C’est pas le Club Med ici !

juin 2015 gd vacancesÇa y est, le moment le plus attendu (après Noël), est enfin arrivé : les z’enfants sont en vacances, youhou ! (danse de la joie)(enfin pour eux). Moi je viens d’entamer ma détention provisoire, la liberté conditionnelle commençant le jour de leur départ en colo, où je danserai à mon tour. Vilaine !

En tout cas, la canicule la semaine dernière a rajouté à l’épuisement de cette fin d’année, pour les derniers jours d’école ; Misspaillettes, déjà en vacances dix jours avant Miniprincesse et Timouton, privilège dû à son statut de collégienne, n’en a elle pas trop souffert, bien au frais à la maison. C’est bizarre mais il me semble qu’à mon époque, le collège n’arrêtait pas aussi tôt en juin.

Ceci dit, j’ai pu constater une fois encore son sens de l’organisation (tout sa mère), quant au remplissage du planning de ces pré-vacances : journées entre cousines, aussitôt suivies par 3 jours et 3 nuits d’anniversaires en chaîne (le sien et celui des copines) puisque leur emploi du temps de ministres ne leur avait pas laissé le loisir de le fêter à la bonne période, la loose !

Ces demoiselles ont donc organisé une vraie « birthday week » composée de pyjamas-parties, journées pique-nique, déjeuner au bord de l’eau et nuit sous la tente, à tour de rôle, remplissant nos maisons de piailleries, de videos et de défilés de mode, dans un tourbillon de rires et de souvenirs car tu comprends, deux mois avant la rentrée, mais c’est super long !

Chérimari absent, s’est contenté de suivre les péripéties de loin, et n’y comprenant plus rien, a laissé tomber au bout du deuxième jour, se contentant de mes sms pour l’avertir de l’endroit où notre collégienne « passait la journée aujourd’hui ». Mais suis un peu bon sang, c’est pourtant pas compliqué !

Moi je suis partie au travail en leur laissant tout de même le minimum d’instructions et en priant pour ne pas retrouver notre maison transformée en Beyrouth le soir, ou pire, en cendres. (Rigolez, j’y ai pensé quand j’ai appris qu’avec sa cousine, Misspaillettes avait entrepris de faire un bain-marie pour faire fondre du chocolat)(Heureusement, je ne l’ai su que le lendemain).

Mes craintes n’étaient pas fondées, elles ont été charmantes comme toujours, et la maison a résisté à cette tornade d’encore pré-ados (à 13 ans, je pense qu’on peut dire qu’on quitte brutalement cette étape) toutes en chevelures et en jambes. Entre les deux, c’est la foire à la ferraille l’appareil orthodontique, Misspaillettes enlevant enfin son instrument de torture à la fin du mois, au bout de deux ans et demi de traitement, je pense que la piscine de notre chirurgien pourra décemment recevoir les JO de 2024 si la candidature de Paris est acceptée. Il est charmant, ça aide à digérer la pilule, et Dieu sait si je suis sensible à un médecin alliant le triple A compétence + amabilité + agréable à regarder, le sens de l’humour étant un bonus. Je regarde décidément trop Grey’s Anatomy.

Quant aux deux autres rejetons, déjà bien verts d’avoir à se lever tous les matins pour aller « travailler » encore un peu et de le faire en silence car leur aînée dormait toujours -douce rigolade, la dernière semaine a été franchement relâche et a servi surtout à rapporter les cahiers à la maison et à manger des pique-niques- ils ont crié à l’injustice pendant 10 jours. Ça commençait à me courir sur le haricot cette histoire, d’ailleurs Timouton a bien failli partir sans son déjeuner le dernier jour, tellement j’en avais marre de préparer des pique-niques. En revanche, l’école a eu une super idée pour le dernier mercredi, en organisant une matinée à l’anglaise, où chacun devait aller à l’école en uniforme comme les petits British, en blanc et noir ; on a ressorti les cravates de Chérimari du dressing, et cela leur a même donné des envies !

Voilà, cette fois ils y sont tous les trois, la fête ne fait que commencer, mais je peux compter sur eux pour donner un coup de main, en leur laissant des to-do list chaque matin, vous n’êtes pas à l’hôtel non plus hein !

Et comme ces dernières semaines n’auront été qu’une vaste course, j’ai même abandonné le traditionnel cadeau aux maîtresses, le mois de juin aura eu ma peau, et je n’ai plus qu’une hâte, lever le pied à mon tour.

Vivement les vacances !

15 07 01 matinée GB

Advertisements

2 réflexions sur “C’est pas le Club Med ici !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s