Douche froide

DSCN6107On dit parfois : « le hasard fait bien les choses ». Pour ma part, je ne crois pas au hasard, et je préfère penser qu’une certaine partie de notre vie est plutôt prise en main par le destin, malgré nos infatigables efforts pour tout contrôler. Ma grand-mère elle parlait de « providence », chacun son truc. Un exemple ? Mais volontiers. Lire la suite

Publicités

La semaine « too hot » (hot damn)

{ ANNONCE }<br />
Suite aux nombreuses demandes, je vais ré-ouvrir la boutique en ligne Etsy, MARDI PROCHAIN, le 16 juin - de 18h à minuit (et après je ferme ferme jusque quelques semaines avant Noël je pense). J'ai refait des badges "maîtresse", mais sinon je ne remets en vente que le mon stock restant, je ne ferai pas de réimpression des cartes pour le moment, désolée (je ne gagne vraiment pas grand chose sur ces produits quand on compte les coûts d'impression, de fabrication, de packaging, d'achat d'enveloppes et tout et tout donc c'est surtout pour vous faire PLAISIR ♥).<br />
Je ferai les envois la semaine suivante (donc pour la fête des pères je suis désolée ça sera trop juste). J'espère que ça vous convient malgré tout !<br />
Très bon week-end, bon apéro toussa toussa !

crédit photo : matouchou

On y est ! Depuis lundi jusqu’à dimanche prochain, je suis en mode ultra-connectée, je vérifie mes mails 15 fois par jour, je coche et décoche des to-do lists aussi profondes que le Grand Canyon, il fait 50°C dans ma boîte cranienne, je me shoote à la caféine… Bref je suis en é-bul-li-tion ! Lire la suite

Paris jour 3 (épisode 1) : le Louvre

DSCN9916Des semaines que je dois préparer ce billet ; notre séjour à Paris semble maintenant très très loin, pourtant il y a encore de quoi remplir 2-3 épisodes… Que voulez-vous, j’adore rédiger ces posts « voyages » mais ce sont ceux qui me prennent le plus de temps, et le temps est une denrée ayant tendance à se raréfier dans mon planning. Donc je procrastine. Ça tombe bien, c’était hier la journée de la procrastination, en passe de devenir mon sport national, et le fait de l’entendre à la radio hier matin a réveillé cette petite voix qui m’a seriné : « Dis donc et tes billets sur Paris, ça vient ? » Oui, ça vient, la preuve. Lire la suite

Juin : le mois le plus long

DSCN8824

Nous y voilà, un bon pied déjà dans ce mois de juin autant adoré qu’il peut être détesté. Adoré, parce qu’on vit les journées les plus longues de l’année (sans aucun rapport avec le Débarquement il y a quelques jours, mauvais jeu de mots) et qu’il porte plein d’espoir pour l’été. Détesté, car c’est le mois le plus chargé, pour nous mais j’en suis sûre pour vous aussi si vous êtes mère de famille, nombreuse ou pas, ça n’a pas d’importance. Tous les ans, au mois de juin, je me transforme en marathonienne du planning, en experte en logistique, en femme à deux têtes. Le reste de l’année, ça suffit à peu près, mais en juin, tous mes neurones sont sollicités, et ils ne sont pas de trop, pour parvenir à tout gérer. Mais qu’est-ce qu’on a donc, au programme ? Y’a qu’à demander ! Lire la suite

Mes z’enfants, ma ruine

orthodontie 081013

Dans toutes les familles, à la naissance d’un premier enfant, on prévoit pas mal de dépenses pour son sommeil, les voyages, son dressing de bébé. Quand Misspaillettes est née, il y a bientôt 12 ans – diantre – le Bon Coin n’existait pas, sinon avec le recul je pense que je serais d’abord allée y zieuter les articles recherchés plutôt que de franchir la porte des enseignes de puériculture. Lire la suite

La tour de Babel (ou division des langues)

DSCN7569

Parmi la multitude de petits énervements subis au quotidien dans la gestion de notre tribu, le test systématique de ma patience aux limites très vite atteintes doit être certainement le plus pénible. L’exemple le plus parlant (sans aucun jeu de mots) étant le fait de me faire répéter jusqu’à plus soif, les mêmes choses, et ce, matin, soir et week-end compris, rappelez-vous, déjà j’évoquais ce souci . Lire la suite

Septembre m’a tueR

041013

A première vue, la rentrée étant déjà derrière nous, ça y est, tout fonctionne comme sur des roulettes. On imagine que mon côté pro de l’organisation et un peu rigide sur les bords du « tout-est-sous-contrôle » a fait passer ces dernières semaines comme une lettre à la Poste (quoique, la Poste…). Avec un peu de bonne volonté, oui, on pourrait le croire. En apparence seulement. Dans les faits, c’est une tout autre affaire. En fait j’ai peine à l’avouer, mais à la mi-octobre, je suis déjà en apnée. Lire la suite

Le dos de la cuillère (oops I did it again)

Mardi matin je suis arrivée en retard au bureau. Pas parce que j’ai fait la sourde oreille vis-à-vis du réveil, ou parce que j’ai traîné sous la douche. Pas non plus parce que j’ai dû désamorcer une énième bombe atomique entre les z’enfants (classique du matin) juste avant de partir, ni à cause d’un oubli de cartable. Non mardi matin, tout allait bien. Quasi à l’heure, même. Pendant le trajet, j’étais en train de réfléchir au prochain billet pour le blog, on observera que je suis au taquet à 08:15. Sans vraiment savoir de quoi je parlerais, je ne programme presque jamais les posts. Quelque part là-haut, quelqu’un a dû trouver que j’étais en manque d’inspiration, puisqu’on m’a fourni, à mes dépens évidemment, de quoi traiter. Mardi matin, quasiment deux ans jour pour jour après mon précédent exploit, j’ai décroché la queue du Mickey, en emboutissant la voiture-graouh à deux pas de l’école. Lire la suite

Procrastination, ma meilleure ennemie

Je ne saurais dire depuis combien de temps j’en souffre. Des mois sans doute, des années sûrement. Le phénomène s’est amplifié depuis ma reprise du travail, il y a un an et demi. Mon entourage familial, en pâtit, à plus ou moins grande échelle. Mais depuis la rentrée, j’ai décidé fermement et inconditionnellement de lui faire la peau, à elle : la procrastination. Lire la suite

Ta mère en couverture de Madame Figaro (et flagrant délit de mauvaise foi)

Vendredi soir, on a récupéré la tribu, après moultes péripéties sur le chemin du retour, la nouvelle voiture à vapeur de leur grand-père ne trouvant rien de mieux à faire que crever en bordure d’une route fronsadaise. De là à vouloir emmener de force son conducteur vers les propriétaires-récoltants du coin, il n’y avait qu’un pas que je ne franchirai pas. 6 heures et 1 pneu neuf plus tard obtenu après nombreuses négociations envers le garage qui voulait kidnapper la voiture pour le week-end, et a cédé devant l’imparable argument d’un avion à prendre le lendemain à Rennes (gné ????), c’est pas bien de mentir devant ses petits-enfants, (enfin là je ne dirai rien, c’était pour la bonne cause, heureusement ceux-ci n’ont pas moufté), la voiture chargée à bloc, le papy et les zouaves sont repartis vers la Bretonnie, où ils sont arrivés sans encombre dans nos bras après quelques heures, bronzés, grandis et ravis de rentrer. Le temps de signifier à la machine à laver que ses vacances à elle étaient terminées, toute la smala s’est endormie sans demander de beurre salé avec son pain. Lire la suite