Bien dans ses baskets

DSCN6728

En ce début d’année scolaire, Misspaillettes a grimpé à l’étage supérieur de la croissance : bye bye la pré-ado, bonjour l’adoles-chiante adolescente ! Sa courbe de taille grignote peu à peu nos différences, 4 petits centimètres seulement nous séparent à présent, et les pieds ne sont pas en reste, elle chausse juste un bon 38, soit 1 de moins que moi. A sa plus grande joie, puisqu’elle envisage depuis fort longtemps de me piquer un certain nombre de mes chaussures, étendant à cette partie de son anatomie la sale manie qu’elle a désormais de venir fouiner dans mes tee-shirts. Et qui c’est qui braille le matin quand elle s’aperçoit qu’il lui manque son top noir dont elle a justement besoin ? C’est Covima, dont la mécréante connaît pourtant le caractère « vaut mieux pas s’y frotter » quand on lui pique ses affaires et qu’elle les retrouve dans le bac à linge (sale, c’est mieux). Lire la suite

Mère et fille au Tout Rennes Court

Hier avec Misspaillettes, on a couru au Tout Rennes Court. Chacune dans sa catégorie, elle la Véolia2 pour les collégiens (2.950 km) et moi la Sobhi (6 km). Depuis que je cours à peu près régulièrement, j’avais très envie de refaire une course, avec le dossard, les échauffements, le coup de feu du départ (et le stress un peu aussi) et tout et tout. Cet été, j’y ai sérieusement pensé, et à la rentrée j’ai commencé à consulter les plannings des courses de notre département. Lire la suite

Cake aux olives et au surimi {recette fonds de placards}

Quand le gros plein de soupe heu, de courses, date d’une quinzaine de jours, frigo et placards commencent à se mettre au régime et moi à chercher des idées de dîners de la semaine avec ce qui me reste sous la main. Tant qu’il y a en stock des oeufs, de la farine et du lait, direction les cakes salés et leurs innombrables déclinaisons, une addiction développée il y a quelques années, à l’apparition des Cakes de Sophie dans mes inspirations culinaires. Lire la suite

#JDM*

*spéciale dédicace à Mimilady, mon alter-ego des journées pas-de-bol.

« Ne jamais tenir une chose pour acquise » ou bien « l’exception qui confirme la règle« , ça vous dit quelque chose ? Même si je n’aime pas trop résumer les petits évènements de la vie quotidienne par ces phrases toutes faites, je dois bien avouer que quelquefois, l’adage se vérifie. Aujourd’hui par exemple : c’est mardi. Eh bien ce mardi avait de forts accents de jeudi. (N’étant pas superstitieuse, je ne veux même pas savoir ce que jeudi me réservera.) La preuve ? Mais elle vous en prie, entrez donc et asseyez-vous ! Lire la suite

Sommeil sélectif

Quatre matins par semaine, les jours d’école, je réveille les z’enfants vers 06h45. Misspaillettes, dont les antennes captent le moindre bruit même pendant son sommeil, émerge en général seule et sans trop de mal. Pour Miniprincesse et Timouton, c’est une autre chanson. L’un comme l’autre ont un réveil ultra-difficile quand il n’est pas naturel, (c’est-à-dire la moitié du temps), le compteur bloqué en « mode grognon puissance 10 », assorti de plaintes, gémissements, de « j’suis encore fatigué », « j’ai pas assez dormi », « j’veux pas me lever », « y’a de l’école aujourd’hui ? Oh naaaaaaaaan ». Comme on peut s’en douter, j’ai intérêt à avoir moi-même le patience-omètre doppé à donf et un quota de sommeil suffisant pour faire face à ces deux grincheux en pyjama dès le petit matin. Sauf que… Lire la suite

Prolongations estivales

Ce week-end nous avions décidé d’aller en famille au zoo. Mais à la vue du grand ciel bleu et de la chaleur, Chérimari a plutôt proposé une sortie à la plage. J’ai sorti la carte, lui optait pour le nord, moi pour le sud. Tu le sais maintenant que je suis une fille du Sud, non ? Je l’ai convaincu de nous diriger vers le Morbihan, pour changer ; je sais être très persuasive quand je veux. Lire la suite

La coureuse

Dimanche matin, juste avant 9 h. J’entends les petits pas des z’enfants tout juste réveillés, Chérimari traînasse au lit. Je referme la porte derrière moi, dehors l’air est vif mais le soleil brille, ça va me faciliter le départ. Je prends la direction de l’étang. Quelques dizaines de mètres pour commencer en marchant, s’échauffer un peu, le polaire encore enfilé. Lire la suite