Le chignon d’Elsa

Le dimanche matin du départ de Miniprincesse en voyage scolaire, Misspaillettes me sort en sortant de la douche : « est-ce que tu peux me faire le chignon d’Elsa ? » Remettons tout-de-suite les choses au point, si tu n’as pas dans tes rejetons une fille âgée de 4 ans et plus, tu peux, éventuellement, ne pas savoir qui est cette Elsa. Encore que, ma maternelle est certes un lointain souvenir (ma maîtresse s’appelait Fabienne, elle jouait de la guitare -vénération- et portait des jeans pattes d’éph’, à part ça…)- mais j’ai eu moi aussi un gros faible pour la Reine des Neiges quand on l’a vu au ciné. Lire la suite

La rebelle de la mèche

DSCN8054

Contrairement à la plupart de mes congénères, je n’aime pas aller chez le coiffeur. D’abord parce que je dois me bloquer deux heures trente au bas mot à chaque fois, que je suis tenue de m’y prendre suffisamment longtemps à l’avance pour obtenir le rendez-vous à l’heure idéale, que je sais que je vais contribuer, par mon chèque astronomique à payer des robinets en plaqué or au salon, et enfin parce que 9 fois sur 10, j’en ressors mécontente. Coiffeur = gros stress, à niveau égal au passage du Bac. Lire la suite

De la douceur maternelle

sud 0813

Dans notre famille, l’héritage familial passe en partie par la masse capillaire. D’ailleurs, chez nous, les cheveux, c’est toute une histoire. A 30 ans bien bien sonnés, inutile de préciser mon âge, je n’ai toujours pas trouvé ce qui me convenait capillairement parlant. Disons que je me contente pour l’instant de ce que la Nature me donne, en changeant de nature après chaque grossesse, pour simplifier les choses, c’est-à-dire aujourd’hui une masse volumineuse, bouclée, et ayant la fâcheuse tendance à blanchir avant l’âge décent pour cela (i. e. 50 ans au moins), et que globalement je n’en suis jamais contente. Si ça vous intéresse, il y a un tag dédié, une fille n’a pas toujours une vie facile. Lire la suite

Les cheveux en quatre

hair cut 230713

A la maison, le lancement officiel de la saison estivale se reconnaît à plusieurs signes, notamment, en vrac, les glaçons dans les verres, l’appréhension devant la liste des fournitures pour le mois de septembre, l’achat des maillots de bains et des tongs et l’habituel passage par le fauteuil et les ciseaux de notre coiffeuse attitrée. Lire la suite

Racine carrée

Ça y est les grandes vacances tant attendues par les z’enfants sont enfin là ! A peine rentrés de l’école jeudi soir, mes rejetons ont remisé avec joie cahiers, cartables et crayons pour les deux mois qui viennent. Le lendemain, les peignes et brosses les ont presque rejoints car j’ai mis à contribution mon exceptionnel day-off pour emmener les belettes au classique rendez-vous de début d’été : le coiffeur. Lire la suite

Un petit air de jeune fille

Je le lui promettais depuis un moment ; Misspaillettes commençait à en avoir marre de « ces cheveux toujours pleins de noeuds » transformés depuis l’été, je l’admets, en vrai sac (de noeuds) à démêler, la coupe traditionnelle post-gala de danse ne suffisant plus. J’ai profité de l’occasion du départ en classe de neige pour un petit rafraîchissement capillaire. Lire la suite

Carré frais

On reconnaît l’été à ses petits rituels. Quand le gala de danse est passé et que ma copine C., coiffeuse de son état, peut nous caser un rendez-vous, Misspaillettes et Miniprincesse passent par la traditionnelle « coupe », au grand soulagement de leur cuir chevelu sensible, de mes oreilles, lasses de leurs cris d’orfraie à chaque coup de brosse et de la patience de leur père, aussi. Lire la suite