C’est la quille !

2002-2012 : ci-gît notre consommation de couches-culottes, enterrée, définitivement on l’espère, jeudi matin. J’ai marqué ce jour d’une pierre blanche. Et on en aurait presque sabré le champagne au-dessus du dernier paquet entamé. Car oui, je l’annonce fièrement ici : Timouton est enfin propre la nuit ! Lire la suite

Je vais bien, ne t’en fais pas

Samedi 14 janvier 16h, le téléphone sonne. « C’est moi, je vais être en retard ». Moi, étonnée : « Ah bon, pourquoi ? » « J’ai eu un accident, la moto est HS. » Moi, incrédule : « Si c’est une blague, elle est pas drôle. » « Non non, je ne rigole pas. » Moi, inquiète : « Mais toi, ça va ? » puis voulant en savoir plus, puis commençant à légèrement paniquer, crisant au bout du fil : « Mais tu es où ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Tu roulais vite ? Y’a quelqu’un d’autre de blessé ? WTF qu’est-ce qui se passe pubip de bobip de merbip ?!!! » Lire la suite

Un petit air de jeune fille

Je le lui promettais depuis un moment ; Misspaillettes commençait à en avoir marre de « ces cheveux toujours pleins de noeuds » transformés depuis l’été, je l’admets, en vrai sac (de noeuds) à démêler, la coupe traditionnelle post-gala de danse ne suffisant plus. J’ai profité de l’occasion du départ en classe de neige pour un petit rafraîchissement capillaire. Lire la suite

Obsession capillaire

(oui, la photo est floue ; tu as déjà essayé de tirer le portrait (de dos) d’un enfant atteint de Parkinson prématuré ? Bon eh bien tu repasseras.)

Quand tu deviens mère, et que tes rejetons entrent dans la phase « maîtrise du langage » (les fameux trois ans), tu as le choix entre plusieurs possibilités : la fuite, la franche rigolade, la honte, la tenue d’un carnet pour tous leurs bons mots, ou l’interrogation sur le sens caché de leur discours. La susceptibilité, tu la mets au fond de ta poche et tu oublies, un enfant c’est brut de pomme, pour lui demain est un autre jour, je dirais même à son échelle, l’heure suivante, c’est ta semaine prochaine, en gros. Lire la suite

Crise de nerfs au rayon fournitures scolaires

La semaine dernière, pour mes vacances, j’étais fermement décidée à me simplifier la vie au maximum, histoire de bien me vider la tête et de reposer mon esprit agité toujours sollicité et mon corps pas assez bronzé. Mes prières avaient été exaucées, le dieu soleil régnant en maître sur la quasi-totalité de ma pause aoûtienne. Cependant, pour être totalement zen de la tong, il me restait une tâche à rayer (non pas à enlever, quoique) de ma to-do list d’été : la fameuse liste de fournitures scolaires. Lire la suite

La fièvre du vendredi soir

La semaine qui précède le gala de danse est sans conteste la plus chargée de toute l’année. A côté, les soldes ou la préparation des fêtes de Noël, c’est du pipi de Mistercat. Tous les ans, vers la fin juin, j’accepterais volontiers qu’on me greffe un deuxième cerveau -de brune pour changer- et quatre bras supplémentaires pour superviser ces journées très particulières. Et qu’on m’offre quelques heures de sommeil en rab.

Lire la suite

Sevrage cathodique

source : momes.net

Les z’enfants, c’est toujours plein de bonnes intentions, d’amour débordant et de bisous baveux. Voilà pour le côté positif de ces petites créatures. On dirait que je fais une annonce sur le Mauvaiscoin.fr pour vendre une portée de chatons. Le souci avec eux, c’est leur formidable capacité à te pousser dans les limites les plus extrêmes des retranchements de tes bornes (je pense que tu as compris de quoi je parle). Lire la suite

Les slips de la colère

Ce matin, j’avais prévu un billet sur les dernières lectures z’enfantines. Mais ici on ne s’ennuie jamais, la vie se charge joyeusement de contrecarrer mes plans, et comme si j’étais à court d’inspirations pour le blog, Timouton a proposé généreusement ses services dès 7h30 sonnantes, ce vendredi. Lire la suite