Je vais bien, ne t’en fais pas

Samedi 14 janvier 16h, le téléphone sonne. « C’est moi, je vais être en retard ». Moi, étonnée : « Ah bon, pourquoi ? » « J’ai eu un accident, la moto est HS. » Moi, incrédule : « Si c’est une blague, elle est pas drôle. » « Non non, je ne rigole pas. » Moi, inquiète : « Mais toi, ça va ? » puis voulant en savoir plus, puis commençant à légèrement paniquer, crisant au bout du fil : « Mais tu es où ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Tu roulais vite ? Y’a quelqu’un d’autre de blessé ? WTF qu’est-ce qui se passe pubip de bobip de merbip ?!!! » Lire la suite

Vide-(grenier) dressing

Quatre ans qu’on l’attendait. Sans lui, notre suite parentale-salle d’eau-bureau (ça en jette hein ?) se sentait comme un carrosse à trois roues. On en a tiré des plans, brainstormé des idées, consulté des catalogues, métré, calculé, demandé conseil, budgeté. Et on finissait par se rendre à l’évidence : trop cher, trop compliqué, trop impossible, trop on-n’est-pas-des-pros-nous. Lire la suite

Quand le chat roule, les souris vont chez Mac Do’

(proverbe inventé ce week-end)

Samedi matin, j’ai bien malgré moi prolongé de quarante-huit heures mon statut de mère célibataire de la semaine pour faire plaisir à mon motard de mari, fermement décidé à profiter du beau week-end ensoleillé en enfourchant notre deux-roues, en direction des 24h du Mans moto, rejoignant là-bas toute la clique habituelle des copains, cousins, copains des cousins, bref tout ce qui ressemble de près ou de loin à un motard, dont l’uniforme est des culottes, des bottes et un blouson de cuir noir (sans aigle sur le dos). Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour avoir la paix être gentille avec sa moitié, je vous le demande ? Lire la suite

Obsession capillaire

(oui, la photo est floue ; tu as déjà essayé de tirer le portrait (de dos) d’un enfant atteint de Parkinson prématuré ? Bon eh bien tu repasseras.)

Quand tu deviens mère, et que tes rejetons entrent dans la phase « maîtrise du langage » (les fameux trois ans), tu as le choix entre plusieurs possibilités : la fuite, la franche rigolade, la honte, la tenue d’un carnet pour tous leurs bons mots, ou l’interrogation sur le sens caché de leur discours. La susceptibilité, tu la mets au fond de ta poche et tu oublies, un enfant c’est brut de pomme, pour lui demain est un autre jour, je dirais même à son échelle, l’heure suivante, c’est ta semaine prochaine, en gros. Lire la suite

Balaie donc devant ta porte !

Parfois, les choses ne se passent pas exactement comme on les avait prévues. Cette semaine, le planning de travail de Chérimari a changé, et cette modification l’a fait rentrer tous les soirs à la maison, évènement qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps. Je m’en suis réjouie, les z’enfants aussi, et lui était ravi de retrouver sa maison en fin de journée. Sauf hier soir. Lire la suite

La galère des devoirs (syndrome de la tarte au citron)

Attention, aujourd’hui billet revendicatif à mort. Je ne sais pas comment font les autres mamans (et papas, aussi), pour ne pas perdre patience avec les devoirs de leurs chérubins, mais moi, là je sature. Pourtant, ce n’est pas une nouveauté, Misspaillettes aujourd’hui en CE2 est déjà passée par là. Lire la suite