Juin, le mois fantôme

https://scontent.cdninstagram.com/t51.2885-15/s640x640/sh0.08/e35/13277780_1032021453533150_1366776731_n.jpg?ig_cache_key=MTI2Mzk4MjIwMTAyNzI3MDM3MA%3D%3D.2

Mais où est passé Juin ? Ce fourbe est déjà fini alors qu’on a eu droit à quoi, 3 heures d’ensoleillement à tout casser ? La déprime n’est pas loin, je pense que quelque part, dans une autre vie, on a dû tous être très méchants dans cette partie de la France, au nord d’une ligne La Rochelle-Metz (c’est ce que dit Louis Bodin tous les matins pour, le pauvre, essayer de nous vendre une météo plus sinistre tu meurs)(guess what ? C’est là que j’habite)(avec Chérimari on est à deux doigts de vendre la maison pour déménager à Marseille), pour avoir droit à la pire mousson que cette moitié du pays ait jamais connue. Lire la suite

Banana Bread et souvenirs philosophiques

Parmi mes amies, j’en ai certaines -elles se reconnaîtront- qui sont aujourd’hui encore capables de citer (au choix) : la liste entière de leurs camarades de classe en 4ème C, promo 88-89, (professeurs inclus), les dates d’anniversaires ou de mariage de TOUS leurs proches et moins proches (coucou D. !), ou ce qu’un tel lui a dit à telle heure et à tel endroit. Véridique. Quand on sait que je suis obligée de marquer un temps d’arrêt pour réattribuer leurs poids et taille de naissance aux z’enfants ou que j’ai fait un total black out sur tout mon collège, non sans raison, ça a un petit côté énervant qui me fait grincer des dents.

Lire la suite

Hystérie maternelle

mistercat 11 2014Ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Deux mois je crois, si on considère que deux mois, c’est long. Tout est relatif. Pourtant on n’est pas jeudi. Mais ça couvait depuis quelques semaines, il fallait bien que ça sorte. Ce soir je me suis littéralement transformée en cocotte-minute, sans la soupape d’évacuation, et j’ai explosé devant des z’enfants médusés qui n’ont rien vu venir. Lire la suite

Maman, elle a le droit de grogner

« Maman, t’as pas dormi ? » / « De toutes façons, tu fais rien que me grogner dessus ! » / « Vraiment, t’es toujours de mauvaise humeur le dimanche ! ». 3 interlocuteurs différents*, 3 phrases du même acabit à mon encontre en une semaine.  Ça mérite peut-être que je m’y arrête quelques minutes, au moins ici… Lire la suite

Le pouvoir insoupçonné du sapin de Noël

 

DSCN7662

Le week-end dernier s’annonçait comme calme, juste un repas à préparer pour nos invités du samedi soir. Le seul impératif était l’achat du sapin, et la décoration de celui-ci. Rien de bien extraordinaire en somme. Sauf que, j’aurais dû m’y attendre, ça ne s’est pas tout-à-fait passé comme prévu… Lire la suite

Vacances + enfants = cocktail détonnant

aout2013

Les vacances, on va mettre tout le monde d’accord, je pense, c’est le moment de l’année que tu attends avec impatience pour faire une pause, décompresser et découvrir de nouveaux horizons. En gros tu voudrais qu’elles soient parfaites. Mais quand tu pars en famille, parfois tout le monde n’a pas les mêmes attentes. Tu comprends qui je vise, là, dans le rétro intérieur de la voiture ? Oui, oui, dans votre siège auto, c’est bien de vous dont je parle, les z’enfants. Lire la suite

Mauvaises résolutions

manucure réveillon 2012

La semaine dernière, j’ai entendu en me réveillant un matin quelque chose de très drôle à la radio : chacun des animateurs faisait la liste de ses mauvaises résolutions pour 2013. L’un d’eux avait vu un article sur le sujet dans Elle, paraît-il. Je ne me souviens plus des bêtises qu’ils ont trouvé à dire à 6h30, (ils étaient à l’antenne depuis 6h00 et avaient eu le temps de se réveiller) mais le fait est que l’idée m’a fait rire et a aussitôt trouvé preneuse en ma petite personne, petite étant relatif, n’allez pas chercher en l’auteur de ces lignes quelqu’un qui mesure un mètre soixante (bien que je n’en sois pas si loin). Lire la suite

Une journée-type de Miniprincesse, en CE2

J’ai beau être assez organisée dans la vie quotidienne, pour le blog c’est tout autre chose. Il m’est presque impossible de prévoir des billets à l’avance, si on considère comme avance ce qui remonte à plus de deux jours, ceux-ci me viennent au fur et à mesure. Non pas que l’inspiration manque, enfin parfois si, ce qui explique que je peux être deux ou trois jours sans poster, guère plus il me faut ma dose quand même, mais parfois c’est la machinerie qui là-haut ne veut pas. Les idées peinent à se mettre dans l’ordre, c’est un joyeux mélange de tout et n’importe quoi et dans ces cas-là, ça ne me convient pas et dans le doute, abstiens-toi. L’idée de ce billet par exemple m’est venue hier soir, après le coucher des z’enfants, dans le silence de la maison retrouvé. Le silence est peut-être d’ailleurs un critère essentiel pour faire germer les idées ? Bref. En appuyant sur la touche « rwd » de ma mémoire, hier soir, l’idée de décrire la journée que venait de passer ma numérobis s’est imposée d’elle-même. Ceci me permettra de cracher la pilule qui a décidément encore du mal à passer. Lire la suite

Ta mère en couverture de Madame Figaro (et flagrant délit de mauvaise foi)

Vendredi soir, on a récupéré la tribu, après moultes péripéties sur le chemin du retour, la nouvelle voiture à vapeur de leur grand-père ne trouvant rien de mieux à faire que crever en bordure d’une route fronsadaise. De là à vouloir emmener de force son conducteur vers les propriétaires-récoltants du coin, il n’y avait qu’un pas que je ne franchirai pas. 6 heures et 1 pneu neuf plus tard obtenu après nombreuses négociations envers le garage qui voulait kidnapper la voiture pour le week-end, et a cédé devant l’imparable argument d’un avion à prendre le lendemain à Rennes (gné ????), c’est pas bien de mentir devant ses petits-enfants, (enfin là je ne dirai rien, c’était pour la bonne cause, heureusement ceux-ci n’ont pas moufté), la voiture chargée à bloc, le papy et les zouaves sont repartis vers la Bretonnie, où ils sont arrivés sans encombre dans nos bras après quelques heures, bronzés, grandis et ravis de rentrer. Le temps de signifier à la machine à laver que ses vacances à elle étaient terminées, toute la smala s’est endormie sans demander de beurre salé avec son pain. Lire la suite