Adieu Berlin

Dernièrement, j’ai lu « Adieu Berlin » de Waldtraut Lewin, chez Bayard Jeunesse. Je suis tombée dessus par hasard, dans le rayon adulte de la médiathèque, le titre et la couverture m’ont décidée à le choisir. Quand j’ai vu « jeunesse » j’ai hésité un peu, me demandant si c’était quand même un ouvrage destiné à un public adulte ou s’il s’agissait d’une erreur de classement.  Mais je n’ai pas regretté ma lecture.

Ce que dit la 4ème de couverture : « Rita grandit à Berlin auprès de Sidonie, sa belle-mère qu’elle aime tendrement. Son père, souvent absent, ne lui apporte que le confort matériel. Après l’arrivée au pouvoir de Hitler, il quitte Sidonie, que sa confession juive met en danger. Rita préfère rester avec sa mère d’adoption. Ensemble, elles décident de fuir au Maroc où vit une partie de leur famille. Le jour même de leur départ, Sidonie est arrêtée par la police nazie. Mais Rita ne renonce pas : une carte postale de Marrakech dans la poche et toute sa fortune cachée dans la doublure de ses vêtements, elle réussit à passer la frontière française. A Strasbourg, elle rencontre Gabriel, un Allemand recherché par les nazis qui survit en trafiquant de faux papiers. La peur et l’espoir vont jeter sur les routes de France ces deux solitudes que tout oppose… Une magnifique histoire d’amour entre deux êtres épris de liberté que seuls les hasards de l’Histoire pouvaient réunir. »

Mon avis : le décor est planté dès les premières pages, l’action commence à Berlin, alors que je suis plus habituée à des ouvrages qui traitent de ce sujet de ce côté-ci de l’Europe, en général. L’écriture est fluide, simple, on plonge tout de suite dans l’action, et on se prend immédiatement de sympathie pour les personnages. On a peur pour Rita pendant sa fuite, on admire son courage et sa détermination à fuir malgré son jeune âge, même si parfois son inconscience  et sa langue bien pendue la mènent dans de drôles de situations, et je dois l’avouer agacent un peu car on a bien envie de lui dire de la fermer (ce que pense d’ailleurs Gabriel pendant une bonne partie du roman) !

Le personnage de Gabriel au début est totalement antipathique, dénué de tout sens moral, égoïste, opportuniste, limite profiteur de guerre, ce qui est d’ailleurs sa première motivation pour venir en aide à Rita. Mais on le sent changer au fur et à mesure de leur fuite et de la naissance de ses sentiments pour Rita.

L’histoire est racontée tour à tour par Rita et Gabriel, ce qui lui donne de l’énergie. Les péripéties s’enchaînent sans laisser beaucoup de temps pour souffler au lecteur, mais j’ai aimé cette spirale des événements jusqu’aux dernières pages du roman. Je pense qu’il aurait d’ailleurs mérité une suite, car l’avenir en pointillé donne envie d’en savoir plus.

C’est un bon roman, qui peut effectivement être lu par un public adolescent, pour lui permettre de découvrir la vie quotidienne pendant cette sombre période de l’Histoire.

Publicités

5 réflexions sur “Adieu Berlin

  1. ouh, mais je m’en vais regarder si je ne le trouve pas en VO ici….intéressant.
    ET au fait, si au lieu de titrer « adieu Berlin » tu titrais un jour « bonjour Berlin »? Tu ne veux pas venir découvrir justement cette partie de l’Europe? Je t’inviter chez moi !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s