. Un scénario catastrophe se met en place dans ma tête, on va devoir changer la chaudière, adieu vacances, nouveau maillot (pas encore acheté) étrenné sur la plage, sangria, tapas et doigts de pied en éventail.

Je sens le week-end mal engagé, « Doit-on appeler les copains ? ». « Surtout pas ! », me lance l’ours qui débarrasse à tour de bras l’arrière-cuisine pour éponger les dégâts. Vous avez déjà vu un ours passer la serpillère ? Eh bien moi je peux dire fièrement que oui. Je n’en demande pas plus, intime aux z’enfants d’aller fissa se préparer sans contrarier l’énergumène armé de seaux et de lave-pont, et moi je me dirige vers l’étage pour avancer le remplissage des valises. Sans oublier le maillot de bain.

Diagnostic : une pièce du chauffe-eau pourtant changée il y a 3 ans fuit par les soudures, et si on était parti la veille au soir, on aurait eu l’agréable surprise de trouver 60 litres d’eau au sol en rentrant le dimanche, avec tous les à-côtés intéressants : réserves d’épicerie, machine à laver et surtout les chaussures (oh mon Dieu, non, pas les chaussures) trempées jusqu’à l’os.

(Merci destin). On a pû partir, en remettant au lundi le changement de la pièce défectueuse, évidemment disponible nulle part un samedi, tu penses bien mon lapin.

Seulement, en rentrant dimanche, un second problème s’est présenté : nous n’avions plus une goutte d’eau chaude en réserve. Les rejetons ont commencé à râler : « Mais comment on va faire ? », « Moi j’ai sport demain ! », « Ah ben super, on va se laver à l’eau froide ? ». Diables d’enfants élevés dans le confort. « Mais noooooon, on va faire chauffer de l’eau, et on va s’organiser ! ». Fais confiance à Maman, un peu. Et si ça trouve, tu vas trouver ça rigolo.

Ainsi, la bouilloire a déménagé de la cuisine à la salle de bain, on a sorti pichets et seaux, et finalement ça les a bien amusés. Ça ressemblait un peu à Manon des sources notre histoire, moi à marcher pieds nus dans la maison, et Timouton bêlant fidèlement à ma suite : »C’est quand qu’elle revient l’eau chauuuuuude ? ».

L’effet positif c’est que je suis sûre qu’on a économisé car quand il s’agit de faire chauffer litre par litre pour faire sa toilette, eh bien on n’y reste pas des heures.

Mardi soir tout est enfin rentré dans l’ordre, la nouvelle pièce a été remontée et on a tous apprécié le luxe de l’eau chaude enfin revenue. C’était pas le tout, mais une tuile pareille, une semaine de répétitions de danse, comment dire, on n’en avait pas besoin !

PS : Sinon, on a passé un super week-end, on a eu aussi froid que la fois précédente sur la plage, et on a beaucoup ri. On s’est mêlé avec bonheur dans la foule du Bidule pour arroser d’une façon différente nos petits tracas, et on n’a pas vu une moissonneuse sur la route !

Publicités

4 réflexions sur “Douche froide

  1. ton petit post « douche froide » m’a fait mourir de rire , rien que d’imaginer « l’ours » en train de serpiller de bonne heure et de bonne humeur !!! MDR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s