Mes z’enfants, ma ruine

orthodontie 081013

Dans toutes les familles, à la naissance d’un premier enfant, on prévoit pas mal de dépenses pour son sommeil, les voyages, son dressing de bébé. Quand Misspaillettes est née, il y a bientôt 12 ans – diantre – le Bon Coin n’existait pas, sinon avec le recul je pense que je serais d’abord allée y zieuter les articles recherchés plutôt que de franchir la porte des enseignes de puériculture. Lire la suite

Egalité jusqu’au bout des running

cross collège 1013

La semaine dernière, un soir au dîner, Misspaillettes nous annonce que dans quelques jours, elle va courir avec sa classe le cross interclasses 6è-5è du collège. Et d’ajouter, avec une pointe de colère : « Eh ben, tu sais quoi, les filles, elles vont courir moins que les garçons ! » Etonnée, le souvenir de mes propres épreuves – au sens propre- de collégienne dans le domaine remontant à quelques années, je demande : « Courir moins, comment ça ? » Et elle, remontée comme un coucou suisse en retard : « Ben oui, les filles vont faire 2.2 km et les garçons, eux, 2.5 km ! Et pourquoi on ferait pas comme eux, nous ? » Lire la suite

Vous aurez ma peau, les z’enfants

Au cas où j’en doutais encore, mais de doutes, il n’y avait plus guère, j’ai eu la preuve incontestable jeudi dernier que ce jour est le plus pourri de la semaine. Dans mon vocabulaire très familier, dorénavant, j’utilise comme excuse à chaque ennui qui se présente ce jour-là : « c’est nooooormaaaaaal, c’est jeudi ! ». Tout de suite, le menu du jour. Lire la suite

Vacances + enfants = cocktail détonnant

aout2013

Les vacances, on va mettre tout le monde d’accord, je pense, c’est le moment de l’année que tu attends avec impatience pour faire une pause, décompresser et découvrir de nouveaux horizons. En gros tu voudrais qu’elles soient parfaites. Mais quand tu pars en famille, parfois tout le monde n’a pas les mêmes attentes. Tu comprends qui je vise, là, dans le rétro intérieur de la voiture ? Oui, oui, dans votre siège auto, c’est bien de vous dont je parle, les z’enfants. Lire la suite

Humeur(s), 37 bougies et pain perdu

1704

Je disais ce midi au bureau mon admiration sans bornes pour les femmes qui élèvent seules leurs enfants, qu’il s’agisse d’un choix délibéré ou d’une situation subie. Le bref aperçu du statut « maman-solo » que j’ai en ce moment à la maison la semaine, me suffit amplement et me fait accueillir à bras ouverts Chérimari le vendredi soir pour enfin délester un peu de l’autorité parentale sur ses solides épaules. Lire la suite

Ta mère en couverture de Madame Figaro (et flagrant délit de mauvaise foi)

Vendredi soir, on a récupéré la tribu, après moultes péripéties sur le chemin du retour, la nouvelle voiture à vapeur de leur grand-père ne trouvant rien de mieux à faire que crever en bordure d’une route fronsadaise. De là à vouloir emmener de force son conducteur vers les propriétaires-récoltants du coin, il n’y avait qu’un pas que je ne franchirai pas. 6 heures et 1 pneu neuf plus tard obtenu après nombreuses négociations envers le garage qui voulait kidnapper la voiture pour le week-end, et a cédé devant l’imparable argument d’un avion à prendre le lendemain à Rennes (gné ????), c’est pas bien de mentir devant ses petits-enfants, (enfin là je ne dirai rien, c’était pour la bonne cause, heureusement ceux-ci n’ont pas moufté), la voiture chargée à bloc, le papy et les zouaves sont repartis vers la Bretonnie, où ils sont arrivés sans encombre dans nos bras après quelques heures, bronzés, grandis et ravis de rentrer. Le temps de signifier à la machine à laver que ses vacances à elle étaient terminées, toute la smala s’est endormie sans demander de beurre salé avec son pain. Lire la suite

Avis favorable

Tant qu’on ne le vit pas, je crois qu’on ne se rend pas vraiment compte à quel point les frères et soeurs peuvent être différents. Je suis bien placée pour le savoir : trois enfants, trois caractères distincts. Là-dessus tous les parents me rejoindront. Et forcément, cela se vérifie à l’école, dans leur comportement, leurs réussites, leurs échecs. Lire la suite

Docteur, pas médecin

Hier soir, 18h30. Retour à la maison, les z’enfants, leur sac de la journée, le mien et moi, après un passage éclair à la pharmacie pour réapprovisionnement en Doliprane. Timouton traîne une fièvre qui s’amuse sur un grand-huit depuis trois jours, a mal au ventre et à l’oreille pendant quelques heures puis plus rien. Devant ses plaintes et gémissements, et aussi parce que j’avais prévu de les mettre pour la fin de la semaine au Centre Aéré de Mapetiteville, qui ne l’acceptera pas dans cet état, je décide de consulter notre SuperDoc de famille. Allez hop tout le monde en voiture, c’est marrant j’avais rien de prévu pour ce soir, si on allait chez le médecin ? Ah ah ce qu’elle est drôle. Lire la suite