Juin, le mois fantôme

https://scontent.cdninstagram.com/t51.2885-15/s640x640/sh0.08/e35/13277780_1032021453533150_1366776731_n.jpg?ig_cache_key=MTI2Mzk4MjIwMTAyNzI3MDM3MA%3D%3D.2

Mais où est passé Juin ? Ce fourbe est déjà fini alors qu’on a eu droit à quoi, 3 heures d’ensoleillement à tout casser ? La déprime n’est pas loin, je pense que quelque part, dans une autre vie, on a dû tous être très méchants dans cette partie de la France, au nord d’une ligne La Rochelle-Metz (c’est ce que dit Louis Bodin tous les matins pour, le pauvre, essayer de nous vendre une météo plus sinistre tu meurs)(guess what ? C’est là que j’habite)(avec Chérimari on est à deux doigts de vendre la maison pour déménager à Marseille), pour avoir droit à la pire mousson que cette moitié du pays ait jamais connue. Lire la suite

Publicités

Bonne fête Mamaaaaaan !

Dimanche dernier, je ne m’attendais pas particulièrement à être fêtée, même si une petite attention fait toujours plaisir. Timouton m’avait annoncé avec une petite moue mi-déçue mi-résignée la semaine précédente : « Ben désolé, hein, mais en fait on va préparer un cadeau-des-parents, donc je te le donnerai plus tard ». Puis au moment de préparer ses affaires le soir, il m’a demandé des pots de yaourts en verre, qui ont voyagé toute la semaine dans le cartable. C’est mal barré. Heureusement je peux toujours compter sur les bonnes intentions de nos belettes, qui se sont discrètement éclipsées samedi pendant notre tournée à la jardinerie du coin, afin de m’offrir ce joli mug et du thé très parfumé dimanche matin au petit déjeuner. La fête des mères était sauvée. Lire la suite

Happy 40 !

Aller voir la mer, le jour de son anniversaire - St Malo, 17/04/2016

Hey, mais ça fait bien trop longtemps depuis ma dernière mise à jour ! Ça roule pour vous ? (Blague moisie à sortir à un public scrupuleusement choisi, suivant le degré d’humour acceptable, denrée rare dont on peut difficilement tester le niveau en dehors d’une station essence ces jours-ci)… Je ne vais pas vous la faire, j’ai pourtant l’impression que je ressors toujours les mêmes vieilles excuses pourries ces derniers temps, pour expliquer un tant soit peu mon absence des « résosocio » (ahem). La vie réelle, cette gourde, s’obstine à se cantonner à ses 24 heures quotidiennes, les petits tracas de santé s’éternisent (après le pied, la tendinite à l’épaule, et aucune amélioration à court terme, on va y revenir), et ma collection de multi-casquettes n’a jamais été autant variée que cette année… Pour couronner le tout, on est en train de se fâcher A VIE avec la caisse locale de notre banque, chouette. #lavieestbelle Mais rien de tout ça ne va m’empêcher de continuer à avancer, surtout en cette année 2016 très symbolique, puisque le mois dernier, je suis entrée dans mes 40 ans ! Lire la suite

Banana Bread et souvenirs philosophiques

Parmi mes amies, j’en ai certaines -elles se reconnaîtront- qui sont aujourd’hui encore capables de citer (au choix) : la liste entière de leurs camarades de classe en 4ème C, promo 88-89, (professeurs inclus), les dates d’anniversaires ou de mariage de TOUS leurs proches et moins proches (coucou D. !), ou ce qu’un tel lui a dit à telle heure et à tel endroit. Véridique. Quand on sait que je suis obligée de marquer un temps d’arrêt pour réattribuer leurs poids et taille de naissance aux z’enfants ou que j’ai fait un total black out sur tout mon collège, non sans raison, ça a un petit côté énervant qui me fait grincer des dents.

Lire la suite

Retour au bercail et hamburgers au gorgonzola et échalotes confites

Diantre ! Quasiment trois semaine sans un billet, sans compter celui d’avant-hier, on pourrait se demander s’il y a des survivants par ici ! « Est-ce que quelqu’un m’entend ? »* Je crois que cela ne m’était encore jamais arrivé, même pendant les vacances d’été. Cette pause a été le résultat cumulé de plusieurs raisons, que je vais vous énoncer ci-après si vous le voulez bien.

Non que je doive me justifier quant au silence radio du blog depuis quelque temps, mais je trouve un peu difficile de balancer le premier vrai billet de l’année sans la moindre explication… Lire la suite

Bloguerie, page blanche et temps qui passe

DSCN6624

Peut-on parler de page blanche en ce qui concerne les blogs ? Si vous venez ici de temps en temps, vous aurez remarqué que dernièrement, je suis un peu moins présente et mes billets plus espacés. Cet état de fait est le résultat groupé de plusieurs raisons, que j’avais envie d’exposer ici, après tout je ne fais pas souvent de post d’analyse sur le fonctionnement du blog *minute psy*… Lire la suite

Mes astuces anti-déprime hivernale

Ce n’est plus un secret pour personne, je ne suis pas une fille de l’hiver. A force de me l’entendre dire à la maison, tout le monde finit par me tourner le dos quand je commence la fameuse phrase : « vivement le printemps, j’en peux plus ! » et je finis par me retrouver à parler toute seule comme une vieille c****e. Résultat, je bavarde ici (toute seule aussi) mais ça défoule. J’ai rongé mon frein tout le mois de janvier, et miracle février est déjà presque fini. On me souffle que c’est comme ça tous les ans. Ah bon ? Merci de prévenir, on ne me dit jamais rien. Alors chaque année, pour patienter jusqu’au changement de saison, j’étoffe ma liste de petits trucs qui font du bien quand il fait moche dehors. Lire la suite

Verrines banane chocolat confiture de lait

verrines bananeMardi dernier, pendant la première semaine des vacances d’hiver des z’enfants, on a profité de l’absence de ces derniers de la maison pour aller dîner avec Chérimari. Celui-ci m’a proposé sur le chemin du retour (on venait de les déposer chez les grands-parents) : « On va manger quelque part ? » et comme moi, il ne faut pas me le dire deux fois, on a filé vers une crêperie de Mapetiteville. En plus, ça nous ferait un dîner anticipé de la Saint-Valentin, puisqu’on… ne la fête pas, ça commence à se savoir depuis le temps que je le dis ici. Sauf qu’en fait, au lieu d’un dîner sympa, on a eu droit à un dîner de c*ns. Lire la suite

« Le savoir-vivre » par Misspaillettes

DSCN5633

On a tous nos petits travers, nos manies, nos tics qui pour nous passent complètement inaperçus tant on est habitué à vivre avec, mais qui pour les autres peuvent vite devenir énervants.

Bien sûr, je suis la première à dire à Chérimari ou aux z’enfants « fais pas ci, ne dis pas ça », sans forcément m’auto-corriger moi-même, les gros mots dans la voiture vis-à-vis des autres conducteurs en sont le meilleur exemple, car c’est bien connu, c’est toujours la faute des autres et on se considère mieux que tout le monde. Lire la suite