La maman de Miniprincesse, elle est blonde (pour de vrai)

DSCN6562

Vous connaissez cette sensation de vouloir soudainement, au beau milieu d’une situation très gênante, vous creuser un grand trou et disparaître de la surface de la terre pour ne pas avoir à subir le regard des autres ? Eh bien, globalement, c’est le souhait que j’ai fait silencieusement, en pleine classe, mardi soir, lors de la réunion de présentation de la 6ème. Ce qui a rajouté une honte supplémentaire à l’énorme tableau de chasse que je me traîne depuis des années, je ne suis plus à ça près. Mais resituons les faits. Lire la suite

Publicités

Enjoy the little things

Hello bonheur pour les pieds ! #birkenstock #newin #instashoes #jesuisunmouton #fashionvictim via @spartoogram #teambirkenstock

C’est vendredi, jour d’inauguration d’un nouveau genre de billet. J’ai déjà fait quelque chose d’approchant avec une sélection de choses vues, lues ou découvertes sur le net, il y a fort longtemps, quand je n’avais pas l’impression de m’être pris un TGV en pleine face tant le rythme de la vie quotidienne m’a bouffé toute mon énergie dernièrement. Je sais je l’ai déjà dit, non je ne radote pas (encore). Ou c’est l’approche de la *biiiiiiip*-taine qui fait que je résiste de moins en moins à la fatigue.

Bref, j’avais envie de faire quelque chose d’un peu différent, comme un inventaire de choses jolies, pratiques, et que j’ai aimées dernièrement, sans aucun rapport les unes avec les autres, c’est un peu ça l’intérêt de ce genre de post « fourre-tout ». Moteur, action ! Lire la suite

Vocation super-héros

Super-héros Timouton 02 2015A sept ans et demi, Timouton est en plein dans la période « super-héros ». A la maison, il mange, boit, parle, et même dessine « super-héros ». Et il en rêve aussi très certainement. C’est un des sujets de conversation récurrents avec les copains dans la cour de récré, et il nous fait bénéficier avec beaucoup d’enthousiasme de sa passion, sous l’indifférence à peine cachée de ses soeurs, au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner. Et aussi à l’apéro. Et parfois entre tout ça, quand une question cruciale du genre quel engin dirige un tel, ou « tu sais c’est quoi le super pouvoir de Super-Truc ? ». Lire la suite

« Le savoir-vivre » par Misspaillettes

DSCN5633

On a tous nos petits travers, nos manies, nos tics qui pour nous passent complètement inaperçus tant on est habitué à vivre avec, mais qui pour les autres peuvent vite devenir énervants.

Bien sûr, je suis la première à dire à Chérimari ou aux z’enfants « fais pas ci, ne dis pas ça », sans forcément m’auto-corriger moi-même, les gros mots dans la voiture vis-à-vis des autres conducteurs en sont le meilleur exemple, car c’est bien connu, c’est toujours la faute des autres et on se considère mieux que tout le monde. Lire la suite

Les jolies choses de l’automne

L’automne est bel et bien là, et pour mieux faire passer la pilule amère du « en-voiture-Simone-tu-en-prends-pour-6-mois-de-flotte », la version bretonne du « t’as signé c’est pour (voilà) », rien ne vaut les petits détails du quotidien, ceux qui font grimper le plaisiromètre et rendent les sombres journées de déluge un peu plus douces. Par contre, niveau qualité des photos, je sais on repassera, mais on arrive bientôt au fameux changement d’heure, non ? Et donc le soir, ça commence à devenir raide de l’objectif pour tirer un portrait lumineux de quoi que ce soit à la maison, en rentrant du bureau. Lire la suite

De l’influence de Grey’s Anatomy sur les z’enfants

Si Chérimari et moi sommes des enfants de la télé, y’a qu’a demander à notre cousine C. qui est imbattable sur tous les génériques de dessins animés/émissions/séries des années 80 et les reconnaît dès les premières notes, les z’enfants sont incontestablement ceux d’internet. Et nos kids ne sont certainement pas les derniers à jouer du clavier à la moindre occasion (parfois on aimerait bien qu’ils le lâchent un peu), Lire la suite

La maman des poissons

DSCN8183 Hier soir en rentrant à la maison, Timouton m’a balancé : « eh ben tu sais quoi ? Je connaissais ma dictée par coeur et la maîtresse m’a quand même mis un rouge ! » « Nan c’est vrai ? » ai-je répondu en faisant semblant d’être outrée par tant d’injustice, avant que le rejeton éclate de rire, tout fier de sa blague. « Poisson d’avril ! » (Evidemment).

Puis j’ai entendu les belettes chuchoter et se dépêcher de planquer des secrets avant que je ne les rejoigne. Je soupçonnais fort quelque chose en rapport avec la date du jour… Lire la suite

La tour de Babel (ou division des langues)

DSCN7569

Parmi la multitude de petits énervements subis au quotidien dans la gestion de notre tribu, le test systématique de ma patience aux limites très vite atteintes doit être certainement le plus pénible. L’exemple le plus parlant (sans aucun jeu de mots) étant le fait de me faire répéter jusqu’à plus soif, les mêmes choses, et ce, matin, soir et week-end compris, rappelez-vous, déjà j’évoquais ce souci . Lire la suite

Mercredi confession

petit déjeuner

D’habitude, les confessions c’est le jeudi. On dirait que le blog est en décalage horaire, et donc que s’appelorio « mercredi-confession », de plus j’avais envie de faire ce billet aujourd’hui, ça me paraît une raison suffisante, un point c’est tout.

▲ Inutile de me parler avant le petit-déjeuner, le matin certains sens sont prioritaires ▲ seul le café a le pouvoir de me réveiller, mais je n’aime pas le préparer et laisse ce soin à Chérimari Lire la suite

Le lapin sous emphétamines

paresse

Dernièrement, j’ai observé un curieux phénomène : moins j’aligne d’heures de sommeil au compteur, plus je suis efficace. La semaine dernière par exemple, j’ai dû dormir maximum 5h30/6h par nuit, entre les couchers tardifs because lectures addictives, les wagons qui ne se raccrochent pas dans le train du sommeil, le fait de se tourner et se retourner dans le lit qui n’est pas vraiment indiqué pour replonger, l’excitation à l’idée du week-end entre copains qui approchait, Chérimari absent quasi-toute la semaine et ma mauvaise volonté à rejoindre un lit glacial, la lune, la semaine-qui-va-pas-bien, que sais-je encore… Bref, on ne peut pas dire que j’étais vraiment fraîche comme la rose au réveil. Passées les cinq quinze premières minutes pour émerger à 6h30, une bonne douche, un grand mug de café et c’était parti pour des journées-marathon presque comme si j’avais fait le tour de l’horloge. Lire la suite