La maman de Miniprincesse, elle est blonde (pour de vrai)

DSCN6562

Vous connaissez cette sensation de vouloir soudainement, au beau milieu d’une situation très gênante, vous creuser un grand trou et disparaître de la surface de la terre pour ne pas avoir à subir le regard des autres ? Eh bien, globalement, c’est le souhait que j’ai fait silencieusement, en pleine classe, mardi soir, lors de la réunion de présentation de la 6ème. Ce qui a rajouté une honte supplémentaire à l’énorme tableau de chasse que je me traîne depuis des années, je ne suis plus à ça près. Mais resituons les faits. Lire la suite

Publicités

Douche froide

DSCN6107On dit parfois : « le hasard fait bien les choses ». Pour ma part, je ne crois pas au hasard, et je préfère penser qu’une certaine partie de notre vie est plutôt prise en main par le destin, malgré nos infatigables efforts pour tout contrôler. Ma grand-mère elle parlait de « providence », chacun son truc. Un exemple ? Mais volontiers. Lire la suite

L’inscription au collège

15 03 06Début mars, nous avions rendez-vous au collège pour l’inscription de Miniprincesse qui rentrera en septembre en sixième. A ce moment-là, des trois z’enfants il n’y aura plus que Timouton en primaire. Juste avant mes 40 ans,  ou comment bien me préparer psychologiquement à une nouvelle étape, liée au changement de dizaine. Jusqu’ici, je gère. TOUT VA BIEN. Lire la suite

Pâte à tartiner-maison au chocolat et aux épices

DSCN5624Samedi matin, j’avais rendez-vous avec notre médecin, pour tenter de tirer au clair mon histoire de pied douloureux depuis trois mois, suite à une soi-disant entorse faite en courant (un running, je précise, pas après les z’enfants en mode mère hystérique)(un comble, bien la peine de s’être mise sérieusement aux activités sportives pour se faire mal et être contrainte au repos ensuite)(j’y reviendrai), parce que je ne peux plus courir (running donc) ni danser, malgré une chevillère, des séances d’ostéopathie et du repos. Du repos, HAHAHAHA rire très très jaune, ce gros mot que toute maman-active-normalement constituée a banni de son vocabulaire et dont elle ignore même la signification depuis le premier cri de son premier enfant. Lire la suite

La plonge

DSCN8081Il y a quinze jours, notre lave-vaisselle (aka l’appareil électroménager qui avec sa collègue la machine à laver, n’a droit ni aux congés payés, ni à l’arrêt maladie), s’est mis en grève sans aucun préavis. Cette contrariété supplémentaire à une semaine déjà bien chargée nerveusement a contribué à expliquer, en partie, le sac de mauvaise humeur vidé ici-même dernièrement, c’est bien y’en a qui suivent dans le fond. Évidemment, j’étais seule sans mari à la maison pour éventuellement négocier un accord avec la bête, qui n’a rien voulu entendre. Pourtant, la diplomatie, c’est plutôt mon truc en général (hin hin hin)… Lire la suite

La rebelle de la mèche

DSCN8054

Contrairement à la plupart de mes congénères, je n’aime pas aller chez le coiffeur. D’abord parce que je dois me bloquer deux heures trente au bas mot à chaque fois, que je suis tenue de m’y prendre suffisamment longtemps à l’avance pour obtenir le rendez-vous à l’heure idéale, que je sais que je vais contribuer, par mon chèque astronomique à payer des robinets en plaqué or au salon, et enfin parce que 9 fois sur 10, j’en ressors mécontente. Coiffeur = gros stress, à niveau égal au passage du Bac. Lire la suite

Le dos de la cuillère (oops I did it again)

Mardi matin je suis arrivée en retard au bureau. Pas parce que j’ai fait la sourde oreille vis-à-vis du réveil, ou parce que j’ai traîné sous la douche. Pas non plus parce que j’ai dû désamorcer une énième bombe atomique entre les z’enfants (classique du matin) juste avant de partir, ni à cause d’un oubli de cartable. Non mardi matin, tout allait bien. Quasi à l’heure, même. Pendant le trajet, j’étais en train de réfléchir au prochain billet pour le blog, on observera que je suis au taquet à 08:15. Sans vraiment savoir de quoi je parlerais, je ne programme presque jamais les posts. Quelque part là-haut, quelqu’un a dû trouver que j’étais en manque d’inspiration, puisqu’on m’a fourni, à mes dépens évidemment, de quoi traiter. Mardi matin, quasiment deux ans jour pour jour après mon précédent exploit, j’ai décroché la queue du Mickey, en emboutissant la voiture-graouh à deux pas de l’école. Lire la suite

La boulette

agneau Lindt

Cette année je bats des records en terme de procrastination. Il s’en est fallu de peu pour que Pâques 2013 ne voie pas l’ombre d’un oeuf en chocolat dans le jardin, leur achat ayant été sans arrêt remis à plus tard. J’ai dû un peu trop déléguer aux cloches sur ce coup-là ou avoir trop de choses à faire ces derniers temps, à moins qu’il ne s’agisse tout bonnemement du climat sibérien qui me fait croire que le printemps et Pâques ne sont pas pour demain. Erreur qu’il m’a bien fallu réparer à la dernière minute, cet après-midi donc, en compagnie des filles pour effectuer le gros plein de courses au SuperV du coin, et aussi avoir de quoi sustanter les invités du dimanche de Pâques. Lire la suite

Un drôle d’anniversaire

Donc, vendredi, Timouton a eu 5 ans. Ce 26 octobre est tombé un vendredi, comme 5 ans auparavant. Mais comme mon syndrome du neurone unique me joue de drôles de tours en ce moment, Alzheimer de la mère de famille nombreuse, sors de ce corps, j’ai zappé cette coïncidence qui aurait pu nous faire passer la soirée tranquille en famille, et ai répondu « présents », à un repas de parents d’élèves à l’école. Lire la suite