Le goûter des 7 ans avec les copains

DSCN0015

Après les vacances de la Toussaint, l’évènement pour Timouton, c’était le goûter d’anniversaire organisé le samedi après-midi qui suivait la rentrée, réclamé à corps et à cris depuis la rentrée, la vraie, celle de septembre. Sachant qu’il est de fin octobre, le Champomy avait le temps de couler sous les ponts. Mais quelque chose dans son inconscient devait l’alerter sur de possibles oublis de notre part. C’est vrai, l’an dernier à la même époque, le goûter d’anniversaire avait été sans cesse remis à plus tard, par manque de temps (et un peu de volonté de ma part aussi, j’avoue), et ni vu ni connu on était déjà rendu à Noël, han tu te rends compte on ne va pas le faire maintenant quand même (mauvaise mère)(100% assumé). Lire la suite

Hystérie maternelle

mistercat 11 2014Ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Deux mois je crois, si on considère que deux mois, c’est long. Tout est relatif. Pourtant on n’est pas jeudi. Mais ça couvait depuis quelques semaines, il fallait bien que ça sorte. Ce soir je me suis littéralement transformée en cocotte-minute, sans la soupape d’évacuation, et j’ai explosé devant des z’enfants médusés qui n’ont rien vu venir. Lire la suite

Yaourts maison aux zestes d’orange

yaourtsLes yaourts, c’est le dessert-bateau qui règne en maître sur les étagères du frigo, à 5 à la maison, on en fait une consommation industrielle et je dois m’assurer qu’il n’en manque jamais sous peine d’écoper d’une lourde peine pour faute grave au tribunal familial. Heureusement, pour pallier à ma mémoire souvent défaillante qui doit aussi jongler avec les réunions, les yogging propres pour le jour où les z’enfants ont sport (pas le même jour de la semaine, histoire de compliquer l’épreuve) et le paiement de la facture de l’orthodontiste qui traîne depuis 15 jours sur la pile de papiers urgents (en même temps, vos travaux de piscine, Docteur, financés pas les rails en ferraille qui garnissent la bouche de mes belettes, ça peut attendre 2016 peut-être ?), je peux compter sur un investissement léger mais durable, j’ai nommé la yaourtière. Lire la suite

Empanadas aux poivrons et aux anchois

Quand je vais chez le coiffeur, j’y passe minimum deux heures, et le temps que posent les mèches, j’en profite pour instagramer, lire ou feuilleter les magazines. Je ne me consacre d’ailleurs à cette dernière occupation que dans cet endroit, contrairement à la salle d’attente du médecin, où les revues restent pour ma part bien sagement sur la table basse, car je serais curieuse de connaître le nombre de microbes au cm² de papier sur les magazines made in 2002 consultés par des centaines de paires de mains appartenant à des gens malades. A la réflexion, non, je préfère ne pas savoir. Je ne suis pas hypocondriaque, mais quand même. Et je m’accroche à l’illusion que les gens malades ne vont pas chez le coiffeur… Lire la suite

L’équipe des bras cassés

Quand on commence à devenir accro au sport (hein, est-ce bien Covima qui parle ?)(oui, oui), on oublie un peu facilement que le corps n’est pas un robot infaillible, et on n’ose pas imaginer une seconde que les activités sportives, si bénéfiques soient-elles, ça peut faire mal aussi. Lire la suite