Chronique d’un jour ordinaire

Depuis quelques jours, la rentrée aidant et me libérant mes matinées depuis que Timouton a intégré sa classe de petite section, j’ai donc décidé de la nécessité d’une réorganisation et de consacrer ce « temps libre » à ma recherche d’emploi (mais pas que, faut pas abuser non plus), et de garder les autres tâches sur la liste pour l’après-midi. Un exemple ? La journée d’hier en est un parfait. Allez c’est parti dans mes folles aventures de mèraufoyer, attachez vos ceintures, ça va décoiffer (quel humour, vous allez comprendre).

L’école ici commence à 8h30, ce qui fait qu’après avoir déposé ma tribu et papoté 5 mn avec une ou deux mamans-cops (on n’est pas des sauvages quand même), je suis de retour à 9h00 à la maison. Ce silence, cette tranquillité, ahhhhhh… l’environnement idéal pour se concentrer et rester zen sur ses tâches. Ah oui, mais il y a la petite vaisselle du matin à faire, le lave-vaisselle à mettre en route, un coup de balai dans la cuisine, et une machine à laver qui demande sa pitance. Et puis il n’y a presque plus de yaourts dans le frigo, ce serait bien d’en refaire, donc une tournée de yaourts-maison, une ! Et tant qu’on y est, on réfléchit au menu du midi. Comment ça il est déjà 9h30 ?

Bon ça y est, je peux monter dans le bureau et allumer l’ordi. Mais que vois-je ? Je dois faire les lits, ce matin on est partis un peu vite à l’école. Cette fois je peux m’y atteler. Trier les e-mails, un tour sur les sites d’annonces, mettre à jour le CV, refaire quelques lettres et les envoyer. Mince le téléphone sonne. Le temps de raccrocher, un coup d’oeil rapide à l’horloge : 10 h30. Encore quelques candidatures. Re-téléphone. Puis c’est à moi d’appeler l’académie pour des infos sur les formations (après avoir passé 1/4 d’heure de site en site pour trouver le bon, vive l’administration). J’ai rien dit *siffle*. Crotte, déjà 11h25 et je n’ai rien préparé pour ce midi ! Bon là je dois m’activer, il y a le lave-vaisselle à vider, et les steaks hachés à sortir du congélateur.

12 h 15 : c’est l’heure de la pause déjeuner à la maison avec les z’enfants, fatigués, qui ont faim, Timouton pas encore habitué au rythme de la classe est grognon et chouine pendant tout le trajet en voiture. Patience en toute circonstance, hein ? Déjeuner à peu près dans le calme, nettoyer la table, vider la machine à laver avant de partir (on étendra le linge plus tard), il est temps d’y retourner.

13h30 : dépôt des monstres diablotins à l’école, même Timouton qui pour la 1ère fois va y faire la sieste. « Moi veux pas dormir à l’école » « Je sais mon chéri mais maman a un rdv cet après-midi ! ». Direction le salon de coiffure, avec une voiture qui fait un énorme bruit de casserole-boîte-de-conserve-derrière-la-voiture-des-mariés (« allô  Chérimari ? » ça arrive toujours quand il n’est pas là celui-là), tout le monde se retourne dans la rue sur mon passage, enfin celui de la voiture, c’est la fête. Et oui, c’était ça le rdv important. 4 mois que ma tête attend de cheveux fermes de se confier aux soins de la coiffeuse, là ça devenait une urgence. Attention, c’est minuté j’ai la sortie de l’école à 16h30.

16h35 : quelques minutes de retard, heureusement je les avais prévenus de m’attendre à la garderie si cela arrivait, ils ont tendance à s’inquiéter ces mômes. Ouf les filles sont contentes du résultat, ça rassure. On rentre à la maison, entre temps la voiture a jugé bon de se taire. Goûter, jeux entre deux averses, on doit déposer notre carrosse au garage d’à côté pour un branchement de bidule ; c’est pas loin on rentre à pied juste à temps pour éviter les trombes d’eau qui nous coincent chez mes voisins pendant une 1/2 heure, en même temps on a toujours un truc à dire, j’ai des supers voisins (chez nous c’est encore mieux que Wisteria Lane, sauf que chez eux il ne pleut jamais).

18h30 : il pleut toujours et entre-temps j’ai perdu Timouton qui s’était abrité chez un autre voisin, non je ne suis pas la maman du Petit Poucet et ne fais pas exprès de perdre mes z’enfants. On peut enfin rentrer chez nous, je prépare le dîner avec Misspaillettes, pendant que les 2 autres prennent leur douche (j’avoue ils sont parfois de bonne composition), on dîne.

20h30 : le marchand de sable appelle Timouton, je laisse un peu de rabe aux filles, c’est mardi soir. Je m’installe sur mon canapé devant l’écran, en ignorant superbement les appels désespérés de ma corbeille à linge qui déborde, mais non, là ce soir j’ai la flemme de repasser.

Les filles couchées, j’ai encore le linge à étendre, je l’avais oublié tiens, et au lit.

PS : si Chérimari a la délicatesse de me demander à quoi j’ai occupé ma journée, je lui répondrai sans aucune honte « Va voir sur le blog, j’chuis crevée là ! »

7 réflexions sur “Chronique d’un jour ordinaire

  1. une journée bien remplie ! bon courage pour la fin de semaine.
    pour la série Damages, j’avoue qu’on a vu les saisons suivantes ailleurs que sur canal (mais chut !)
    à bientôt.

  2. Pingback: Vancouver, A. & me « maman est en haut !

  3. Ahhhhhhhhhh ! J’adore cet article aussi : on dirait une de mes journées (sauf que moi j’ai commis la folie de monter une autoentreprise et d’accumuler les retards !!!)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s