Bonne fête Mamaaaaaan !

Dimanche dernier, je ne m’attendais pas particulièrement à être fêtée, même si une petite attention fait toujours plaisir. Timouton m’avait annoncé avec une petite moue mi-déçue mi-résignée la semaine précédente : « Ben désolé, hein, mais en fait on va préparer un cadeau-des-parents, donc je te le donnerai plus tard ». Puis au moment de préparer ses affaires le soir, il m’a demandé des pots de yaourts en verre, qui ont voyagé toute la semaine dans le cartable. C’est mal barré. Heureusement je peux toujours compter sur les bonnes intentions de nos belettes, qui se sont discrètement éclipsées samedi pendant notre tournée à la jardinerie du coin, afin de m’offrir ce joli mug et du thé très parfumé dimanche matin au petit déjeuner. La fête des mères était sauvée. Lire la suite

Retour au bercail et hamburgers au gorgonzola et échalotes confites

Diantre ! Quasiment trois semaine sans un billet, sans compter celui d’avant-hier, on pourrait se demander s’il y a des survivants par ici ! « Est-ce que quelqu’un m’entend ? »* Je crois que cela ne m’était encore jamais arrivé, même pendant les vacances d’été. Cette pause a été le résultat cumulé de plusieurs raisons, que je vais vous énoncer ci-après si vous le voulez bien.

Non que je doive me justifier quant au silence radio du blog depuis quelque temps, mais je trouve un peu difficile de balancer le premier vrai billet de l’année sans la moindre explication… Lire la suite

8 à la maison

Vendredi, nous étions exceptionnellement off Chérimari et moi, et pour ce qui semblait être l’une des dernières magnifiques journées d’octobre, et des vacances, j’ai eu l’idée de d’inviter les cousins des z’enfants, en vacances chez mes beaux-parents, à venir la passer à la maison. Lire la suite

Mieux qu’une lettre à la Poste {rentrée 2014}

Mardi matin, les z’enfants s’étaient levés de bonne heure et de bonne humeur. Normal, Chérimari avait fait le tour des chambrées pour réveiller la progéniture ; quand c’est moi qui m’y colle, j’ai droit à une tout autre chanson. Ceci explique cela. On ne parle jamais trop du rôle des papas le matin. Surtout le matin de la rentrée. Tout de suite, le débriefing du tiercé, dans le désordre. Lire la suite

Le sourire à trous

DSCN8982Niveau développement moteur, les z’enfants n’ont pas été super forts dans la marche précoce, on peut même dire qu’en se décidant à se lever à presque 21 mois, Timouton a battu des records de trois-pattes (parce que le quatre-pattes, a pas connu non plus). En revanche, niveau dents, là c’est autre chose. Ce ne sont ni le dentiste ni l’orthodontiste qui diront le contraire… Lire la suite

La vie est plus belle à la plage

DSCN8788La semaine dernière, on nous l’avait promis, juré, craché, on aurait droit à un week-end extraordinaire, grand beau pour tout le monde. Encore heureux, car je crois que si on avait terminé cette longue série de fériés par un jour de pluie, il se commettait dans notre coin un drame familial. Lire la suite

Maman, elle a le droit de grogner

« Maman, t’as pas dormi ? » / « De toutes façons, tu fais rien que me grogner dessus ! » / « Vraiment, t’es toujours de mauvaise humeur le dimanche ! ». 3 interlocuteurs différents*, 3 phrases du même acabit à mon encontre en une semaine.  Ça mérite peut-être que je m’y arrête quelques minutes, au moins ici… Lire la suite

Un petit reste de Père Noël

Depuis qu’il est entré en CP, on savait bien qu’un jour ou l’autre on aurait à faire face à cette question de la part de Timouton. Quand on a commencé à parler des fêtes de fin d’année à la maison, que les listes de souhaits se préparaient (d’ailleurs il est grand temps que je publie la mienne, non ?), qu’on a évoqué tout ce qui tournait autour du sujet de Noël, je voyais bien que ça lui trottait dans la tête, comme si les mots s’échappaient tout seuls sans avoir besoin d’être formulés. Lire la suite

Septembre m’a tueR

041013

A première vue, la rentrée étant déjà derrière nous, ça y est, tout fonctionne comme sur des roulettes. On imagine que mon côté pro de l’organisation et un peu rigide sur les bords du « tout-est-sous-contrôle » a fait passer ces dernières semaines comme une lettre à la Poste (quoique, la Poste…). Avec un peu de bonne volonté, oui, on pourrait le croire. En apparence seulement. Dans les faits, c’est une tout autre affaire. En fait j’ai peine à l’avouer, mais à la mi-octobre, je suis déjà en apnée. Lire la suite

Bienvenue à Wisteria Lane

sunrise 040913

Dans quelques semaines, fin novembre, cela va faire 10 ans que nous avons aménagé dans notre maison. Avant cela, Chérimari et moi avons vécu chacun dans la maison de nos parents, puis en appartement, mais jamais en lotissement. Quand nous nous sommes lancés dans le projet de construction, c’est quelque chose qui m’a un peu effrayée : vivre près de ses voisins, en ayant peur que le courant ne passe pas (réaliste) ou qu’on se pourrisse carrément la vie (angoissée de la vie au bord du suicide). Celle qui se fait des films-catastrophes dans un coin de sa tête, vous inquiétez pas, c’est moi, parfois. Aujourd’hui, quand je jette un coup d’œil par-dessus l’épaule, je réalise combien je suis attachée à mon quartier ; et à quel point, pour la bande de voisines fans de Desperate Housewives -comme j’ai aimé cette série !-, la réalité dépasse très souvent la fiction. Lire la suite