Quand Timouton lit…

DSCN7970

Il y a quelques temps, un soir au moment du coucher, j’ai demandé à Timouton s’il voulait que je lui lise une histoire. « Non, ce soir je lis tout seul. » a été sa réponse. C’est là que j’ai vraiment réalisé : oui, notre benjamin lit sans aide, depuis plusieurs semaines. Sans vouloir comparer avec ses soeurs, qui n’ont pas bénéficié des mêmes méthodes, on trouve avec Chérimari que Timouton a eu le fameux « déclic » de la lecture assez tôt en début de CP. La méthode de la planète des Alphas* a sans doute aidé dans l’apprentissage, car il s’y est mis assez facilement, et ça a coulé tout de suite naturellement. Lire la suite

Dans la bibliothèque des z’enfants…

livres enfants

Parfois je cherche midi à quatorze heures. Je me plains souvent en ce moment, intérieurement, de manquer d’inspiration pour publier ici quoi que ce soit ; dans ce cas, je préfère ne rien rédiger du tout que de pondre une pauvre crotte inintéressante au possible. Tout ça c’est la faute au mauvais temps, t’façon. C’est comme le shopping, envie de rien en ce moment, c’est Chérimari qui est content. Des shorts et des maillots de bain, la bonne blague, pour quoi faire ? Etant donné qu’on nous l’a assuré avant-hier, c’est cuit, mort et enterré, on n’aura pas d’été non plus. Y’a pas que les vaches que ça perturbe. Pessimiste, moi, meuuuuuuh non (si peu)(hahahahaha). Lire la suite

La dure réalité

Ce soir la télé est restée éteinte. Ce n’est pas la première fois que cela arrive à la maison, mais ces jours-ci je suis parvenue à un niveau de saturation cathodique encore jamais atteint. Ici j’ai pour principe de ne pas parler de sujets politiques, tout simplement parce que cet espace n’est pas le lieu pour, et que d’autres expriment beaucoup mieux que moi le sentiment auquel j’adhère. Mais ces deux dernières semaines ont dépassé beaucoup de bornes, politiques et journalistiques, ou de bon sens et de dignité, au choix.

Lire la suite

Charlotte, Hortense, Louise et les autres…

En plus d’être de magnifiques prénoms anciens, à la sonorité un peu « de la haute » (j’aurais pu avoir une douzaine de filles que je n’aurais jamais été en peine de les prénommer), ces demoiselles sont les nouvelles compagnes de lecture de Misspaillettes, depuis le début de l’hiver. Lire la suite

Petits rats de bibliothèque

Dans la maison « dévoreurs de bouquins », je demande la mère, la fille, la 2ème fille… et peut-être le fils, quand il aura l’âge. Je ne parle pas du père, malgré tous mes efforts, je n’ai pas encore réussi à lui transmettre le virus de la lecture, mais je ne désespère pas. Un traumatisme lié à l’école peut-être, qu’il a toujours détestée ?  Lire la suite