Soirée-vomito pour maman-solo

280114

J’ai eu l’excellente idée de me vanter pas plus tard que ce week-end, que nos z’enfants étaient rarement malades. La vie qui devait m’écouter d’une oreille attentive s’est chargée dès hier de me remettre à ma place, d’un méchant coup de manivelle. Ça m’apprendra à crâner sur le carnet de santé quasi-vierge de la progéniture, tiens. Lire la suite

Publicités

La main à la pâte

Quand tu ne connais pas encore l’immense bonheur de devenir mère, et que tu te projettes dans l’avenir, tu imagines, pauvrette, que ta progéniture sera toujours propre et bien amidonnée. Dans tes rêves. Sache que quand tu franchis le level du dessus,  un-enfant-aux-mains-sales, c’est un euphémisme. Vêtements, chaussures, têtes avec ou sans poux seront une lutte du quotidien à garder propres. Et quand ils vont à l’école, c’est pire. Lire la suite

La guerre des boutons

Timouton est un petit garçon débordant d’énergie, toujours à la recherche d’une bêtise à faire derrière mon dos et un peu bourrin sur les bords. Sauf la semaine dernière ; notre numéro3 a débuté son lundi à grands soupirs de « j’chuis fatigué » dès le réveil, qui même s’il a du mal à quitter son lit, ne sont en général clamés que le soir, après une dure journée de labeur en classe. Lire la suite

Le samedi c’est maladie

On m’a dit ce week-end qu’en ce moment, je publiais moins de billets drôles. Ok, j’aime bien qu’on me donne un avis sur mes rédactions, mais je ne suis pas clown de métier, et l’inspiration, ça va ça vient, je ne programme rien à l’avance. Bref ici c’est comme je le sens, la semaine dernière il faisait beau, c’était le printemps, j’avais envie de photos, de pommiers au soleil et de renouveler ma garde-robe. Enfin rien que pour toi lecteur-rice assidue, Timouton a fait des siennes ce week-end  et je ne pouvais pas passer à côté. Tu vois ça tombe bien, la patience finit toujours par payer petit scarabée. Lire la suite