Mon premier presque 10 kilomètres

9,9 km 141005

Je ne me considère pas encore comme faisant partie de la grande famille des « runners », mais petit à petit, ça vient. J’ai considéré vraiment sérieusement le running du week-end comme un passage obligé depuis l’année dernière, et honnêtement, je le ressens. Le week-end où je zappe, c’est simple, je m’en mordrais les doigts de pieds tellement la remise en route est dure, il suffit de deux semaines et le corps, ce bougre, a tout oublié. Lire la suite

Ma tenue de running

DSCN7989Si on m’avait dit, il y a quelques années, que je me serais mise au running, j’aurais ri au bec du merle moqueur. Mais au bout de quelques essais, plus ou moins fructueux, on va dire que j’ai plongé sérieusement dedans l’année dernière, en essayant de sortir une fois par semaine, de préférence le dimanche, sans dépasser un maximum de 15 jours d’interruption entre deux séances. Car les conditions météo ne sont pas toujours réunies pour aller courir, je veux bien être courageuse (enfin le courage, c’est relatif) mais je suis frileuse, et pour le moment incapable de sortir quand il pleut. Cet hiver, j’ai couru seule, avec Chérimari et/ou Misspaillettes, dans notre campagne bien ventilée et pleine de dénivelés, par chez nous c’est physique le running ! Très vite, je me suis aperçue que pour être motivée, il fallait aussi être bien équipée… Lire la suite

Au pas de course

J’ai commencé il y a deux ans. Avant ça, c’était tellement épisodique que ça ne valait pas la peine d’être souligné, une fois par ci par là, ça ne compte pas. J’y suis allée gentiment, à la belle saison uniquement, pas courageuse pour m’y mettre par temps froid. Ça a duré quelques séances. J’ai même fait une course, pour marquer le coup avant de ranger les chaussures. Puis l’hiver est arrivé, et au moment où j’aurais pu reprendre, c’en est resté au stade des bonnes intentions, sans passage à l’acte. Ou alors une seule fois, peut-être. L’été est passé, l’hiver est revenu, là on a un peu franchement abusé, et au printemps j’ai commencé à ressentir les conséquences de mes mauvaises habitudes. Alors cette année, c’était décidé, on allait se bouger le popotin et se remettre à courir. Lire la suite

Vous aurez ma peau, les z’enfants

Au cas où j’en doutais encore, mais de doutes, il n’y avait plus guère, j’ai eu la preuve incontestable jeudi dernier que ce jour est le plus pourri de la semaine. Dans mon vocabulaire très familier, dorénavant, j’utilise comme excuse à chaque ennui qui se présente ce jour-là : « c’est nooooormaaaaaal, c’est jeudi ! ». Tout de suite, le menu du jour. Lire la suite

Ici Londres

Je n’ai pas le tempérament sportif, mais cela ne m’empêche pas de suivre avec passion les épreuves de Jeux Olympiques, dès que l’occasion (et mon emploi du temps) me le permettent. C’est d’ailleurs le seul évènement sportif qui m’intéresse autant. Et les z’enfants ne sont pas en reste. Cette année, ils sont tout autant captivés que moi, car pour ceux de Pékin ils étaient encore trop jeunes pour s’y intéresser. Mais à 10 ans et demi, bientôt 8 et 5 , ils ne sont pas avares de commentaires, supplantant aisément les commentateurs sportifs durant les épreuves,  à tel point qu’on ne les entend plus… L’autre raison, c’est qu’avec Chérimari on avait décidé cette année de partir en week-end à Londres, que cela ne s’est pas fait. Alors imaginer les Jeux dans la ville qu’on rêvait de fouler, ça rend d’autant plus attachante cette session londonienne.  Lire la suite

Tic-tac-boum

En toute logique, 7 h de travail + 7 h de sommeil + grosso modo 2 h de trajet quotidiens, ça fait… (je pose 2 et je retiens 3) = 16 h occupées sur ma journée, qui en compte 24 h, comme tout le monde. Selon cette opération magique, il me resterait 8 h de « libres ». Mais ça, c’est en théorie. En pratique, c’est tout autre chose. Démonstration par une journée-type dans ma vie de working-mum, par exemple aujourd’hui, tiens, c’est encore frais dans ma tête qui frôle parfois la surchauffe. Lire la suite

J’ai couru la Colombia (Tout Rennes Court)

Chaque année début octobre, Rennes organise son week-end « course » avec des défis à la portée de toutes les jambes, y compris les miennes. De 10 à 77 ans, voire plus, plus de 10 000 coureurs de tous niveaux se donnent rendez-vous, et il y en a pour tous les goûts. Du semi-marathon, du 5 kilomètres, du 10 kilomètres…

Mon retour au jogging cet été avait pour objectif ma participation à la Colombia, course exclusivement féminine de 3,1 kilomètres, hier après-midi, que je ne voulais surtout pas manquer cette année, 1/ parce que j’avais loupé la première édition de l’an dernier, et 2/ parce cette course est spécialement organisée au profit du dépistage du cancer du sein, dans le cadre d’Octobre rose. Lire la suite

La coureuse

Dimanche matin, juste avant 9 h. J’entends les petits pas des z’enfants tout juste réveillés, Chérimari traînasse au lit. Je referme la porte derrière moi, dehors l’air est vif mais le soleil brille, ça va me faciliter le départ. Je prends la direction de l’étang. Quelques dizaines de mètres pour commencer en marchant, s’échauffer un peu, le polaire encore enfilé. Lire la suite

La joggeuse du dimanche

Ça m’avait pris comme un mal de ventre, l’année dernière au printemps. Ça a disparu aussi vite, quelques dimanches matins et puis, hop, plus rien. Ça fait toujours ça, il paraît : un cap à passer après les premières séances, le creux de la vague, et ensuite que du bonheur, à en croire les vrais sportifs. Sauf que j’avais décroché pile dans le creux, et que je n’étais pas remontée. J’avais alors rangé mes Nike dans le placard, en attendant la prochaine édition. Lire la suite